chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dissection - The Somberlain

Chronique

Dissection The Somberlain
L'aventure de ce groupe mythique commence là, sur les traces de "The Somberlain". A sa sortie en 1993, c'est No Fashion Records qui permet à la bande de Jon de répandre leur haine sur toute l'Europe. Même si aujourd'hui le style pourrait sembler commun, il faut bien comprendre que Dissection en fut l'initiateur, mélangeant les ambiances black aux mélodies très heavy du death mélodique. Ce premier album témoigne déjà d'un grand savoir-faire, d'une grande maturité dans la manière de composer, mais aussi d'un feeling extraordinaire qui fera leur renommée.

Et pour s'en convaincre, il n'y a qu'à s'enfourner la première bouchée de l'album, "Black Horizons", morceau très représentatif de l'album, mélange de black/death parfait, très mélodique et puissant, se laissant parfois aller à quelques interludes acoustiques de toute beauté. Sur "The Somberlain", Dissection impose déjà bien sa marque de fabrique, son style aux ambiances glaciales et malsaines, aux guitares tantôt lourdes et pesantes, tantôt aériennes, tantôt acoustiques pour mieux surprendre. Les 3 titres instrumentaux ("Crimson Towers", "Into Infinite Obscurity" et "Feather's Fell") en sont une parfaite illustration, classiques et subtilement décalées. Malgré certains côté très heavy, voir "chantants", l'album est d'une grande noirceur, à l'image de titres comme "Black Horizons", "Frozen" et "A Land Forlorn", avec la voix rugueuse et inimitable de Jon, au meilleur de sa forme. Peut être encore trop approximatif et disparate, "The Somberlain" n'a pas encore l'efficacité qu'aura "Storm Of The Light's Bane" qui reste encore aujourd'hui, LA référence en ce qui concerne Dissection. En effet, il ne forme pas un parfait monolith de puissance, où certains titres comme "In The Cold Winds Of Nowhere" ou "Mistress Of The Bleeding Sorrow" n'ont pas la même prestance que d'autres, notamment les excellents "The Somberlain" ou encore "A Land Forlorn". Côté production, c'est un certain Dan Swanö (et oui, il est partout) qui s'en est chargé, et elle est vraiment bonne, surtout pour l'époque.

"The Somberlain" est dans l'ensemble un très bon album, qui n'a pas à rougir de se place aux côtés de son petit frère. Je dirai même que sa nature un peu moins formaté, plus confuse pourrait plus plaire à ceux qui ont du mal à comprendre pourquoi "Storm Of The Light's Bane" est un album incontournable. Un album aux charmes indéniables qui ne pourra pas vous laisser indifférent (ou alors essayez Evanescence).


PS : "The Somberlain" est dédicacé à la mémoire d'Euronymous, ex-guitariste de Mayhem (pas parce qu'il a quitté le groupe, mais parce qu'il a été assassiné... une sombre histoire de black metal).

DOSSIERS LIES

Black/Death Suédois : les indispensables
Black/Death Suédois : les indispensables
Juillet 2007
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
03/12/2017 08:35
dantefever a écrit : Décidément je le préfère à Storm of the Light's Bane

Les deux sont des tueries. Sourire
Dantefever citer
Dantefever
02/02/2017 17:33
Décidément je le préfère à Storm of the Light's Bane
Dead citer
Dead
19/09/2010 14:14
note: 8/10
von_yaourt a écrit : Je crois surtout que tu es le premier à lire une chro de Dead en entier. Moqueur

Ça c'est pas impossible... Roll Eyes
von_yaourt citer
von_yaourt
19/09/2010 13:36
note: 9.5/10
Je crois surtout que tu es le premier à lire une chro de Dead en entier. Moqueur
Momos citer
Momos
19/09/2010 11:12
Dead a écrit : Oui je devais être plus où moins bourré quand j'ai écris ça Mr Green Et, après toutes ces années, je suis le premier à me rendre compte de cette erreur impardonnable? Moqueur
Dead citer
Dead
19/09/2010 10:37
note: 8/10
Oui je devais être plus où moins bourré quand j'ai écris ça Mr Green
Momos citer
Momos
18/09/2010 22:51
Citation : PS : "The Somberlain" est dédicacé à la mémoire d'Euronymous, ex-chanteur de Mayhem (pas parce qu'il a quitté le groupe, mais parce qu'il a été assassiné... une sombre histoire de black metal).
Euronymous était le GUITARISTE de Mayhem, c'était Dead le CHANTEUR à qui Dissection à dédicacé un de ses albums.
NightSoul citer
NightSoul
11/06/2008 18:54
note: 10/10
Bon vu le nombre de ce post pour cet album, je me suis dit qu'un de plus ce serait pas du luxe, surtout que pour moi, c'est le meilleur de Dissection avec la chanson " Black Horizons", suivie de près par "The Somberlain" une pure tuerie!
magnifique, grandiose, chef d'oeuvre, culte, intemporel sont les mots qui me viennent à l'esprit pour cet album

Un groupe nommé "Black horizons"(oui en hommage à Dissection) a sorti son premier album en 2004, "Suicide Symphonies" et un second en 2007 " Funeral's Dream", très très inspiré Dissection , mais en plus moderne et à mon goût, mais il devrait comblé les fans du genre en manque d'album à la "The Somberlain" ou "Storm Of The Light Bane", perso je suis fan, même si c'est pas original ça fait bien plaisir
Chri$ citer
Chri$
04/02/2005
note: 8.5/10
contient peut etre bien la toute meilleure chanson de Dissection: "the somberlain"...j'ai été obsédé pdt des semaines par les riffs de cette chanson qd j'ai apprise à la jouer

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dissection
Black/Death
1993 - No Fashion Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (60)  8.96/10
Webzines : (15)  8.68/10

plus d'infos sur
Dissection
Dissection
Death mélodique - 1989 † 2006 - Suède
  

tracklist
01.   Black Horizons
02.   The Somberlain
03.   Crimson Towers
04.   A Land Forlorn
05.   Heaven's Damnation
06.   Frozen
07.   Into Infinite Obscurity
08.   In The Cold Winds Of Nowhere
09.   The Grief Prophecy / Shadows Over A Lost Kingdom
10.   Mistress Of The Bleeding Sorrow
11.   Feathers Fell

Durée : 45:32

line up
parution
3 Décembre 1993

voir aussi
Dissection
Dissection
Storm Of The Light's Bane

1995 - Nuclear Blast Records
  
Dissection
Dissection
Reinkaos

2006 - Black Horizon Music
  
Dissection
Dissection
Live Legacy (Live)

2003 - Nuclear Blast Records
  
Dissection
Dissection
Rebirth Of Dissection (DVD)

2006 - Black Horizon Music
  

Essayez aussi
Torchbearer
Torchbearer
Death Meditations

2011 - Vic Records
  
Sarcasm
Sarcasm
Esoteric Tales Of The Unserene

2019 - Chaos Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Death To All

2009 - Regain Records
  
Lord Belial
Lord Belial
Kiss The Goat

1995 - No Fashion Records
  
Torchbearer
Torchbearer
Yersinia Pestis

2004 - Metal Blade Records
  

A.A. Williams + Brutus + Cult of Luna
Lire le live report
Verse
Aggression
Lire la chronique
Suppression
Repugnant Remains (EP)
Lire la chronique
Mur
Brutalism
Lire la chronique
Nightbearer
Tales Of Sorcery And Death
Lire la chronique
Diocletian
Amongst The Flames Of A Bvr...
Lire la chronique
Profanatica
Rotting Incarnation of God
Lire la chronique
Sentient Horror
Morbid Realms
Lire la chronique
Botanist à l'occasion de la sortie de Ecosystem
Lire l'interview
NONE #2 - RAVENSIRE - A Stone Engraved in Red
Lire le podcast
In The Woods...
Cease The Day
Lire la chronique
Pa Vesh En
Pyrefication
Lire la chronique
Stormwarrior
Norsemen
Lire la chronique
Desekryptor
Chasm Of Rot (Compil.)
Lire la chronique
Gone In April
Shards of Light
Lire la chronique
Opeth
In Cauda Venenum
Lire la chronique
Black Cilice
Transfixion of Spirits
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
The Nephilim
Lire la chronique
Sepolcro
Amorphous Mass (EP)
Lire la chronique
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods...
Lire la chronique
The Kryptik
When The Shadows Rise
Lire la chronique
And Now The Owls Are Smiling
The Comforting Grip of Misery
Lire la chronique
Gruzja
Jeszcze Nie Mamy Na Was Pom...
Lire la chronique
Mortiferum
Disgorged From Psychotic De...
Lire la chronique
USE YOUR COLLUSION TOUR
Downcast Collision + Gwar +...
Lire le live report
L'aigle n'est pas réservé aux NAZIS !!!
Lire le podcast
Obsidian Dawn
Echoes Of A New Dawn (EP)
Lire la chronique
Asphodèle
Jours Pâles
Lire la chronique
Dawn Ray'd + False
Lire le live report
Rorcal
Muladona
Lire la chronique