chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Heisenberg - The Empire Business

Chronique

Heisenberg The Empire Business (EP)
Jesse, you asked me if I was in the meth business or the money business. Neither. I'm in the empire business.

C'est par ce sample de Breaking Bad que commence The Empire Business, deuxième EP des New-Yorkais de Heisenberg sorti début 2017 sur le label japonais Amputated Vein Records. Pas de doute, le trio est fan de cette série qui raconte la transformation de Walter White, professeur de physique aux abois incarné par le génial Bryan Cranston, en Heisenberg, caïd de la drogue craint et respecté. Le nom du groupe ainsi que la pochette signée Mike Majewski (ex-Devourment), ne trompent pas. C'est d'ailleurs cette thématique qui m'a attiré vers le combo, faisant moi-même partie des adeptes de l'ancien show phare de la chaîne américaine AMC.

Et puis, ça faisait longtemps que je n'avais pas écouté ce genre de death metal, lassé par la profusion de combos sans intérêt qui se ressemblent tous, illustrés par des pochettes faussement gores bas de gamme plus ridicules les unes que les autres. Le slam death comme on l'appelle. Ce brutal death simpliste et bas du front basé sur un son ultra gras, un groove putride, des gargouillements intestinaux en guise de chant et des rythmiques mid-tempo appuyées empruntées aux mosh-parts hardcore, les slam parts. Peu de groupes obtiennent mon approbation mais je dois avouer que Heisenberg m'a convaincu dès le départ. Pourtant, la formation de Long Island n'est pas bien différente des autres et n'apporte rien de nouveau. Difficile donc de dire pourquoi ce The Empire Business m'a fait de l'effet quant tant d'autres me laissent froid. L'explication la plus probable réside sans doute dans l'origine de la formation. New-York. On le sait, le death metal de la Grosse Pomme, le NYDM, a un son bien à lui. Une efficacité de tous les instants amenée par ce groove urbain proche du hardcore. Le chant, tantôt guttural tantôt plus aboyé, mélange aussi les deux styles. Du deathcore en somme, mais du bon deathcore. Facilement reconnaissables, les influences de Heisenberg se nomment Internal Bleeding, Dehumanized et Pyrexia, avec ce côté brutal slam death plus présent qui ramène à Devourment. La production enrichie en graisses au son de guitare qui fait trembler les murs et alourdie par une basse massive, joue aussi pour beaucoup. Aux manettes, un certain Derek Boyer d'un certain Suffocation. Comme par hasard! Au mix et au mastering, c'est rien moins que Joe Cincotta qui a travaillé avec Suffocation, Mortal Decay, Dehumanized, Internal Bleeding, Waking The Cadaver... Clairement, les mecs se sont bien entourés! Et si je rajoute que les parties de batterie sont signées Kevin Talley (Dying Fetus, Misery Index, Suffocation, etc.), l'érection ne doit plus être loin chez vous!

Vous l'avez compris, ce The Empire Business n'est pas technique, pas mélodique, pas novateur, ultra classique dans son genre, et même assez limité. C'est con oui, mais putain c'est bon! Sur sept morceaux courts (moins de trois minutes sauf le dernier) aux titres rigolos ("Bitch Stench", "Tube Sock Sodomy," "Crucifucked"), pour un total de même pas vingt minutes, Heisenberg racaille avec du riff huileux pas très finaud, du mid-tempo appuyé au groove patibulaire, sort les semi-blasts régulièrement, se lâche en quelques occasions sur des blast-beats, balance de la grosse double, et envoie même un peu de tchouka-tchouka. Et comme on est dans le second degré qui ne se prend pas la tête, le morceau de clôture "TwaüghtHammër", du nom du groupe de Jesse Pinkman dans Breaking Bad, offre une bonne tranche de rigolade. Un sample du morceau "Fallacies" en acoustique tiré de la série pendant trente secondes, enchaîné sans transition sur du gros guttu qui blaste: le contraste me fait délirer à chaque fois!

The Empire Business fait appel à mes bas instincts et j'avoue aimer ça. Combien de fois j'ai pu l'écouter l'année dernière cet EP en rigolant tout seul dans ma bagnole!? Je reconnais toutefois que l'on a pas non plus affaire à l'EP du siècle. En qualité, on reste encore loin des patrons Internal Bleeding et Dehumanized. Les morceaux ne se valent pas tous, le disque fait un peu le yoyo entre "The Empire Business", "Tube Sock Sodomy", "No Lives Matter" et TwaüghtHammër" qui font le plus d'effet, et "Bitch Stench", "Crucifucked" et "Homage For Slaves", moins inspirés et plus anecdotiques. Dans l'ensemble néanmoins, c'est quand même foutrement efficace pour peu que l'on soit sensible au style brutal/guttu/slam/core/NYDM. La thématique sur Breaking Bad, une des séries les plus marquantes de ces dernières années, parachève cette sortie assez jouissive que je vois comme une déconnade un peu neuneu même si, mine de rien, ça tient la route un minimum musicalement, sans quoi la lassitude serait vite arrivée. Un plaisir coupable qui fait du bien!

Where's my money, bitch?!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
30/01/2018 22:44
Tiens Keyser qui rechronique du ultra broodal !! Mr Green Headbang Je jetterai une oreille.

Sinon je confirme pour le Analepsy qui est des meilleurs trucs du style que j'ai écouté ces derniers temps (j'en ai d'ailleurs une chro non terminée...). Le Purefilth m'avait fait bonne impression aussi mais je l'ai laissé de côté depuis qqs temps, faut que je le réécoute. Quant à Acranius, j'ai lâché après le 1er EP qui était très bon mais la suite m'avait moins plu.

Et (re)sinon j'attends aussi le prochain Chordotomy avec impatience ! Même si comme Keyser j'en écoute moins qu'à une période mais de temps en temps ça fait du bien. Sourire
Vincere citer
Vincere
30/01/2018 18:30
Keyser a écrit : C'est sûr c'est pas grandiose en soi mais il a fait son petit effet chez moi. J'en écoute quasiment plus donc je tolère peut-être plus qu'à l'époque où c'était devenu un peu l'indigestion. Le thème sur Breaking Bad a beaucoup joué aussi. J'écouterai ton Purefilth voir ce que ça donne, je suis plus trop à la page là-dessus depuis la fermeture de l'ancien forum de Devourment.

Aujourd'hui c'est pas trop dur de suivre ce qu'il se passe dans le slam/BDM, faut juste suivre Slam Worldwide sur Youtube Clin d'oeil Sinon t'as toujours les labels notables comme Rising Nemesis ou Amputated Records. Enfin tu dois connaître déjà tout ça. Le slam c'est comme tout, faut pas écouter que ça mais depuis quelques années je suis de près les sorties et je trouve qu'on va vraiment dans le bon sens. Y'a plein de disques dans les derniers 5 ans qui butent mais pas possible. Vu de l'extérieur c'est clair que t'as 1200 albums avec la même pochette dégueu et le même mur de son mais dernièrement y'a eu de très très bonnes sorties. Si tu veux quelques conseils hésite pas Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
30/01/2018 16:54
Vincere a écrit : Pas folichon en effet cet EP, la note est sympathique. Quand on pense aux monstres qui sont sortis dans la même année (les derniers Acranius, Analepsy et surtout le Purefilth qui est le meilleur album 2017 de slam d'après moi) on a pas trop le temps de s'arrêter sur ce genre de disque malheureusement.

C'est sûr c'est pas grandiose en soi mais il a fait son petit effet chez moi. J'en écoute quasiment plus donc je tolère peut-être plus qu'à l'époque où c'était devenu un peu l'indigestion. Le thème sur Breaking Bad a beaucoup joué aussi. J'écouterai ton Purefilth voir ce que ça donne, je suis plus trop à la page là-dessus depuis la fermeture de l'ancien forum de Devourment.
Vincere citer
Vincere
30/01/2018 16:07
Pas folichon en effet cet EP, la note est sympathique. Quand on pense aux monstres qui sont sortis dans la même année (les derniers Acranius, Analepsy et surtout le Purefilth qui est le meilleur album 2017 de slam d'après moi) on a pas trop le temps de s'arrêter sur ce genre de disque malheureusement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heisenberg
Breaking Bad NY Brutal Slam Death Meth-al
2017 - Amputated Vein
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Heisenberg
Heisenberg
Breaking Bad NY Brutal Slam Death Meth-al - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Empire Business  (02:54)
02.   Bitch Stench  (02:36)
03.   Tube Sock Sodomy  (02:53)
04.   Crucifucked  (02:24)
05.   No Lives Matter  (02:58)
06.   Homage For Slaves  (02:26)
07.   TwaüghtHammër  (03:42)

Durée : 19:53

line up
parution
20 Janvier 2017

ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique