chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

War Possession - Doomed To Chaos

Chronique

War Possession Doomed To Chaos
Ces dernières années, trois scènes metal extrême et plus particulièrement death metal ont attiré mon attention par le nombre et la qualité de leurs groupes: le Chili, la Turquie et la Grèce. Comme je vous ai suffisamment emmerdés avec le Chili et que je suis en retard sur la Turquie (Hellsodomy, Cenotaph et Engulfed toujours en attente), c'est cette fois en Grèce que je vais vous emmener. Je vous ai déjà vanté les mérites de Resurgency qui a sorti le meilleur album death metal de 2017, il est temps de s'arrêter sur une autre très bonne sortie de l'année écoulée, le premier full-length de War Possession.

Doomed To Chaos qu'il s'appelle. Sur le savoureux label espagnol Memento Mori fin octobre qu'il est sorti. Et une pochette clichée super cool à la Mark Riddick qu'il arbore. Si l'opus est bien le premier longue-durée de War Possession, la formation du combo ne date pas d'hier. Il s'est en effet formé en 2008 mais n'avait jusque là sorti qu'une démo, un EP et un split reprenant ce même EP avec leurs compatriotes de Respawn The Plague dont le chanteur Vaggelis fait aussi partie. C'est marrant d'ailleurs en passant, encore un Vaggelis ou à peu près dans un groupe grec! Manquerait plus qu'un des membres s'appelle George! Oh wait...

Bon sinon, la musique. Avec une cover pareille et un nom de groupe belliqueux à souhait, vous vous doutez bien qu'on ne va pas se farcir du djent. War Possession patauge dans un death metal old-school noir et sauvage. Les parties blastées aux tremolos sombres, nombreuses et bien bourrines, côtoient les séquences ambiancées pesantes à base de gros riffs plombés qui font vibrer les murs (production bien grasse!), accompagnés de leads funestes qui font pas mal penser à la scène finlandaise des années 1990 ("Operation Neptune" à 0'10 et 3'47, "Doomed To Chaos" à 3'24, de la mélancolie sur "Slapton Sands Tragedy", etc.). On n'est d'ailleurs parfois pas très loin de ce que peut proposer aujourd'hui un groupe comme Purtenance. Quelques rythmiques thrashies entre les deux ne viendront pas non plus réduire l'efficacité d'un opus redoutable qui n'en manque pas. War Possession offre également par le biais de certains riffs black metal rudimentaires ainsi que pas mal de réverbération sur la voix un petit côté bestial pas déplaisant faisant un peu penser à Archgoat ("God Of A Wicked Mind") et surtout à leurs compatriotes de Embrace Of Thorns ("God Of A Wicked Mind" à 0'24, "War Is The Father And King Of All" à 1'15...). Pas étonnant après tout puisque le guitariste Haris Vouyiatzis fait aussi partie cette joyeuse bande. Autre parallèle avec un groupe grec sur certains tremolos blastés, Dead Congregation, pour mon plus grand bonheur ("War Is The Father And King Of All" à 0'32, 1'32, 2'17 et 2'26, "Slapton Sands Tragedy" à 0'21). Le quatuor athénien rajoute aussi des samples de guerre ("Operation Neptune","Verdun Hell", "The Sword Of Stalingrad", "Haunted By Carnage", "Mass For The Dead") histoire de continuer dans la finesse et de coller à sa thématique de paix dans le monde qu'on pourra rapprocher de Bolt Thrower, Asphyx ou Hail Of Bullets. Doomed To Chaos s'ouvre d'ailleurs sur l'introduction "March into Hell (Beyond The Chaos Gate)" empruntée à Warhammer 40 000.

Ambiance sombre de tranchées prenante, riffing affûté, feeling mélodique appréciable (quoique pas de solo), brutalité conséquente (blasts!), efficacité indéniable, War Possession enchaîne les bons points sur ce Doomed To Chaos qui n'est toutefois pas sans défaut. Difficile en effet de ne pas remarquer un schéma de construction similaire entre les morceaux de type "calme avant la tempête". En gros du menaçant pesant au démarrage avant de mettre la menace à exécution et de mitrailler sans pitié. Une construction qui a fait ses preuves, notamment chez certains combos de grind/death bien connus, encore ne faut-il pas en abuser. Du coup, une certaine répétitivité s'installe au fur et à mesure. Le combo méditerranéen a d'ailleurs du mal à finir à son album. Si les sept premiers morceaux alternent entre le très bon et l'excellent, les trois derniers, "The Sword Of Stalingrad", "Haunted By Carnage" et "Mass For The Dead", moins inspirés, marquent un peu le pas. La fin du septième morceau "Slapton Sands Tragedy" traînait déjà en longueur. Dommage de finir sur une note mitigée. Rien de rédhibitoire toutefois, ce n'est pas comme si c'était mauvais non plus et ça ne coûte qu'un demi-point à ce Doomed To Chaos qui autrement envoye grave du lourd. War Possession ne change pas la face du monde, aucune originalité ou personnalité à prévoir, mais son death metal old-school aux atours blackened et bestial entre le evil américain et le funeste finlandais s'avère très bien foutu. Les Grecs possèdent ce truc en plus qui fait la différence parmi la pléthore de groupes aux registres similaires. Une très bonne découverte pour ma part à laquelle vous devriez aussi adhérer si des groupes comme Embrace Of Thorns, Dead Congregation, Purtenance ou Archgoat vous font le kiki tout dur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
06/01/2018 12:03
Pochette, Warhammer 40k, extrait convaincant : on va écouter ça plus profondément.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/01/2018 11:35
Coolos, ouais.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
War Possession
Death Metal
2017 - Memento Mori
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7.1/10

plus d'infos sur
War Possession
War Possession
Death Metal - 2008 - Grèce
  

tracklist
01.   March Into Hell (Beyond The Chaos Gate)  (02:03)
02.   Operation Neptune  (04:45)
03.   God Of A Wicked Mind  (04:58)
04.   Verdun Hell  (03:11)
05.   Doomed To Chaos  (04:42)
06.   War Is The Father And King Of All  (04:02)
07.   Slapton Sands Tragedy  (04:51)
08.   The Sword Of Stalingrad  (04:38)
09.   Haunted By Carnage  (04:02)
10.   Mass For The Dead  (02:12)

Durée : 39:24

line up
parution
23 Octobre 2017

Essayez aussi
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Retribution

1992 - R/C Records
  
Brutally Deceased
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex

2014 - Doomentia Records
  
Funebrarum / Interment
Funebrarum / Interment
Conjuration Of The Sepulchral (Split-CD)

2007 - Conqueror Of Thorns Records
  
Triumvir Foul
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed

2017 - Invictus Productions
  
Vomitory
Vomitory
Opus Mortis VIII

2011 - Metal Blade Records
  

Radien
Maa (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique