chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cenotaph - Perverse Dehumanized Dysfunctions

Chronique

Cenotaph Perverse Dehumanized Dysfunctions
Non, Cenotaph n'est pas mort. Avec l'arrivée d'une horde de nouveaux groupes turcs pas des plus finauds, on en aurait presque oublié l'existence de ces vétérans dont le dernier album Putrescent Infectious Rabidity remonte à 2010. C'était sans compter sur l'abnégation du chanteur fondateur Batu Çetin qui a renouvelé le line-up du combo dès 2011 avec l'arrivée d'un nouveau guitariste, Erkin Öztürk (Decimation, Rektal Tuşe), et d'un nouveau batteur, Alican Erbaş (Rektal Tuşe) avec lesquels il livre enfin un nouveau disque, complété par le bassiste de session russe Anton Zhikharev (Neurogenic, Back Door To Asylum, Posthumous Blasphemer, Fleshbomb). Perverse Dehumanized Dysfunctions, nommé dans la plus pure tradition du gros brutal death dégueulasse et illustré de la même façon par la magnifique pochette de Toshihiro Egawa, est ainsi sorti cet été sur différents labels, notamment Sevared Records, réputé pour sa roster poétique et sa distro pleine de combos philosophiques plus ou moins intéressants.

Sauf que là, on est dans le haut du panier du brutal death US. Alors oui il n'y a plus le génial Lille Gruber (Defeated Sanity) au tam-tam, ce qui m'a d'ailleurs retardé dans l'écoute de ce nouveau disque, échaudé que j'étais par une telle perte. Mais c'est tout comme! Son remplaçant présente en effet un jeu similaire, au son naturel délectable, fait de changements de rythme incessants, de grosse double, de groove indécent, de breaks techniques, de feeling jazzy sous-jacent et de bonnes grosses rafales de blast-beats. Bien plus d'ailleurs que ce que nous propose l'Allemand sur les derniers méfaits de Defeated Sanity et sans semi-blasts ploc-ploc! Me voilà rassuré! D'autant que si le batteur démonte tout derrière son kit, faisant oublier son prédécesseur renommé, les autres s'avèrent tout aussi déchaînés. Foutre Satan, qu'est-ce que ça bourre! Tellement jouissif que je finis toujours mes écoutes par terre en PLS, la bave aux lèvres avec un rictus de plaisir psychopathe. Un bon signe chez moi!

C'est qu'ils ont fait fort les salauds! Déjà, la production est maousse costaud, d'une puissance et d'une brutalité jubilatoires sans sonner plastique comme bon nombre de formations de brutal death d'aujourd'hui. Et puis niveau cordes, ça garde pas ses doigts dans son cul! Le bassiste de session est un véritable poulpe, à la manière d'un Jacob Schmidt, et le nouveau guitariste impressionne par son riffing, sa profusion et sa technicité malgré sa tendance à abuser des harmoniques sifflées qui font mal aux oreilles (ils font un concours avec Malignancy ou quoi?!). Cenotaph devient d'ailleurs de plus en plus technique. Pas le brutal death technique à la Spawn Of Posession qui gazouille mais le brutal death technique à l'américaine, entre le gras putride étouffant d'un Disgorge et la rapidité d'exécution radicale d'un old-Deeds Of Flesh. Cenotaph n'est désormais plus très loin de Defeated Sanity en termes de qualité et de maîtrise. Ça change de riff et de rythme toutes les cinq secondes, même si les plans réapparaissent tôt ou tard, ça sort des breaks assez complexes, ça combine les lipides et les vitamines, ça dissone parfois et ça sait instaurer une vraie atmosphère (chose rare pour du brutal death US), suffocante, nauséabonde, vicieuse et barbare voire menaçante comme sur le plus ambiancé "Antagony Of Embriotomia" basé sur un rythme lancinant, seul morceau plus "soft" des huit que compte Perverse Dehumanized Dysfunctions. Ça groove méchamment aussi, avec un petit côté slammy sur certains breaks, toutefois moins que Defeated Sanity qui a augmenté la dose sur ces dernières sorties. Cenotaph lui, n'a pas décidé de lever le pied et bourre plus que jamais, enchaînant les plans plus bœufs les uns que les autres. Et ce n'est pas Batu Çetin qui va calmer les choses. Son growl gras et glaireux insuffle encore plus de puissance à la musique du combo d'Ankara. Pas comme si elle en avait besoin mais c'est du plaisir en plus. On passera par contre sur les petits gargouillis bas de gamme. Les grouinements porcins sur "Perverse Dehumanized Dysfunctions" sont eux plutôt rigolos.

Enfin "rigolos", façon de parler! Parce que ça ne rigole pas du tout chez Cenotaph, toujours plus brutal et technique. Un retour fracassant pour les vétérans turcs du brutal death qui sortent là leur meilleur album à ce jour. Il est vrai qu'on ne retient pas grand chose tant ça a la bougeotte et que ça avoine de partout. Mais c'est ce qui rend ce Perverse Dehumanized Dysfunctions aussi jouissif. Le surplus d'harmoniques sifflées gave un peu par contre et la fin de "Dismembered Unborn Species" qui tourne en boucle dure trop longtemps. Sinon c'est du tout bon sur cette galette qui ravira les fans de Defeated Sanity, Disgorge, Suffocation, Deeds Of Flesh et de brutal death US en général. Un genre saturé de bouses sans intérêt qui m'a fait m'en éloigner de plus en plus alors c'est d'autant plus réjouissant quand on tombe enfin sur un truc top. Pas besoin de mettre les mains dans la merde, on écoute, on compare, on trie et on sélectionne pour vous. Ne nous remerciez pas, c'est nos tafs!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Batu citer
Batu
11/01/2018 20:39
Tiens, on a le même prénom, Batu et moi. Sourire
Ander citer
Ander
11/01/2018 15:09
note: 8/10
Super cool qu'il soit chroniqué cet album, je peux ainsi le mettre dans mon bilan 2017, merci Keyserounet. Sourire

Je connais pas bien les débuts, mais dans les quatre derniers c'est celui qui a ma préférence, clairement. Comme tu dis, les Turcs sont plus très éloigné du niveau de Defeated Sanity désormais, et je dirais même qu'ils sont au dessus si on le compare à leur Disposal Of The Dead, un brin décevant.

Ca charcle de partout, on retiens rien, comme d'hab', cette fois Batu ne saoule pas (avec quelques variations bien aidé en cela par le gratteux Erkin Öztürk ) avec ses éructations surmixées, une tracklist plus réfléchie, c'est bien produit, et on sent que c'est fait avec les tripes, kudo les gars! Headbang
AxGxB citer
AxGxB
11/01/2018 13:26
note: 8/10
Je ne l'ai pas encore écouté celui-ci. Je l'oublie tout le temps. Chouette chronique en guise de piqûre de rappel !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cenotaph
Brutal Death
2017 - Sevared Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cenotaph
Cenotaph
Brutal Death - 1994 - Turquie
  

tracklist
01.   Rancid Gluttonous Morbid Obesity  (03:41)
02.   Asphyxiated Embryonic Abnormalities  (02:48)
03.   Parasitic Worms - Prenatal Cranial Deformation  (03:11)
04.   Syndromes Of Deadly Endogenous Intoxication  (04:15)
05.   Antagony Of Embriotomia  (04:19)
06.   Multi-Organ Failure Epidemie  (03:10)
07.   Dismembered Unborn Species  (04:35)
08.   Perverse Dehumanized Dysfunctions  (04:47)

Durée : 30:46

line up
parution
8 Juin 2017

voir aussi
Cenotaph
Cenotaph
Putrescent Infectious Rabidity

2010 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Aborted
Aborted
The Archaic Abattoir

2005 - Listenable Records
  
Blasphemer
Blasphemer
Devouring Deception (EP)

2010 - Comatose Music
  
Unfathomable Ruination
Unfathomable Ruination
Misshapen Congenital Entropy

2012 - Sevared Records
  
Hate
Hate
Anaclasis
(A Haunting Gospel Of Malice And Hatred)

2005 - Listenable Records
  
Brodequin
Brodequin
Festival Of Death

2001 - Unmatched Brutality
  

Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique
Vastum / Spectral Voice
Vastum / Spectral Voice (Sp...
Lire la chronique
Darkenhöld
Castellum (Rééd.)
Lire la chronique