chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Witchery - Evil Shall Prevail

Chronique

Black Witchery Evil Shall Prevail (Compil.)
Je ne suis pas un très amateur de compil. Il y a là, comme dans les best of, une sorte de fainéantise du groupe et/ou du label, une façon bas du front de tondre davantage encore le fan de base en lui proposant, sous un joli emballage, des trucs qu’il a déjà. Pour autant, je ne dénie pas tout avantage à l’opération. D’une part, il permet souvent de découvrir des groupes à prix tendres, en jetant une oreille d’un coup d’un seul au meilleur – ou supposé comme tel – de sa carrière. D’autre part, il y a compil et compil. Il y a notamment celles dans lesquels, loin du best of, le groupe présente ses demos oubliées, ses B-side, ses chutes de studio… bref, du matériel loin enfoui sous terre et qui mérite, parfois, qu’on s’y attarde.

C’est le cas de notre client du jour, Black Witchery. War metal, black/death, death occulte, peu importe l’appellation qu’on lui sert, Black Witchery ne fait guète dans la dentelle, tu le sais. Cette compilation le rappelle.

Composée de deux disques, et donc de 4 faces (pour les amateurs de vynils), elle regroupe pour l’essentiel des titres issus de sa demo de 1997, Evil Shall Prevail, du EP de 1998 Summoning of Infernal Legions et de sa contribution au split Hellstorm of Evil Vengeance réalisé avec Conqueror. Le tout étant également parsemé de morceaux inédits, non enregistrés, tirés des travaux pour le split précité, et encore de la cover de Sarcofago Black Vomit réalisée pour le tribute en hommage au groupe brésilien en 2001. 39 minutes pour le premier CD, 38 pour le second. Tu auras compris qu’on ne va pas perdre de temps.

Il y a peu ici à dire que tu ne connais déjà. La musique du combo ricain dépote sévèrement. Le chaos est la règle, l’organisation la honte. La vitesse est réservée aux hommes forts, le ralentissement est laissé aux lâches. Le son, assez roots sur les premiers titres (Summoning of Infernal Legions) et retravaillé par la suite dans diverses sorties, permet d’entendre facilement ce qui se passe au sein de ce maelstrom de sons et d’agression. Et, de fait, c’est ce qui ressort le plus clairement (Black Witching Metal, Evil shall prevail). L’assaut est permanent et les rares mélodies (le pont sur Black Witching Metal ; même chose sur Summoning of Infernal Legions) ne permettent guère de reprendre son souffle tant elles sont, elles aussi, portées par une vitesse hors catégorie. C’est aussi, hélas, ce qui gâche l’impression d’ensemble. L’absence quasi totale de break donne une patine uniforme aux morceaux. L’agression sans relâche perd, au fur et à mesure, en impact comme cette batterie qui martèle sans cesse, dressant un mur compact impénétrable (Unholy Vengeance of War ; Demoniac). C’est déjà ce que l’on pouvait reprocher aux efforts longue durée du groupe, à la différence d’un Archgoat par exemple qui sait ralentir, décélérer pour mieux écraser.

Quant à la voix, le plus souvent hantée, noyée dans le mix, elle semble planer sur les morceaux comme une aura maléfique. Si l’on pourra regretter sa mise en retrait, on peut aussi se féliciter de l’aspect hautement occulte qu’elle offre d’instiller dans les titres, comme les deux intros/morceaux qui coupent la compil’ et plongent l’auditeur dans une atmosphère menaçante (Black Flames of Impure Desire et As Grim Shadows Drape the Heavens, trempés dans l’occulte).

On notera aussi que lorsque le groupe, notamment à ses débuts, insistait davantage sur le thrash qu’aujourd’hui (Destruction of the Holy Kingdom par exemple), sa musique en sortait bien plus diversifiée, sans perdre pour autant en intensité, à l’image de ce que peut faire parfois Impaled Nazarene, notamment dans l’utilisation de la basse (Unholy Vengeance of War ; Into Damnation Eterna). Les lead offraient alors quelques aspérités où s’accrocher, quelques points de repères et de relance du morceau qui, on l’a dit, font aujourd’hui défaut. La densité globale du propos est en effet à double tranchant, qui peut ravir le guerrier comme épuiser l’amateur de cassures rythmiques.

En somme, cette compil’ vaut surtout pour le matériel rare et introuvable qu’elle contient, bien davantage qu’elle ne propose une photographie du groupe. A réserver aux amateurs du style et/ou du groupe même si les plus avides de sensations chaotiques pourront aussi y trouver leur compte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
08/04/2018 18:30
A quand les chroniques des albums nom d'un lampadaire ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Witchery
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Black Witchery
Black Witchery
Black Metal - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
Disc 1
Side A - I
01.   Black Witching Metal
02.   Evil Shall Prevail
03.   Summoning of Infernal Legions
04.   Destruction of the Holy Kingdom
Side B - II
05.   Unholy Vengeance of War
06.   Black Witching Metal
07.   Summoning of Infernal Legions
08.   Into Damnation Eternal
09.   Demoniac

Disc 2
Side A - III
01.   Summoning of Infernal Legions
02.   Destruction of the Holy Kingdom
03.   Intro - Black Flames of Impure Desire
04.   Intro - As Grim Shadows Drape the Heavens
Side B - IV
05.   Black Vomit
06.   Unholy Vengeance of War
07.   Black Witching Metal
08.   Into Damnation Eternal
09.   Demoniac

Durée : 1:18:08

parution
29 Septembre 2016

voir aussi
Black Witchery / Revenge
Black Witchery / Revenge
Holocaustic Death March To Humanity's Doom (Split-CD)

2015 - Nuclear War Now! Productions
  

Essayez aussi
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  
King Of Asgard
King Of Asgard
Fi'mbulvintr

2010 - Metal Blade Records
  
Angelcorpse
Angelcorpse
The Inexorable

1999 - Osmose Productions
  
Omegavortex
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)

2019 - Goat Throne Records
  
Weregoat
Weregoat
Pestilential Rites Of Infernal Fornication

2017 - Vault Of Dried Bones
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique