chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
155 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Borgne - [∞]

Chronique

Borgne [∞]
J’en ai entendu dire que ce nouvel album de BORGNE était long. Pourtant il ne fait qu’une heure avec 8 pistes, là où le précédent, Règne des Morts faisait 78 minutes avec un morceau en moins. L’album d’avant aussi faisait une heure avec seulement 6 pistes. Non, finalement les morceaux de [∞] sont « courts », et reviennent plus aux durées de ceux d’Entraves de l’âme. Un seul dépasse les 10 minutes, et c’est vraiment d’un poil : 20 secondes. La moyenne est plutôt autour de 7. Alors oui, c’est toujours plus « long » que certains groupes qui se contentent de l'essentiel, mais on reste cette fois-ci dans des durées raisonnables. Et surtout, je serais tenté de dire que la durée n’est de toute façon pas un défaut, si les compositions sont de qualité. Qu'il ne faut pas confondre la durée et les longueurs. Se plaindre d’un album long, c’est juste constater qu’on n’a pas de temps à consacrer à la musique. On est responsable de notre incapacité à ingurgiter tant de bonnes choses. On n'a qu'a fragmenter l'écoute. Les longueurs quant à elles, ce sont des passages en trop, inutiles, qui font sembler le temps long. Ce n’est pas le cas ici. Et c’est très facile d’en faire la vérification, en faisant commencer l’album par la piste que l’on veut, on se surprend à esquisser un sourire d'approbation. Oui, s’enchainer tout l’album d’une traite peut être éprouvant parce qu’il est riche, mais chaque piste réussit à nous tenir en haleine, prise à part de l’ensemble.

Une nouvelle fois BORGNE, et donc sa tête pensante Bornyhake (également active pour PURE et ENOÏD), parvient à créer des ambiances prenantes, aux images fortes. Il a toujours été doué pour imposer des paysages désolés, ténébreux, inquiétants et malsains. Il nous refait le coup une énième fois, avec la même efficacité, mais avec en plus des envies de nous prendre à contrepied, des envies de changer par moment le monde visuel habituel. C’est ainsi que tout du long de l’album, il s’amuse à nous tirer par moment violemment par le col et nous plonger dans une ambiance tout à fait différente, mais d’une logique évidente. Sur « I tear apart my blackened wings pt.1 », c’est dans des eaux troubles qu’il nous fait voyager. Des sons marins, une longue partie instrumentale centrale qui fait penser à une plongée, une montée en puissance poussée par des choeurs en fond... Il y a quelque chose de majestueux sur cette piste. On entre dans un univers parallèle qui n’avait pas encore été exploré par le Suisse, mais qui n’a rien de farfelue, parce que c’est ajouté avec naturel.

Et ces sensations d’explorations sages se ressentent tout du long. Dès le début d’ailleurs, avec « La porte du chaos » qui est ouverte avec des sons indus à la fois agressifs et spatiaux. Les deux premières minutes invitent tout de suite à un monde différent de ce qu’on connaissait du groupe. On aura vite fait de vouloir comparer avec les compatriotes de DARKSPACE, et par la suite aussi certains sons y feront référence, mais sans que le résultat n’en soit trop proche. La saleté est plus forte ici. BORGNE a toujours un pied dans les brûmes même lorqu’il a l’esprit dans les étoiles. Et pour la première fois en 8 albums, c’est surtout LEVIATHAN qui m’est venu à l’esprit. J’ai ressenti à plusieurs reprises des frissons similaires à ceux provoqués par The Tenth Sub Level of Suicide.

Je ne vais pas révéler toutes les surprises de l’album, mais il en est riche et chaque piste bénéficie d'une empreinte personnelle. Titres au tempo lent (« Un temps périt »), voix féminines éthérées, chœurs mâles en fond, voix claires sur guitare acoustique (« I tear apart my blackened wings pt.2 / Sun »), utilisation de samples et machines martiales pour ambiances à la NKVD (« Mis à mort, mis à nu»)... C’est riche, c’est accrocheur, on a envie de replonger dedans à répétition. Petit bémol, le chant en français. J’adore le chant en français, mais chez BORGNE, comme chez PURE d’ailleurs, il est trop audible. Ce qui est habituellement une qualité ne l’est pas nécessairement ici, tout simplement parce que la musique de BORGNE vise à nous hypnotiser, à créer des images fortes, et que les vocaux étant à la portée de notre compréhension, ils donnent envie de se concentrer sur leur sens, et donc à casser légèrement l’hypnose. On se surprend à écouter les paroles pour les comprendre, et donc à décrocher de la musique. Il faut faire l’effort de ne plus penser au sens, mais de se laisser bercer également par les vocaux... Alors le voyage est total...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
10/09/2019 22:50
Putain la musique déchire, mais comme tu le dis si bien sakri, sur cet album, le chant français m'a rebuté direct comparé aux albums précédent. Ça annihile tout l'hypnotisme de leur musique. On ne se laisse plus transporter, car on prête attention à ce qu'il dit. Faudrait une version alternative en anglais...
mayhem13 citer
mayhem13
25/08/2019 13:43
Très belle chronique comme d'hab sakri. merci pote toutes ces précieuses découvertes...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Borgne
Black metal ambiant
2018 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (6)  7.12/10

plus d'infos sur
Borgne
Borgne
Black metal ambiant - 1998 - Suisse
  

tracklist
01.   La porte du chaos
02.   Peu importe si elle m'aura aveuglé
03.   Un temps périt
04.   Comme si ça s'arrêtera / Stone
05.   I Tear Apart My Blackened Wings pt.1
06.   I Tear Apart My Blackened Wings pt.2 / Sun
07.   Mis à mort mis à nu
08.   Chuter

Durée : 61:53

line up
parution
30 Mars 2018

voir aussi
Borgne
Borgne
Royaume des Ombres

2012 - Sepulchral Productions
  
Borgne
Borgne
Règne des morts

2015 - Those Opposed Records
  

Essayez aussi
Kvlt of Hiob
Kvlt of Hiob
Thy Kingly Mask

2012 - Blut & Eisen Productions
  
Spectral Lore / Mare Cognitum
Spectral Lore / Mare Cognitum
Sol (Split-CD)

2013 - I, Voidhanger Records
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  

The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique