chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Beherit - Drawing Down The Moon

Chronique

Beherit Drawing Down The Moon
« J’ai vu s’ouvrir l’univers des ténèbres où tournent les planètes noires. Elles tournent dans son horreur inconnue : sans ordre, sans éclat et sans nom. »

Cette phrase pourrait résumer à elle-seule Drawing Down the Moon. Un album à part qui en a décontenancé plus d’un lors de sa sortie en 1993 et qui continue de susciter des réactions extrêmes. On adore, on déteste ou bien on reste sceptique. De l’art ou du cochon ? À la vue de la note, vous avez certainement deviné dans quel camp je me situe. J’élève ce dernier au rang de culte, ni plus ni moins. De l’art et de l’art noir, voici ce que vous délivre Beherit à travers une œuvre jusqu’au-boutiste et éminemment spirituelle.

Une nouvelle fois, la bête immonde s’est engouffrée dans notre monde afin de répandre son funeste message et exciter une terreur indicible au plus profond de nos êtres. La voix inhumaine de NHV, tantôt désincarnée (cf. l’introduction) tantôt bestiale (le rampant « Black Arts »), sort du chaos déclamant blasphèmes et odes noires. Des abominations qui acquièrent une certaine beauté et qui n’auraient pu avoir autant d’impact sans cette bande son monstrueuse réalisée par les Finlandais. Tout semble être fait, dans un premier temps, pour choquer et agresser que ce soit par les mots ou la forme, avec une musique crade, raw et primitive à souhait. Beherit est excessif dans tout ce qu’il fait. C’est en cela que la formation peut rebuter. Pourtant rien dans la création ou l’exécution ne parait forcé, tout est inné. Le Mal coule dans les veines et l’entité est comme animée par une force atavique. Les passages bien rugueux ainsi que les brulots ont toujours la part belle, avec notamment « Down There… » ou encore « Werewolf, Semen and Blood ».

Cependant la bête mue et offre beaucoup plus de variations sur ce premier long format sans dénaturer sa nature propre. La formation progresse mais en toute logique. Vous retrouvez d’ailleurs – plus ou moins réarrangés – « Werewolf, Semen and Blood » (tiré du split avec Death Yell) mais aussi deux morceaux de l’excellent court format Down There… sorti, en 1991, sous le nom de The Lord Diabolus – suite à des problèmes rencontrés avec le label de l’époque. Vous avez donc des changements de rythmes, des touches horrifiques mais utilisés sans retenue et où viennent se greffer de nouveaux éléments. À l’écoute de Drawing Down The Moon, la maîtrise des musiciens est frappante. Tout est là ! L’esprit, l’ambiance, la bestialité et des hymnes immortels – repris x fois. Difficile de se lasser d’un « Salomon's Gate » ou de la sublime « The Gate of Nanna ». En se démarquant quelque peu des codes, Beherit se dévoile enfin, délivrant une œuvre puissante et singulière.

Les nombreux ralentissements, les pistes instrumentales et les titres plus mid tempos aèrent clairement l’ensemble et mettent en relief les différentes atmosphères instaurées par la formations – je commence, inconsciemment, à faire des parallèles avec Impaled Nazarene et la scène black metal grecque. Malgré la crasse et la rudesse ainsi que les gros coups de boutoir assenés, la musique vous happe totalement grâces aux mélodies entêtantes souvent couplées à des effets parfaitement dosés (les chœurs sur « Nocturnal Evil », par exemple). Vous êtes possédés et suivez docilement la cérémonie sacrificielle menée la sombre entité. Vous vous massez auprès de silhouettes informes, dessinant une colonne, semblant monter tout droit vers une ouverture dans les cieux. Un bal monstrueux accompagné par des grognements, des susurrements de serpents faits hommes (« Black Arts »), des voix spectrales et des sonorités électroniques d’outre espace (« Intro (Tireheb) » et «Nuclear Girl »). L’aspect occulte dégouline de chaque composition, vous tiraillant entre épouvante et extase.

Drawing Down The Moon est à la fois grouillant et chaotique mais, paradoxalement, parfaitement cohérent. Beherit mélange habilement divers éléments tout en restant ancré dans l’ancien. Vous retrouvez ici des références plus terre-à-terre liés au paganisme (« Summerlands » est une belle parenthèse inattendue), là un texte extrait de La Bible satanique – plus précisément, des neuf représentations sataniques – d’Anton Szandor LaVey (cf. l’introduction). Quant aux sons plus modernes, ils ne font que renforcer le côté primitif et spatial. Les musiciens se donnent corps et âmes à l’art noir, laissant libre cours à leurs aspirations profondes et s’affranchissant des frontières. En résulte un album réussi, habité – empli de symboles et de magie –, unique et intemporel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
17/11/2018 20:34
Le genre d'album qui me laisse de marbre... Je ressens l'ambiance qu'ils ont voulu créer mais ça ne me touche pas.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
16/11/2018 12:32
Pile-poil pour les 25ans de l'album ! Une chronique qui tombe à point pour un album incontournable, je ne m'en lasse pas. À noter que c'est moins violent que leures premières démos.
dantefever citer
dantefever
15/11/2018 13:52
note: 10/10
J'aime à peu près tout ce qu'a fait Beherit, mais le sommet est là. Même après 25 ans, cet album reste d'une noirceur et d'une profondeur occulte incroyable. J'ai l'impression de le redécouvrir à chaque écoute. Ça peut paraître un peu surfait, mais Beherit fait parti des groupes dont la musique arrive à rester inquiétante et fascinante malgré le temps.
Dysthymie citer
Dysthymie
15/11/2018 12:08
note: 9.5/10
Funky Globe a écrit : Grand album! Un des albums qui m'ont fait rentrer dans le black à l'époque de sa sortie avec le terrible The Gate of Nanna!!

J'ai bien aimé Endgram qui est assez fidèle à ce qu'est Beherit.

A quand la chronique de the Oath of Black Blood?


Il a été chroniqué.....mais cela date un peu il est vrai (2005) !
Je viens de la lire là et certaines phrases du premier paragraphe me gênent un peu. Mais bon...
Funky Globe citer
Funky Globe
15/11/2018 09:32
Grand album! Un des albums qui m'ont fait rentrer dans le black à l'époque de sa sortie avec le terrible The Gate of Nanna!!

J'ai bien aimé Endgram qui est assez fidèle à ce qu'est Beherit.

A quand la chronique de the Oath of Black Blood?
Dysthymie citer
Dysthymie
14/11/2018 19:56
note: 9.5/10
Merci !

Personnellement, j'ai mis du temps à "comprendre" les évolutions effectuées par les groupes de black... J'étais assez fermée à une époque. Et, certains peuvent passer d'autre pas ou sont en cours ah ah ! Beherit, ça va. Burzum non (mais c'est, je crois, plus une question de style). Ulver passe aussi mais pas les dernières réalisations. Quelques Darkthrone arrivent à trouver écho. Bref, "les goûts et les couleurs" ah ah !
Fabulon citer
Fabulon
14/11/2018 13:49
note: 9/10
Chronique passionnée pour un album passionnant.

Effectivement un mix déroutant, entre des ambiances enfiévrées et des atmosphères plus froides et spectrales.
Vraiment singulier comme musique!

Je n'ai cependant pas du tout adhéré à la suite, jusqu'au sympathique Engram.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beherit
Black Metal
1993 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (6)  9/10
Webzines : (3)  9.28/10

plus d'infos sur
Beherit
Beherit
Black Metal - 1989 - Finlande
  

tracklist
Intro (Tireheb)
Salomon's Gate
Nocturnal Evil
Sadomatic Rites
Black Arts
The Gate of Nanna
Nuclear Girl

Unholy Pagan Fire
Summerlands
Werewolf, Semen And Blood
Thou Angel Of The Gods
Lord Of Shadows And Goldenwood

Durée : 39 minutes 30

line up
voir aussi
Beherit
Beherit
The Oath Of Black Blood (Compil.)

1991 - Turbo Music
  

Essayez aussi
Clandestine Blaze
Clandestine Blaze
City of Slaughter

2017 - Northern Heritage
  
Black Witchery / Revenge
Black Witchery / Revenge
Holocaustic Death March To Humanity's Doom (Split-CD)

2015 - Nuclear War Now! Productions
  
Sargeist
Sargeist
Let The Devil In

2010 - Moribund Records
  
Uhl
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)

2015 - Autoproduction
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Absence Of Light

2010 - Candlelight Records
  

Rammstein
Rammstein
Lire la chronique
Sigillum Diabolicum
Ordo Repugnant: Les maux du...
Lire la chronique
Deus Mortem
Kosmocide
Lire la chronique
Massacra
Final Holocaust
Lire la chronique
Helms Alee
Noctiluca
Lire la chronique
Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique