chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Circle Takes the Square - As the Roots Undo

Chronique

Circle Takes the Square As the Roots Undo
L’adolescence comme crash test. Rares sont les albums de screamo – dont c’est pourtant le domaine émotionnel – à avoir capté cette phase de découverte totale, où le cerveau assimile en bloc ce qui le traverse sans pour autant l’analyser, une expérience sensitive qui n’est pas encore ternie par les mots. Un émerveillement constant, devant des choses qui, plus tard, seront vues à nos yeux comme quotidiennes, la pensée chargée d’en recueillir les traces là où autrefois un effleurement suffisait.

Ce sentiment pur, se nourrissant de regard, goût, odeur, palpation et palpitation, est bien ce que transmet cet album de Circle Takes the Square. Quatorze ans après sa sortie et presque autant depuis sa découverte, il garde ce pouvoir d’évocation, où les déambulations habituelles dans des rues connues deviennent une occasion de se réapproprier l’environnement, dans une amnésie emmenant vers la féerie des premières fois. Pourtant, sur le papier, on ne fait pas plus typique que As the Roots Undo : prenant pour base un screamo mélodique et nerveux, se nourrissant de la scène post-hardcore des années 90 ainsi que des structures et riffs éclatés du mathcore, les Ricains semblent pouvoir être pris en exemple de ces nombreux groupes qui, après Orchid, après Converge, à peu près en même temps que Envy, ont mélangé et modernisé les styles typés « core ».

Mais le lire n’est décidément pas la même chose que le vivre : As the Roots Undo reste, encore aujourd’hui, une œuvre unique dans le fond et la forme. Une œuvre unique parce que, contrairement à sa décevante suite (Decompositions: Volume Number One), elle ne rejoint le metal, cette musique d’adulte à la rudesse maîtrisée, réfléchie, que par hasard, dans des cris et convulsions qui frôlent un black metal tourné vers la vie, l’abrasivité devenant l’expression d’une excitabilité à fleur de peau. Parce qu’elle décide de se laisser aller dans ses rêveries et ses spasmes, embrassant une manière de faire à la fois punk et poétique, à la façon des surréalistes qui, dans l’accumulation des mots et paradoxes, entrevoyaient « autre chose ». Parce qu’elle se situe dans la juste frontière entre naïveté et intelligence, son avancée ressemblant à un retour, la profondeur de ses compositions creusant vers l’enfance. Parce que sa beauté est celle d’une expérience de l’éphémère maintes fois renouvelée, les mélodies se juxtaposant, s’alliant, se succédant, dans une logique qui n’a rien d’intelligible et tout de sensible. « Tout a déjà été fait ; mais je veux le faire encore » : pris d’une faim avide, mentale, envers ce qui l’entoure, Circle Takes the Square ne cesse de vouloir essayer, manipuler, capter et capturer chaque instant, chaque seconde, note, riff, vocalise, devenant un fleurissement de mille émotions entremêlées.

Bien sûr, on pourra mettre As the Roots Undo parmi ces disques qui travaille le noir, énième manifeste ciselé – jusqu’à un son parfait, aussi limpide que coupant – d’une bande vénérant la violence, la tristesse, la beauté des larmes et l’agression des armes… Le chaos en somme, s’exprimant dans une totalité ayant fait de son imperfection, de ses baisses, une autre expression de l’inachèvement dont il est la mise en musique. Mais non, je m’y refuse. Car derrière ces accalmies mélancoliques, derrière cette rage, derrière cette disharmonie où les mélodies se rencontrent, sont en conflit les unes avec les autres et s’unissent un bref moment avant de partir chacune sur leur propre chemin, je ne peux pas m’empêcher de voir une retrouvaille avec une ivresse que je suis désormais incapable de ressentir seul, celle de mon esprit silencieux se laissant envahir par le vacarme du monde. Oui, As the Roots Undo, plus qu’un album parfait, plus qu’un album où jouer les torturés, plus qu’un album où exalter ses envies de battre et combattre, est un album de joie retrouvée dans l’éparpillement, l’absurdité comme terrain de jeu. Un plaisir que, grâce à lui, par lui, je peux encore vivre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Circle Takes the Square
Screamo / Post Hardcore
2004 - Robotic empire
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  9.11/10

plus d'infos sur
Circle Takes the Square
Circle Takes the Square
Screamo / Post Hardcore - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Same Shade as Concrete
03.   Crowquill
04.   In the Nervous Light of Sunday
05.   Interview at the Ruins
06.   Non Objective Portrait of Karma
07.   Kill the Switch
08.   A Crater to Cough In

Durée : 44 minutes 1 seconde

line up
parution
6 Janvier 2004

Essayez aussi
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Split-CD (Split-CD)

2005 - Krawa Productions
  
La Dispute
La Dispute
Somewhere At The Bottom Of The River Between Vega And Altair

2008 - No Sleep Records
  
La Dispute
La Dispute
Wildlife

2011 - No Sleep Records
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique