chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

At The Gates - To Drink from the Night Itself

Chronique

At The Gates To Drink from the Night Itself
Peut-être suis désormais le seul, mais pour moi un nouvel album d’At The Gates reste un événement. Créateur d’un style et d’un album qui revient régulièrement dans les tops ici et là (je ne vous ferai pas l’affront de citer l’album), les Suédois avaient marqué à mon sens un retour en force en 2014 avec « At War with Reality », qui sans avoir (ni chercher à avoir) le statut « culte » de son prédécesseur, prolongeait très agréablement le plaisir pour les nostalgiques de cette époque.

4 années ont passé, Anders Björler a quitté le groupe, laissant à son frère Jonas la lourde tâche de composer tout ou du moins une bonne partie de l’album en sonnant toujours « à la façon de ». Et si Jonas Stålhammar (exfiltré de God Macabre) a certainement eu son mot à dire dans l’aventure de la composition, ce « To Drink from the Night Itself » me semble avoir été porté en grande partie par les épaules certes solides de notre bassiste bien aimé, qui œuvre aussi pour rappel dans The Haunted. Ce préambule me permet d’en arriver au premier constat qui s’impose au fil de très, très nombreuses écoutes et découle de ce changement de line up : le riffing « catchy » dont « At War.. » avait bénéficié a été mis de côté au profit d’une approche beaucoup plus sombre, très rythmique et dans lequel les mélodies guitares ont moins d’espace que par le passé. De façon générale, les riffs ont la main mise sur le spectre musical qui s’étend sur ces 44 et quelques minutes, et vous me direz que c’est tant mieux, on est pas venu écouter du old school In Flames avec de jolies mélodies à chantonner sous la douche (ce qui n’est plus qu’un lointaine rêve éveillé), mais du At The Gates bien burné.

Certes, mais du coup ce « To Drink… » se révèle un peu abrupt au premier rdv, et passé le titre éponyme (3 secondes suffisant à se dire : personne ne fait du At The Gates aussi bien qu’eux-mêmes – titre efficace mais qui s’oublie un peu vite) et la triplette « Palace of Lepers » (à la fin mélodico-poignante à 2mn57 très efficace) / « Daggers of Black Haze » (qu’on remarque d’office pour plein de bonnes raisons, notamment l’apparition extrêmement plaisante de passages acoustiques mais aussi juste parce que le titre est un plaisir) / The Chasm » (un titre semi rapide et presque hardcore qui a une place judicieuse dans la tracklist pour marquer une transition avec la seconde moitié), la suite de l’album manque un peu de saveur et surtout d’accroche. Pourtant, quelques agréables solis sont présents (« A Labyrinth of Tombs »), les appuis mélodiques sont solides « In Death They Shall Burn »), et l’émotion transparait assez facilement pour faire mouche (« In Nameless Sleep ») ; je mettrai de côté « The Colours of the Beast » que je n’aime que très moyennement, et « The Mirror Black », qui fait plus office d’outro que de réelle chanson, avec cette fin exclusivement « orchestrale » sans grande saveur, regrettable alors que la partie « électrique » du morceau est proprement excellente.

Paradoxalement, ce « To Drink from the Night Itself » est porteur d’une grande, très grande émotion, et la noirceur qui transpire de chaque note est beaucoup plus touchante que la précédente production du groupe. Mais je n’arrive pas à prendre autant mon pied pour autant, et même si le temps pourra peut-être me faire dire le contraire, j’attends mieux d’un de mes groupes favoris. Je me trouve dans cette étrange position où je n’ai pas grand-chose à reprocher à cet album, excepté un léger manque d’accroche dans l’ensemble, mais je sens pour autant toujours une légère déception à l’écouter, alternée avec de courts shots de plaisir au détour d’un riff juste magique ou d’un hurlement de Tompa me ramenant tout droit dix ans en arrière. Alors que je suis encore client de ce style… Un prochain album me permettra de mettre en perspective celui-ci et d’éclaircir ce cas de conscience. J’espère ne pas attendre 4 ans encore… !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
29/08/2018 21:07
note: 5/10
X-Death a écrit : Ca donne eco - du coup.... ok je go "at the gate".....

Ptdr
X-Death citer
X-Death
29/08/2018 16:39
Ca donne eco - du coup.... ok je go "at the gate".....
N4pht4 citer
N4pht4
29/08/2018 10:18
note: 5/10
Deathrash a écrit : Je l'ai revendu. Je comprend pas ces groupes qui font un parfait copié collé de la production de l'album précédent. Surtout en fin de carrière ou tout a déjà été dit. Et pas que la prod. Même les compos, tout renvoi à AWWR.

C'est suicidaire quand c'est moins bon. On dirait vraiment le cru 2014 version eco +


Bien d'accord avec toi! J'ai bien aimé le "eco +"
Deathrash citer
Deathrash
28/08/2018 22:35
note: 5/10
Je l'ai revendu. Je comprend pas ces groupes qui font un parfait copié collé de la production de l'album précédent. Surtout en fin de carrière ou tout a déjà été dit. Et pas que la prod. Même les compos, tout renvoi à AWWR.

C'est suicidaire quand c'est moins bon. On dirait vraiment le cru 2014 version eco +
N4pht4 citer
N4pht4
19/06/2018 09:38
note: 5/10
Ah oui bah non. Je mets la moyenne parce que je respecte le groupe, et j'avais meme bien aimé At war with reality, mais la... je vois pas comment vous leur mettez des notes pareilles.
Bras Cassé citer
Bras Cassé
18/06/2018 14:42
note: 5/10
Le taux de créativité est au plus bas, alors on recycle les idées d’autrefois. Album plat et quelconque.
N4pht4 citer
N4pht4
18/06/2018 11:28
note: 5/10
Dead a écrit : Les extraits que j'avais pris le temps d'écouter ne m'avait pas du tout emballés... Je retesterai à l'occasion.

Pareil, les extraits m'avaient presque fait de la peine tellement c'était mauvais (refrains FM, riffs auto-pompés mais avec l'inspiration en moins et j'en passe), mais vu ta note je vais quand meme tenter le disque.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
18/06/2018 09:18
note: 7.5/10
Après un précédent opus décevant le groupe retrouve l'inspiration et la puissance avec ce très bon disque qui fait le boulot sans chercher plus loin. Ca s'écoute vite et bien et c'est tout ce qu'on demande
Dead citer
Dead
17/06/2018 17:47
Les extraits que j'avais pris le temps d'écouter ne m'avait pas du tout emballés... Je retesterai à l'occasion.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
At The Gates
Death Metal Melodique
2018 - Century Media Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  5.9/10
Webzines : (17)  7.83/10

plus d'infos sur
At The Gates
At The Gates
Death Metal Melodique - 1990 - Suède
  

vidéos
To Drink from the Night Itself
To Drink from the Night Itself
At The Gates

Extrait de "To Drink from the Night Itself"
  
A Stare Bound in Stone
A Stare Bound in Stone
At The Gates

Extrait de "To Drink from the Night Itself"
  
Daggers of Black Haze
Daggers of Black Haze
At The Gates

Extrait de "To Drink from the Night Itself"
  

tracklist
01.   Der Widerstand
02.   To Drink from the Night Itself
03.   A Stare Bound in Stone
04.   Palace of Lepers
05.   Daggers of Black Haze
06.   The Chasm
07.   In Nameless Sleep
08.   The Colours of the Beast
09.   A Labyrinth of Tombs
10.   Seas of Starvation
11.   In Death They Shall Burn
12.   The Mirror Black

line up
parution
18 Mai 2018

voir aussi
At The Gates
At The Gates
With Fear I Kiss The Burning Darkness

1993 - Peaceville Records
  
At The Gates
At The Gates
At War With Reality

2014 - Century Media Records
  
At The Gates
At The Gates
Slaughter Of The Soul

1995 - Earache Records
  
At The Gates
At The Gates
The Red In The Sky Is Ours

1992 - Peaceville Records
  
At The Gates
At The Gates
Terminal Spirit Disease

1994 - Earache Records
  

Essayez aussi
Kalmah
Kalmah
The Black Waltz

2006 - Spikefarm Records
  
Skyfire
Skyfire
Esoteric

2009 - Pivotal Rockordings
  
All Shall Perish
All Shall Perish
The Price Of Existence

2006 - Nuclear Blast Records
  
Fragments Of Unbecoming
Fragments Of Unbecoming
The Art Of Coming Apart
(Chapter V)

2012 - Cyclone Empire Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Soul Sphere

2015 - Sumerian Records
  

Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique