chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cult Of Occult - Anti Life

Chronique

Cult Of Occult Anti Life
Ainsi, Cult of Occult, ce groupe de bourrins-mesquins amateurs de bières, de doom et de bières, a décidé de devenir esthète.

Jugez plutôt : artwork d'inspiration classique, morceau unique découpé en « chapitres » avec un attachement particulier à la cohérence, au mouvement, à la peinture d'un « univers »... Arrêtez, n'en jetez plus ! Sont-ce bien les mêmes personnes que j'ai interviewées lors de la sortie de Five Degrees of Insanity, avec leurs réponses usant autant de neurones que leurs monoriffs ?

Oui, ce sont toujours elles. Et je me suis bien trompé sur ces Français que j'ai mis rapidement dans la case des moutons noirs du doom. Cult of Occult n'est pas un groupe de connards ou plutôt, il est bien plus que « simplement » cela. Anti Life le prouve, dans ses couches où l'esprit ne sait plus où s'arrêter, chez le premier album de Highgate, chez Abandon, chez Funeralium ou encore chez cette scène aristocratique de Rouen, dans laquelle les Lyonnais semblent s'inscrire avec une telle force qu'ils donnent envie de prendre une carte et dessiner une diagonale du vide intérieur allant du sud-est au nord-ouest de l'hexagone.

Autant dire que ça pique, de constater que ceux qu'on avait mis dans une certaine case sont en vérité plus troubles que ce qu'on pouvait penser. Que ces « petits alcooliques cyniques » comme j'aimais les qualifier dans ma chronique de Five Degrees of Insanity sont capables d'emporter sur un temps long dans l'abîme, de faire chuter avec eux, de quitter ces images d'immeubles sordides, de caves où appeler Satan une canette à la main, pour aller directement à sa rencontre. « Ici est sa demeure », avec ce qu'elle contient de délicieuse décadence, de plongée esthétique – pardon, je ne reviens toujours pas d'utiliser ce mot au sujet de Cult of Occult – où l'abattement se partage une place avec le dégoût de tout, tous et toutes.

Ça pique, et pas qu'un peu. Car on constate dans ces cinquante-trois minutes que tout était déjà là, qu'il ne s'agit que d'attention portée à une facette de la musique des Lyonnais, au point de vouloir jeter au feu sacrificiel les précédents bavardages qu'on a pu écrire à leur sujet. Que dans leurs blagues se cachaient déjà le sarcasme, ce rire qui est la marque de qui-vous-savez. Oui, Cult of Occult est toujours ce groupe qui, plutôt que de dire qu'il a une identité, donne envie de le définir comme « identitaire », dévoué au doom corps et âme, l'alcool comme chemin sacré, aidé d'un son d'une lourdeur incroyable où chacun martèle de son instrument de prédilection. Mais il manquait encore un pas à faire pour que ce fanatisme possède la part de religieux que l'on y attache généralement. Considérez-le comme franchi.

C'est que durant Anti Life, comme en révélation, il faut croire avant de savoir. Se laisser couler dans l'imaginaire que Cult of Occult développe. Accepter de se faire matraquer, enivrer, rosser puis pétrifier. S'enfoncer dans la solennité, cette forme profonde de recueillement où la lassitude est un marche-pied spirituel (cela reste du doom, et du doom pour ceux au clair avec ce que l'ennui peut apporter de sensations). Penser que l'occulte et son culte sont des choses présentes et vibrantes dans lesquelles se diluer, l'évaporation de soi au service de Lui. Se prendre au jeu, quitte à se perdre dans certains méandres où l'attention flotte parfois, dans le vague mais toujours avec ce vague à l'âme.

Ainsi, Cult of Occult, ce groupe de bourrins-mesquins amateurs de bières, de doom et de bières, a décidé de devenir esthète. Peut-être l'a-t-il toujours été, lui et ses amours négatifs, s'habillant aujourd'hui d'une élégance qui fait voir ces éléments en pleine lumière. Ou peut-être est-ce l'ultime pied-de-nez de ces sales gosses du doom, jouant de l'énigme pour mieux se moquer de nous, perdus et enchantés derrière notre mine crevée. Peu importe que ces derniers ricanent devant la réussite de leur tour. Nous, clairement, nous ne rions pas à l'écoute de Anti Life.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
03/06/2018 19:35
note: 8.5/10
Gredins.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cult Of Occult
Sludge / Doom Metal
2018 - Music Fear Satan
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Cult Of Occult
Cult Of Occult
Sludge / Doom Metal - 2011 - France
  

écoutez
tracklist
01.   AL
02.   NI
03.   TF
04.   IE

Durée : 53 minutes 38 secondes

parution
1 Juin 2018

voir aussi
Cult Of Occult
Cult Of Occult
Five Degrees of Insanity

2015 - Deadlight Entertainment
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Malemort
Malemort
Individualism, Narcissism, Hedonism

2017 - Prison Tatt Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique