chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
100 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cemetery Urn - Cemetery Urn

Chronique

Cemetery Urn Cemetery Urn
Contrairement à Keyser, je suis de ceux qui ont particulièrement apprécié le deuxième album des Australiens de Cemetery Urn. Peut-être parce que c’est avec celui-ci que je les ai découvert (et non pas via le tout aussi recommandable Urn Of Blood) ? Quoi qu’il en soit, je suis loin d’avoir à son égard les mêmes griefs que mon cher et estimé collègue qui lui reprochait notamment une atmosphère quasi-inexistante au profit d’une approche encore plus brutale. En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu grand-chose à reprocher à The Conquered Are Burned (à l’exception effectivement de ce son de batterie un peu trop synthétique à mon goût) qui, des riffs à l’atmosphère en passant par l’exécution ou le rythme imposé, s’avère selon moi un excellent disque de Death Metal bestial typique de cette scène australienne.

Sorti en avril dernier sur Hells Headbangers Records, ce nouvel album signe donc le retour de Cemetery Urn après sept ans d’absence. Sept longues années durant lesquelles le groupe n’avait presque plus donné signe de vie… La raison de ce long silence radio ? Et bien il est en grande partie dû à de nombreux remaniements internes avec notamment entre 2010 et 2016 la défection des 4/5ème du line-up de The Conquered Are Burned. Exit ainsi le chanteur Damon Burr (ex-Bestial Warlust, ex-Abominator) remplacé depuis 2016 par Chris Broadway (Abominator, Ignivomous, ex-Deströyer 666). Le seul rescapé de la première heure est ainsi le guitariste Andrew Gillon que l’on retrouve également au poste de bassiste ici.

Face à tous ces bouleversements, certaines choses n’ont pas contre pas changé. Il y a d’abord cet artwork signé une fois de plus des mains de Daryl Kahan (Funebrarum, ex-Disma). Bon, on ne peut pas dire que l’Américain ait été ici des plus inspirés mais pour un disque de ce type ne faisant ni dans l’originalité ni dans la finesse, ce crâne posé sur la pierre et transpercé d’une simple lance fait suffisamment le taf et à au moins le mérite de poser l’ambiance. Ensuite, on retrouve cette production caractéristique du son de Cemetery Urn que l’on doit à Andrew Gillon et Sam Johnson (même si je préférais le son de guitare sur l’album précédent plus en avant et plus marquée encore). Un rendu abrasif et métallique (avec cette fois-ci une batterie au son beaucoup plus naturel) que j’apprécie tout particulièrement. Enfin, et c’est probablement le plus important, pas de trace d’une quelconque évolution dans la musique des Australiens qui, en toute décontraction, reprennent les choses là où ceux qui ont depuis quittés le navire les avaient laissées.
L’Undertaker accompagné de ses nouveaux camarades de jeux (certains sont là depuis déjà quelques années) rempile dans ce qu’il sait faire de mieux : un Death Metal bestial et bas du front peu avare en blasts et en riffs éclairs. Une cadence toujours très soutenue que le groupe va néanmoins nuancer tout au long de ces quarante minutes grâce à quelques mid-tempos toujours très bien sentis et surtout fort à propos ("The Deepest Of Graves" à 1:06, "A Requiem For Servants Aflame" à 1:53, le début de "Weakened Mortals Bleed" ainsi qu’à 1:52, "Petrified Existence" à 1:50, "The Sickening Sect" à 1:47, etc) ainsi que d’autres séquences non dénuées de groove (quelques tchouka tchouka ici et là). Des ruptures nécessaires ou en tout cas bienvenues car en plus d’apporter un soupçon de variété à l’ensemble, ces dernières vont également contribuer au développement de cette atmosphère sombre et malfaisante qui plane au-dessus de ces dix compositions.
Côté riff, Andrew Gillon fait désormais équipe avec Dan Maccioni venu lui prêter main-forte. Grâce à un jeu toujours aussi rapide et infernal ponctué par quelques leads diaboliques et autre solos plus mélodiques ("The Deepest Of Graves" à 2:23, "Misshapen Affliction" à 3:08, "A Hex Upon Elistist Dynasties" à 2:24...), les deux garçons accompagnés du cogneur de Belligerent Intent (Matt Crossingham) vont venir annihiler toute forme de résistance à coup de déflagrations vicieuses et impitoyables. Et le dernier de la bande dans tout ça ? Et bien après plus de vingt ans dans le milieu, Chris Broadway n’a évidemment plus rien à prouver. Le chanteur d’Abominator et d’Ignivomous sait comment s’y prendre pour plomber l’ambiance de sa voix profonde et rugueuse. Certes, je préférais celle de l’ex-Bestial Warlust Damon Burr un poil plus variée et nauséabonde (on y sentait quelque chose de plus guttural et glaireux) mais il n’y pas énormément de différence, pas suffisamment pour crier au scandale en tout cas.

Pour son retour aux affaires après plusieurs années d’absence, Cemetery Urn n’entend pas bouleverser quoi que ce soit. Fidèle à sa formule en dépit d’un remaniement de line-up presque total, ce troisième album s’inscrit dans la continuité de ce que le groupe a produit jusque-là. Certains lui préféreront sa production (notamment pour cette batterie effectivement plus naturelle), d’autres le chant de Chris Broadway. Pour ma part ce n’est pas le cas puisque je préfère le son de guitare plus marqué et la voix moins monotone de Damon Burr. Néanmoins Cemetery Urn n’en demeure pas moins un disque fort agréable pour quiconque goûte à ce genre de douceurs venues d’Australie, un pays que l’on sait peu réputé pour sa délicatesse en matière de Death Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sim citer
Sim
03/01/2018 10:45
note: 6.5/10
D'accord avec vous, petite déception donc, je sais pas pourquoi je m'attendais à mieux. Il est dans pas mal de tops cette année pourtant.
Je préfère largement le Contaminated si on reste en Australie.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
03/01/2018 09:21
note: 7/10
Keyser a écrit : Mieux que The Conquered Are Burned mais on reste dans l'anecdotique et loin de la qualité du 1er opus.

Totalement du même avis, ça remonte le niveau comparé au précédent mais ça reste loin de "Urn of blood" ...
Keyser citer
Keyser
02/01/2018 16:00
note: 6.5/10
Mieux que The Conquered Are Burned mais on reste dans l'anecdotique et loin de la qualité du 1er opus.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cemetery Urn
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines : (3)  7.33/10

plus d'infos sur
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Death Metal - 2006 - Australie
  

tracklist
01.   The Deepest Of Graves  (03:51)
02.   A Requiem For Servants Aflame  (03:21)
03.   Weakened Mortals Bleed  (04:25)
04.   Petrified Existence  (03:44)
05.   The Sickening Sect  (05:29)
06.   Misshapen Affliction  (04:31)
07.   Doomed In Conterminous Decay  (03:35)
08.   Dredge The Pit Of Burial  (03:56)
09.   Hemlock Transfusion  (03:34)
10.   A Hex Upon Elitist Dynasties  (04:14)

Durée : 40:40

line up
parution
21 Avril 2017

voir aussi
Cemetery Urn
Cemetery Urn
The Conquered Are Burned

2010 - Cemetery Recordings
  
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Urn Of Blood

2007 - Modern Invasion
  

Essayez aussi
Drowned
Drowned
Idola Specus

2014 - Sepulchral Voice Records
  
Mortem
Mortem
Deinós Nekrómantis

2016 - Iron Pegasus Records
  
Behemoth
Behemoth
Evangelia Heretika (DVD)

2010 - Nuclear Blast Records
  
Auroch
Auroch
Taman Shud

2014 - Profound Lore Records
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Compil.)

2018 - War Anthem Records
  

Radien
Maa (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique