chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blaze Of Perdition - Conscious Darkness

Chronique

Blaze Of Perdition Conscious Darkness
L’autre jour, je repensais à Sandrine. Elle était bien, elle. Bon, c’était il y a longtemps, mais vous l’aviez sûrement compris vu qu’il ne doit plus vraiment exister des jeunes qui s’appellent Sandrine... Enfin bref. Sandrine m’avait mis un vent, et ses excuses étaient assez mystérieuses, pour ne pas dire bidons... « Je ne peux pas sortir avec toi. Mais ce n’est pas toi le problème. Tu es en fait super. Tu es cool et tout. Mais en fait, nan, je ne mériterais pas quelqu’un de bien comme toi. Je ne ferai que de l’ombre à la force de tes qualités ». Résultat ? Oui, d’abord, je me suis masturbé bien fort le soir en pleurant, mais surtout Sandrine a fini avec ce qui restait : une sorte de Raziel fini avec de l’Ikea...

BLAZE OF PERDITION a énormément progressé depuis ses débuts. Le groupe polonais et prometteur que je découvrais en 2010 avec son premier album Towards the Blaze of Perdition a passé les vitesses supérieures, progressivement au fil du temps, et a donc proposé en 2017 son quatrième méfait, Conscious Darkness. Beaucoup de choses ont changé en 7 ans, et avant tout le line-up. C’est un groupe où les départs sont fréquents, même si maintenant la base est solide. De 6 membres fixes, ils sont passés à 3. Ils n’ont pas intégré de bassiste « officiel » depuis la mort de 23 dans l’accident de la route du groupe en pleine tournée en 2013. Les survivants se sont tenu les coudes, et Sonneillon et Wizun, qui étaient gravement blessés, n’ont pas hésité très longtemps avant de reprendre la musique. Un peu comme Nergal après ses problèmes de santé ? Oui, on peut tenter la comparaison. Alors que des faibles se seraient dit qu’il s’agissait d’un présage pour les inciter à quitter le black metal et à ne plus côtoyer Satan, ils sont repartis de plus belle. Ils avaient d’ailleurs consacré l’album du retour à leur tragédie, le nommant Near Death Revelations.

L’essence de leur musique n’a pas réellement changé, mais ils se sont mis à allonger de plus en plus leurs compositions, passant de 9 pistes qui faisaient chacune autour des 4 minutes à leur début à cette fois-ci uniquement 4 morceaux, entre 8 et 15 minutes. Et c’est travaillé, et c’est bien amené, et c’est très peaufiné. C’en est même impressionnant. Un album d’orthodoxe de grande volée. Mais pas que ! On se retrouve finalement avec des ambiances proches d’AOSOTH, de DEATHSPELL OMEGA, et, comme si Nergal était vraiment inévitable, BEHEMOTH tel qu’il nous est revenu avec The Satanist.

La première écoute est une explosion dans les oreilles. On ne saisit pas tout, mais on se retroue happé par la force qui se dégage de ces 43 minutes. La puissance est palpable, la chaleur est insoutenable, l’agressivité est contagieuse. Et là où le groupe fait encore plus fort, c’est en intégrant des éléments ultra pertinents. Les petits sons spaciaux sur « A Glimpse of God » rendent le titre légèrement mystique. La longue partie instrumentale en plein milieu de « Ashes Remain » nous transporte subitement au sommet de la montagne des Justes. Alors qu’on était dans les tréfonds de l’enfer, on passe comme ça, le plus naturellement du monde, à une hauteur malsainement hautaine. Les chœurs sur « Detachment Brings Serenity », à la 6ème minute juste après une rafale de malade et un break très free, font bondir le cœur. Les cymbales qui y font leur petit clic, clic, clic... Ah, oui, ça donne un final jouissif pendant près de 4 minutes.

Quel beau travail. D’orfèvre ! Tiens, il y aurait un concert, j’aurais déjà presque envie d’y aller, mais surtout j’aurais envie d’y assister assis. Parce que la musique de BLAZE OF PERDITION se vit. J’aurais envie d’écouter tranquillement ce qu’ils nous content si fortement. De vivre passivement la progression de ces 4 pistes. Et pourtant ! Et pourtant je ne mets que 7.5 à l’album ! 7.5 après l’avoir saupoudré aussi longuement de mots tendres. Après une déclaration bien entendu sincère ! Bah oui, parfois il demeure des mystères, et l’on ne sait pas trop bien pourquoi le coeur ne suit pas exactement la tête. Et c’est là qu’on comprend un peu ce qui est arrivé à Sandrine. Sa tête avait bien compris toutes les qualités que j’avais à offrir, mais son cœur n’avait pas bien reçu les informations de son cerveau. Quand je vois où ça l’a menée, j’ai presque envie de me forcer à mettre une meilleure note, mais non. La faute à des longueurs qui me sont fatidiques, bien que peu nombreuses, et à un évident manque d’envie de repasser l’album en boucle. C’est donc un 7.5 mais qui n’aura jamais été aussi proche du 9.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
18/01/2018 10:34
note: 8.5/10
Sakrifiss a écrit : Vengeance !

Non, mais j'ai pas compris en fait le message de Gulo. Avec "Monsieur", rahahahah !
Mais je suis sûr qu'il est vilain. Il est toujours vilain Gulo.

Je suppose que c'est en rapport aux noms de femme que donne Sulfur à ses albums.

Ceci dit je ne connais pas de Sandrine personnellement, mais j'adhère plus que vous à cet album. Je lui mettrais au moins un 8 voire 8.5, c'est un groupe en pleine progression et je suis sûr qu'ils peuvent encore faire mieux.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/01/2018 06:45
note: 7.5/10
Vengeance !

Non, mais j'ai pas compris en fait le message de Gulo. Avec "Monsieur", rahahahah !

Mais je suis sûr qu'il est vilain. Il est toujours vilain Gulo.
Sulphur citer
Sulphur
17/01/2018 21:52
note: 8/10
Les Poetic Lover se reforment.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/01/2018 21:45
Sérieux, vous devriez penser à lancer le courant d'après le post-black : le ex-black.
Sulphur citer
Sulphur
17/01/2018 21:06
note: 8/10
Je vengerai Sakrifiss.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/01/2018 19:39
Ah forcément, on aurait dû se douter dès que ça a commencé à parler de Sandrine, que Monsieur allait débarquer...
Sulphur citer
Sulphur
17/01/2018 18:59
note: 8/10
Nous avons un ressenti très proche au final. Niveau note, c'est pareil (mais je pose un 8, histoire de couper la poire en deux). Sinon, niveau sensations, je suis un peu déçu. Les morceaux sont un poil trop longs, répétitifs, etc. et à fonctionner avec une "mélodie marquante" par titre, on finit par jouer avec le feu. C'est un "one shot" ; si l'auditeur n'accroche pas du premier coup, c'est baisé.
Alors on insiste tout de même, on se dit "ouais, c'est bien fichu", on s'accroche en repensant aux bons moments passés ensemble (surtout que l'album précédent nous avait bien charmé), mais au final on se lasse et on finit par se séparer. "Sandrine, t'es qu'une salope..."
Album écouté une bonne dizaine de fois, mais que je ne touche plus depuis un bon moment.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blaze Of Perdition
Black Metal Orthodoxe
2017 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (8)  8.01/10

plus d'infos sur
Blaze Of Perdition
Blaze Of Perdition
Black Metal Orthodoxe - 2007 - Pologne
  

écoutez
tracklist
01.   A Glimpse of God
02.   Ashes Remain
03.   Weight of the Shadow
04.   Detachment Brings Serenity

Durée : 43:03

line up
parution
3 Novembre 2017

voir aussi
Blaze Of Perdition
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations

2015 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Deathspell Omega
Deathspell Omega
Drought (EP)

2012 - Norma Evangelium Diaboli
  
Arfsynd
Arfsynd
Hesychia

2013 - Daemon Worship Productions
  
Inferno
Inferno
Omniabsence Filled by His Greatness

2013 - Agonia Records
  
Acherontas
Acherontas
Ma-IoN
(Formulas Of Reptilian Unification)

2015 - World Terror Committee Records
  
Ascension
Ascension
Consolamentum

2010 - World Terror Committee Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique