chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nuclear Assault - Survive

Chronique

Nuclear Assault Survive
Un an après l’enregistrement de The Plague, les New-Yorkais de Nuclear Assault prenaient à nouveau la direction de Los Angeles pour y retrouver le producteur Randy Burns (Death, Kreator, Possessed, Megadeth...). Une collaboration renouvelée qui aboutira cette fois-ci sur la sortie d’un deuxième album intitulé Survive. Illustré par Sean Rodgers dont le résultat fait ici directement écho aux précédents travaux de Gerald McLaughlin et Ed Repka, ce nouvel album paraît sous la direction des labels I.R.S. pour les États-Unis et Under One Flag pour l’Europe.
Particulièrement attendu par tous les amateurs de Thrash tombés deux ans plus tôt sous le charme de l’énergie et de l’intensité de Game Over, Survive viendra installer durablement Nuclear Assault comme l’un des meilleurs groupes de Thrash américain en activité à la fin des années 80 (ça et quelques tournées particulièrement musclées). Malheureusement, s’il est encore aujourd’hui très facile de mettre la main sans se ruiner sur des albums comme Game Over ou Handle With Care, c’est loin d’être le cas de Survive dont les derniers pressages remontent à... 1988. Dommage pour un album de ce calibre.

Doté d’une production qui trente ans plus tard conserve encore toute sa fraîcheur et sa pertinence, Survive est le genre d’album capable de passer les décennies sans pour autant donner la sensation d’avoir particulièrement (mal) vieillit. Bien entendu, le travail de Randy Burns porte en lui les caractéristiques de son époque (on est en effet bien loin des productions en béton-armé que l’on nous sert régulièrement aujourd’hui dans le Thrash) mais qu’importe car après toutes ces années, le charme continue d’opérer sans qu’il y ait besoin de (se) forcer.
Marchant dans les pas de son prédécesseur, Survive va néanmoins s’en distinguer en laissant désormais de côté ces accointances Punk/Hardcore jusque-là relativement évidentes (notamment sur l’album Game Over) pour se focaliser désormais sur une musique 100% Thrash. On le constate d’ailleurs assez rapidement par l’absence de mélodies catchy et faciles (celles que l’on pouvait alors trouver sur des titres tels que "Cold Steel", "Stranded In Hell", "My America" ou "Vengeance") ainsi que par un riffing un peu plus élaboré. Certes, le débit de paroles de John Connelly renvoie toujours à ce qui se faisait au sein de la scène Hardcore new-yorkaise à l’époque mais pour le reste, Nuclear Assault a clairement procédé à quelques ajustements (sans pour autant l’aspect mélodique de ses compositions). Et pour le coup, même si j’ai toujours eu une affection toute particulière pour ces genres que sont le Punk et le Hardcore, les meilleurs albums de Nuclear Assault restent pour moi ceux où leurs influences, évidemment toujours présentes, s’entendent le moins (Survive donc et Handle With Care).

Ainsi, sans pour autant changer son fusil d’épaule, Nuclear Assault va donc s’affirmer à l’aide d’une formule encore plus Thrash que par le passé, continuant ainsi de faire la nique à pas mal de groupes de l’époque grâce à un degré d’intensité toujours aussi élevé. Il n’y a qu’à regarder la durée bien peu excessive de ce Survive (trente et une minutes) pour comprendre à quel point les Américains continuent de mener leurs assauts la tête dans le guidon et la rage au ventre à coup de riffs toujours aussi nerveux et incisifs là où d’autres commencent petit à petit à allonger leurs compositions ou à tout simplement baisser la cadence. Vous vouliez du shred ? Pas de souci en voilà ! De "Rise From The Ashes" à "Survive" en passant par "Great Depression", "Equal Rights" ou bien encore "Technology", vous trouverez largement de quoi faire travailler vos cervicales. En plus de ces riffs, on trouve également de nombreux solo toujours aussi jouissif et efficaces, expédiés là encore à toute berzingue. De quoi accompagner ces séquences de headbanging mouvementées par quelques parties d’air guitar ! Le tout sur fond de cavalcades quasi-interrompues ou de breaks à se briser ce qu’il vous reste de nuque. Un rythme soutenu (on trouve encore une fois un titre flirtant allègrement avec le Grindcore - "PSA") marqué cependant par quelques passages plus en retenus comme l’attestent des titres tels que "Brainwashed", la première partie tout en douceur et en mélodie de "Fight To Be Free" et puis surtout "Wired", un titre Thrash/Hard particulièrement plan-plan pour du Nuclear Assault mais avec un petit côté voyou, notamment à cause de cette rythmique très appuyée qui donne sérieusement envie de dodeliner de la tête. L’album se conclue enfin par une reprise du célèbre "Good Times, Bad Times" des Anglais de Led Zeppelin. Un exercice toujours assez sympathique même si bien souvent je n’en raffole pas lorsque cela est fait par un groupe de Thrash ("My Sharona" par Destruction, "Anarchy In The UK" par Megadeth, "Immigrant Song" par Dark Angel et quelques autres encore, pour le meilleur et pour le pire). M’enfin bon, comme pour tout le reste, Nuclear Assault met ici du cœur à l’ouvrage et cela s’entend. Un bon moyen de conclure sur un ton un peu plus léger.

Si Game Over était le premier album d’un groupe qui cherchait encore à affirmer son identité, Survive est celui avec lequel Nuclear Assault vient confirmer ses penchants Thrash au profit des sonorités Punk/Hardcore reléguées non pas aux oubliettes mais plutôt en simple trame de fond. Pourtant, ce deuxième album ne surpasse pas son prédécesseur de beaucoup (un petit demi-point finalement) mais tout ici est bien plus maîtrisé et surtout les riffs tuent encore un peu plus ! Thrash ou Crossover, la frontière avec Nuclear Assault a toujours été bien mince mais quoi que l’on puisse dire ou penser, Survive fait clairement un pas en avant vers ce Thrash intense et incisif qui fera de Handle With Care le point d’orgue de la carrière des Américains. La suite au prochain épisode. En attendant, voilà de quoi perdre quelques kilos superflus avant vos vacances du mois d’août.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
06/08/2018 10:06
Cet album-ci et le suivant, "Handle..." sont explosifs. Le groupe évolue dans un style pas spécialement original mais il a une personnalité vraiment marquée, grâce au chant écorché de Connelly bien sur, mais pas que. "Game Over" est redoutable aussi mais je préfère quand les musiciens laissent quelque peu leurs influence punk/hardcore de côté pour tabasser de plein fouet avec du thrash qui tâche ! J'aurais bien du mal à choisir mon camp entre "Survive" et "Handle with Care"...
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/07/2018 17:11
note: 8.5/10
L'album qui m'a fait connaître le groupe et rien à dire sur sa qualité. Ca tabasse, ça va à l'essentiel, c'est énergique, la prod' n'a pas trop vieillit et cette reprise de LED ZEPPELIN osée mais réussie ! Bref un vrai bijou dans le genre ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nuclear Assault
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  6.79/10

plus d'infos sur
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Thrash - 1984 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Rise From The Ashes  (03:07)
02.   Brainwashed  (02:42)
03.   F#  (02:29)
04.   Survive!  (02:59)
05.   Fight To Be Free  (04:27)
06.   Got Another Quarter  (00:21)
07.   Great Depression  (03:32)
08.   Wired  (03:06)
09.   Equal Rights  (02:57)
10.   PSA  (00:11)
11.   Technology  (03:14)
12.   Good Times, Bad Times (Led Zeppelin Cover)  (02:16)

Durée : 31:21

line up
parution
13 Juin 1988

voir aussi
Nuclear Assault
Nuclear Assault
The Plague (EP)

1987 - Combat Records
  
Nuclear Assault
Nuclear Assault
Game Over

1986 - Combat Records
  

Essayez aussi
Testament
Testament
Brotherhood Of The Snake

2016 - Nuclear Blast Records
  
Metallica
Metallica
Kill 'Em All

1983 - Megaforce Records
  
Mezzrow
Mezzrow
Then Came The Killing

1990 - Active Records
  
Devastatiön
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)

2017 - Empire Records (Belgium)
  
Dew-Scented
Dew-Scented
Incinerate

2007 - Nuclear Blast Records
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique