chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
74 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkenhöld - Memoria Sylvarum

Chronique

Darkenhöld Memoria Sylvarum
Quatrième album déjà pour les français de Darkenhöld, dont les sorties s’effectuent à rythme relativement soutenu depuis 2009. Officiant dans un black metal faisant la part belle, non au satanisme, mais davantage aux ambiances médiévales, anciennes et occultes, le groupe s’inscrit, du moins intellectuellement, dans la veine des Aorlhac, Suhnopfer et autres Ende. De quoi, depuis ses origines, laisser présager du meilleur. Toutefois, Darkenhöld m’a toujours paru en deçà des groupes précités. Moins inspirés, davantage dans l’évocation des ambiances moyenâgeuses que dans leur intégration à proprement parler dans la musique, Darkenhöld m’a toujours renvoyé l’impression d’un groupe qui ne va pas au bout de ses idées. Memoria Sylvarum pourrait bien me faire changer d’avis.

D’abord parce que, dès le départ, les instruments acoustiques se taillent la part du Lion et que ce parti pris installe une véritable atmosphère ancestrale, baignée de mystère et de légendes (A l’Orée de l’Escalier Sylvestre ; Sous la voute de chênes). Pour autant, l’envie d’en découdre s’y mêle parfaitement. Sombre Val, qui ouvre l’album, illustre cette assertion qui, alors que son départ laisse entrevoir de belles ambiances posées, déroule rapidement son propos en violence maîtrisée et chœurs plein d’emphase. La structure épique du titre, comme les soli échevelés qui lui servent de pont central, constitueront, disons-le de suite, le fil conducteur de cet album. La Chevauchée des esprits de Jadis comme Ruines scellées en la Vieille Forêt débutent ainsi sur une batterie très enlevée, presque punk (Clameur des Falaises également), quasi binaire, avant que les titres ne soient là encore traversés de lead plus aériens et de chœurs mystiques (Ruines scellées en la Vieille Forêt où ils appuient littéralement la structure du morceau). Les soli heavy se retrouvent, comme une marque de fabrique, et sont ici utilisés comme à leur habitude chez Darkenhöld, à titre de pont central ou d’élément de reprise dynamique (Sous la voute de chênes encore). Leur rythme replace également l’auditeur dans une ambiance médiévale évidente.

Ensuite parce que le son, moins propre, moins soigné, a gagné en authenticité en devenant plus raw (Ruines scellées en la Vieille Forêt ; Sous la voûte de chênes ; Présence des orbes). Les claviers occupent une place minime (sauf sur l’interlude La Grotte de la Chèvre d’Or, proche de certains travaux de Burzum dans l’esprit), qui soutiennent discrètement la structure quand la majorité des atmosphères est apportées par les seules guitares et leur soli aériens.

Enfin parce que ce son, plus raw justement, pare les titres d’une aura plus agressive, plus tranchante qu’à l’habitude (A l’Orée de l’Escalier Sylvestre ; Clameur des Falaises). Le BM de Darkenhöld prend de ce fait une épaisseur supplémentaire, qui tient aussi, il faut le souligner, au grain plus dissonant des guitares (Errances (Lueur des Sources Oubliées)).

Memoria Sylvarum gomme en grande partie les imperfections décelées dans les albums antérieurs et paraît bien faire passer un cap à Darkenhöld. Certes, les éléments médiévaux restent surtout au stade de l’inspiration, à la différence d’autres combos précités, mais les structures gagnent en vélocité et les soli heavy comme les chœurs habités, répétons-le, apportent une dimension supplémentaire à la musique du groupe (Clameur des Falaises où l’emphase tapisse tout l’arrière plan sonore alors que la rythmique avance à grands pas).

Alors que je n’avais pas véritablement accroché aux efforts antérieurs du combo, Memoria Sylvarum se pose en très agréable surprise, en partie parce qu’il assume une certaine régression sur le son mais aussi et surtout parce que les éléments positifs qui constituent la marque de fabrique du groupe (les solis heavy notamment et les instruments acoustiques) ont été poussés bien plus avant, la musique y ayant gagné en épaisseur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Zur-En-Arh citer
Zur-En-Arh
05/05/2018 16:01
note: 8/10
Excellent album. "Sous La Voûte Des Chênes" est énorme.

Probablement leur meilleur pour moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkenhöld
Black metal
2017 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Darkenhöld
Darkenhöld
Black metal - France
  

tracklist
01.   Sombre val
02.   La chevauchée des esprits de jadis
03.   Ruines scellées en la vieille forêt
04.   A l'orée de l'escalier sylvestre
05.   La grotte de la chèvre d'or
06.   Sous la voûte de chênes
07.   Clameur des falaises
08.   Errances (Lueur des sources oubliées)
09.   Présence des orbes

Durée : 44:19

line up
parution
17 Mai 2017

voir aussi
Darkenhöld
Darkenhöld
Echoes from the Stone Keeper

2012 - Those Opposed Records
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  

Essayez aussi
Krieg
Krieg
The Isolationist

2010 - Candlelight Records
  
One Tail, One Head
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)

2011 - Terratur Possessions
  
Hell Militia
Hell Militia
Last Station On The Road To Death

2010 - Debemur Morti Productions
  
Amestigon
Amestigon
Thier

2015 - World Terror Committee Records
  
Marduk
Marduk
Warschau (Live)

2005 - Blooddawn Productions
  

Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique