chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
81 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Defenestration - Gutter Perdition

Chronique

Defenestration Gutter Perdition (EP)
Décidemment l’Ouest de la France est devenu un repaire important en matière de Death Metal moderne ou old-school, si on peut facilement citer WAR INSIDE ou FALL OF SERAPHS peu de monde connait en revanche ce combo nantais qui a déjà plusieurs années d’existence, mais qui a pris le temps de mûrir pour proposer du son. Car après un démarrage en 2012 sous le nom de MACROGOL (avant de prendre son appellation actuelle deux ans plus tard), seule une démo sortie en 2015 avait permis au quatuor de montrer ce dont il était capable. Aujourd’hui signé chez Xenokorp (qui a décidemment le nez creux en matière de Metal de la mort bien bourrin) il confirme que la nostalgie a du bon tant sa musique nous renvoie près de trois décennies en arrière, car ici on retrouve la férocité et le côté gore des premiers CANNIBAL CORPSE ou DEATH, et les excès de vitesse des débuts de SEPULTURA ou SODOM.

D’ailleurs dès les premières secondes de « Blinding Sublimation » on voit ressurgir un passé radieux tant le riff de départ rappelle les grandes heures du Morrisound Studio, notamment via la production grasse et chaude du reste des instruments qui contribue à cela. Ici on a droit à un mélange jouissif et inspiré de blasts énergiques, de parties rapides en simple et en double (avec une mention spéciale pour le jeu au pied tout en mouvement et en groove de Petite Frappe derrière son kit) où se mêlent ici et là quelques rythmiques lourdes et même un break de basse, pour un résultat basé sur la vitesse qui offre un Death cru et direct, à l’écriture simple et particulièrement remuant et affûté. Cependant il serait dommage de croire que le groupe ne fait que bourriner et qu’il propose une musique monolithique et répétitive, car il n’en est rien vu que « Vintage Carnage » va montrer une facette plus écrasante et massive, tout en y introduisant du Thrash à l’ancienne via des riffs en acier trempé et un tempo qui s’excite un peu plus, permettant ainsi à l’auditeur de headbanguer à fond. Avec son alternance entre les influences floridiennes et allemandes le quatuor signe la compo la plus variée de cet EP, avant de revenir à quelquechose de plus direct via « Jizzus » qui laisse plus de place au tapis de double et au mid-tempo, mais qui n’oublie pas de s’exciter lors de quelques moments joués à fond. Cela continue avec l’ultra-court et bonnard « Sorry To Apologize » qui pendant à peine plus de deux minutes ne fera aucun quartier tout en jouant à fond, et qui hormis un court moment de répit déversera toute sa hargne et sa radicalité via sa vitesse quasi-continue, afin d’obtenir la compo la plus ravageuse et rentre-dedans. En revanche avec « Akkarian Orakle » on va avoir droit à tout l’inverse de ce qui a été entendu précédemment car c’est à la fois la compo la plus longue mais aussi la plus étouffante et massive, vu qu’ici l’explosivité et les pointes de vitesse sont quasiment absentes (et sont justes présentes pendant un tout petit moment sur la partie centrale) et que priorité est donnée à la lourdeur, ce qui renforce ce côté putride et gras.

Terminer par ce morceau est un choix osé mais payant, car il montre tout le potentiel des gars dans ce court-format très dense qui s’écoute vite et bien et où pas une once d’ennui n’apparaît (vu qu’ils vont à l’essentiel et ne s’encombrent pas de futilités), d’ailleurs l’absence de solos n’est même pas préjudiciable à l’ensemble … c’est dire. Sans chichis et proposant bien plus de variété qu’on pourrait le croire de prime abord, ce cinq titres est une réussite totale (tout comme sa pochette magnifique façon bande dessinée), où son groove insolent ne cesse de faire remuer les têtes et les nuques, même les plus récalcitrantes, et place le combo dans les espoirs hexagonaux à suivre de près et dont on a déjà hâte d’entendre la suite de cette galette absolument impeccable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
10/02/2018 17:51
note: 4.5/5
L'Ep s'écoute en intégralité sur ici :

https://www.youtube.com/watch?v=N8nEqmNMQUQ
Deathrash citer
Deathrash
25/01/2018 15:46
J'avais écouté le titre "Blinding Sublimation" que Xenokorp avait balancer ya plusieurs mois, y'avait quelques relents très Angelcorpse dans le riffing, très bon tout ça, je crois que je vais investir dans cet EP

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Defenestration
Death Metal
2018 - Xenokorp
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (2)  3.83/5

plus d'infos sur
Defenestration
Defenestration
Death Metal - 2014 - France
  

tracklist
01.   Blinding Sublimation
02.   Vintage Carnage
03.   Jizzus
04.   Sorry To Apologize
05.   Akkarian Oracle

Durée : 19 minutes

line up
parution
9 Février 2018

Essayez aussi
Embrional
Embrional
The Devil Inside

2015 - Old Temple
  
Cut Up
Cut Up
Forensic Nightmares

2015 - Metal Blade Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Hell Over Sofia (DVD)
(20 Years of Chaos and Confusion)

2011 - Nuclear Blast Records
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Darkness Impenetrable

2015 - Nuclear War Now! Productions
  
Father Befouled
Father Befouled
Desolate Gods

2017 - Dark Descent Records
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique