chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gevlerkt - De Grote Sterfte

Chronique

Gevlerkt De Grote Sterfte
Quand les gars de Wederganger ne sont pas occupés à pondre des splits en compagnie de Laster, Kjeld et Urfaust, ils vont faire leurs petites affaires ailleurs, au sein d’entités tout aussi confidentielles mais non moins intéressantes pour autant. Parmi celles-ci, Gevlerkt dans laquelle on retrouve deux des trois membres de Wederganger, Botmuyl au chant et MJWW derrière tous les instruments. Une collaboration débutée vraisemblablement il y a quelques années mais dont on ne sait finalement pas grand-chose si ce n’est que le groupe compte à son actif une EP édité au format cassette ainsi qu’un premier album, tous les deux parus l’année dernière.
Comme leur compatriote de Vaal, c’est sur New Era Productions qu’est sorti en septembre dernier De Grote Sterfte. On y retrouve les deux titres de Vermolmd (à l’exception de l’interlude) auxquels sont venues s’ajouter cinq nouvelles compositions. L’artwork et le logo ont quant à eux été confiés à monsieur Chris Moyen, vous savez, celui qui a aussi fait notre beau logo dont on est si fiers ici à Thrashocore.

Inutile de jouer aux devinettes, c’est évidemment du côté d’un Black Metal plutôt rudimentaire et sans artifice que s’oriente cet obscur projet. Relativement éloigné de ce que les deux hommes proposent avec Wederganger, Gevlerkt explore des sonorités nettement plus archaïques et torturées sans pour autant verser du côté d’un Black bestial ou primitif (dans l’exécution). Au contraire, c’est même tout l’inverse tant les tempos tournent ici le plus souvent au ralenti ou sont en tout cas exécutés sans grands excès. Un parti pris qui va ainsi nourrir tout au long de cette grosse demi-heure une atmosphère cryptique et maladive des plus saisissantes, conférant à ce De Grote Sterfte une saveur bien particulière. Evidemment, la production n’y est pas non plus totalement étrangère. Dépouillée de toute chose superflue, jouant alors la carte de l’authenticité avec ce grain, ce souffle et ces saturations omniprésentes, elle laisse notamment résonner dans le lointain des guitares crues et abrasives aux riffs diablement entêtants. La batterie, encore plus en retrait dans le mix, bat quant à elle la mesure sans jamais se précipiter et en prenant grand soin de suivre avec le même entêtement les riffs sombres et inquiétants dispensés par cet homme à tout faire qu’est MJWW. Là-dessus vient enfin se poser le chant écorché et terriblement menaçant (ah ces résonnances de la langue germanique) d’un Botmuyl que l’on imagine aisément un brin dérangé ("Vermolmd" et vibrantes incantations).

Une formule a priori peu originale que Gevlerkt a pourtant su s’approprier afin de rendre chacune de ses compositions à la fois différentes et envoûtantes. De l’interlude instrumental ("Gifstekel") au titre bas du front exécuté le couteau entre les dents ("Zwavelhart") en passant par des morceaux torturés et surtout beaucoup moins prévisibles ("Klauwen, Snavel En Hoorns", "De Nacht", "Vermolmd"...), De Grote Sterfte s’impose très vite comme un disque bien plus original et personnel qu’il n’y paraît de prime abord. Et cela en grande partie grâce à la liberté de format de ces quelques morceaux qui ne s’imposent rien et s’autorisent à peu près tout en jouant par exemple sur les différences de rythmes ("Het Boze Oog", "De Nacht", "Vermolmd", "De Grote Sterfte"), en développant au sein du même morceau des thèmes qui n’ont pas de liens directs entre eux (les deuxièmes et troisièmes parties de "Klauwen, Snavel En Hoorns", "Vermolmd", "De Grote Sterfte"), en passant d’un format court et rapide à un format long et aliénant sans d’autres formes de politesse qu’un simple blanc grésillant de quelques secondes, en usant d’un synthétiseur aux sonorités d’un autre temps comme d’un instrument ritualiste et processionnaire ("Klauwen, Snavel En Hoorns", "De Nacht"), en proposant des riffs chancelants comme peuvent l’être ceux qui boivent jusqu’à l’intoxication (celui qui sert d’introduction au très bon "De Nacht")... Bref, tout un tas de petites choses qui font de Gevlerkt un groupe à la personnalité très marquée même si on peut y trouver ici et là quelques petites touches rappelant inévitablement la musique de Wederganger.

Sans révolutionner quoi que ce soit, s’inscrivant même comme le porteur d’une certaine tradition héritée de ses aînés (la production crasseuse, les atmosphères…), Gevlerkt réussi pourtant à insuffler à son Black Metal suffisamment de personnalité et d’originalité pour que celui-ci ne ressemble à rien d’autre déjà produit. Un joli tour de force de la part d’un groupe que personne ne connaît ou presque et qui entend bien demeurer dans l’ombre encore longtemps, ne profitant qu’aux quelques connaisseurs éclairés qui auront eu le bon goût de s’y intéresser. Une musique qui ne recherche absolument pas la performance mais plutôt l’instauration de climats torturés et inquiétants. Du bel ouvrage pour quiconque apprécie son Black Metal sans additifs et autres enrobages inutiles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gevlerkt
Black Metal
2017 - New Era Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Gevlerkt
Gevlerkt
Black Metal - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Het Boze Oog  (04:55)
02.   Klauwen, Snavel En Hoorns  (06:54)
03.   Zwavelhart  (02:54)
04.   De Nacht  (07:33)
05.   Gifstekel  (02:37)
06.   Vermolmd  (05:19)
07.   De Grote Sterfte  (07:06)

Durée : 37:18

line up
parution
13 Septembre 2017

Essayez aussi
Sinmara / Misþyrming
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")

2017 - Terratur Possessions
  
The Legion
The Legion
Revocation

2006 - Listenable Records
  
Sytris
Sytris
Pod sztandarami otchłani (EP)

2016 - Werewolf Promotion
  
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  
Setherial
Setherial
Ekpyrosis

2010 - Regain Records
  

Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique