chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
111 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Almanac - Kingslayer

Chronique

Almanac Kingslayer
Bienvenue dans "Chrono-chronique", mon nouveau format d'article sur des albums que je voulais faire mais dont l'avis se tranche en deux-deux.

On inaugure cette formule avec le "Kingslayer" de ALMANAC, qui nous avait gratifié l'année dernière du sympathique "Tsar" qui, de l'avis de beaucoup, rassemblait le meilleur de ce qui s'est fait dans le genre du Power européens de ces 15 dernières années.
Sauf qu'un tel album, sorti en 2016, a pu avoir un poil plus de maturation, même si le groupe est né en 2015. J'ose espérer qu'ils n'ont pas tout pondu en un an - et si c'était le cas, chapeau, parce que le disque ne semblait pas se foutre de nous.

Plus d'un an après vient "Kingslayer" et, comme son nom l'indique, c'est cliché à souhait. Si vous avez été ravi par les quelques moments poignants, les mélodies et progressions bien senties de "Tsar", passez votre chemin, ce disque est d'un ennui mortel. Fast-food calibré, un morceau comme "Guilty as Charged" montre bien que le groupe, en un an, n'a fait que reprendre des recettes éculées et clichés faciles pour faire du Power qui ratisse large. Intro à la Kamelot, Epica ou confrères, progression cheesy à souhait à base de couplet-refrain, éléments interchangeables, aucun moment de grâce. Un autre titre ? "Kingdom of the Blind" : gros sabots à mort, ça ne tient pas debout, on a déjà entendu ça mille fois.
Je pourrai lister chaque morceau, on en reviendrait au même constat. C'est du conformisme qui ne déplaira pas aux amateurs du genre et qui en veulent encore et encore – mais celui qui cherche autre chose que du McDo Power en aura vite fait le tour, et aura vite oublié ce qu'il a englouti (au fond de la cuvette, ne nous le cachons pas). C'est tellement cliché qu'il suffit de prendre ne serait-ce que le nom de l'album (Kingslayer, tellement "original"...) ou de certains morceaux pour s'en rendre compte : on passera le "Losing my mind" déjà vu pour aller vers "Hail to the King". Franchement, je pense que si on cherche ça sur google, on ne tombera que sur Almanac...

Exécuté sans envie, "Kingslayer" est plus un ratage créatif que dans la production. Il suffit de comparer n'importe quelle piste de ce disque avec une réussite qu'est leur « No More Shadows » : intro bien menée, progressive, qui monte la sauce, avec des mélodies qu'on n'a pas entendues mille fois non plus, la rupture sur du violon, puis c'est parti, et même si le couplet se calme un peu, c'est pour nous conduire vers un refrain hyper grisant, puis un autre couplet plus riche, où on évite la répétition par l'autre chanteur, jusqu'à un solo redoutable. Du Power comme je l'aime !
Ici, rien de tout ça. Tu prends, tu manges, tu passes ton chemin. Le constat sera donc le même que pour Charred Walls of the Damned : il y avait moyen de faire plus ambitieux, surtout avec le line-up, mais ça reste sur du consensuel. Personnellement, je zappe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
23/08/2018 21:20
note: 4.5/10
Si j'avais du être subjectif, je pense que ma note n'aurait été plus haut de la tienne que d'un point...
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
23/08/2018 16:37
note: 2/10
Le morceau "Losing my Mind" en est même hilarant de nullité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Almanac
Symphonic Power Metal
2017 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (1)  2/10
Webzines : (14)  7.8/10

plus d'infos sur
Almanac
Almanac
Symphonic Power Metal - 2015 - International
  

tracklist
01.   Regicide  (06:10)
02.   Children of the Sacred Path  (04:10)
03.   Guilty as Charged  (05:02)
04.   Hail to the King  (05:47)
05.   Losing My Mind  (05:33)
06.   Kingslayer  (01:33)
07.   Kingdom of the Blind  (06:22)
08.   Headstrong  (06:11)
09.   Last Farewell  (05:01)
10.   Red Flag  (05:05)

Durée : 50:54

parution
24 Novembre 2017

voir aussi
Almanac
Almanac
Tsar

2016 - Nuclear Blast Records
  

Baise ma Hache
F.E.R.T
Lire la chronique
Gorod
Æthra
Lire la chronique
Radien
Maa (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique