chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

ΚΕΝΌΣ - Inner Rituals

Chronique

ΚΕΝΌΣ Inner Rituals
Au sein de la riche et pléthorique scène noire hexagonale qui ne cesse de prendre de l’ampleur et de s’étoffer un peu plus chaque année (tout en s’imposant logiquement à la face du monde), il existe encore des formations qui font preuve d’originalité et qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus pour offrir une œuvre différente et relativement à part. C’est le cas de ce projet solo des Hauts-de-France créé par le multi-instrumentiste et mystérieux K. (qui s’est entouré pour l’occasion de Maelstrom d’OPPROBRE pour les parties de basse et le boulot de mastering) qui va emmener l’auditeur vers des abîmes de désespoir et de noirceur. A la fois personnelle et envoûtante la musique de son créateur propose un Black-Metal de facture classique mais enrobé d’influences Doom, Ambient et occultes, où l’esprit va être emmené vers des contrées inconnues, tout en proposant une dimension spirituelle où le cerveau va passer par tous les états et dont il trouvera difficilement un point auquel se raccrocher. Il faut dire que l’album sous ses airs relativement accessible se révèle bien plus pointu qu’il en a l’air, et demandera à la fois une attention active et une mise en condition précise, pour que chaque détail soit bien entendu et assimilé, et aussi pour que la substance générale qui le compose pénètre totalement celui qui saura l’écouter, et qui le méritera.

Car dès les premières notes de « Snakes » le ton va être donné tant ce titre va servir de base à toute la palette de jeu du duo qui va jouer allègrement avec le tempo, passant ainsi facilement de la lenteur la plus absolue aux blasts les plus déchaînés. Sur un schéma de construction très simple et prévisible (ce qui sera une constante par la suite) va se greffer des riffs glaciaux et coupants, comme pour mieux oppresser l’auditoire qui s’engage alors vers des contrées inconnues. Autant dire qu’il va passer par tous les états possibles et inimaginables, car même si la trame générale reste assez similaire tout du long celle-ci est suffisamment bien faite pour le happer rapidement et qu’il n’en sorte plus jusqu’au bout. Avec « Atlantis » nulle trace ici d’énergie échevelée tant il reste calé en première, mais cependant il n’oublie pas de varier un peu les plaisirs en offrant quelques passages légèrement remuants où la double fait son apparition, sans pour autant faire remonter la température. Outre le froid intense qui règne dans cette atmosphère lugubre et désolée c’est aussi un fort sentiment de désespoir et de mort qui prédomine, tant l’odeur de la fin règne et se fait sentir sans jamais disparaître, même quand le tout est légèrement plus doux et chaud. C’est le cas avec « Dust » qui débute par la chaleur de la basse (d’ailleurs bien présente dans le mixage) avant qu’ensuite la faucheuse ne revienne à proximité quand la guitare et la voix reprennent le dessus, surtout quand les mecs se lâchent et décident de repartir à fond la caisse. A la fois très varié et homogène ce morceau sert de tremplin à l’arrivée de « Sinborn » qui va de nouveau lever le pied, et va permettre ainsi de franchir un palier en matière d’obscurité. Comme si cela ne suffisait pas déjà il va également se faire légèrement remuant via quelques parties mid-tempo bien senties, histoire de se détendre avant de passer aux choses sérieuses. Plus oppressant par ses notes de guitare et son chant possédé, il retrouve les bases doomesques pour mieux alourdir l’ensemble et créer ainsi une sensation de malaise généralisé qui pénètre le corps et l’âme.

Quand ça n’est pas l’ombre des esprits malfaisants et du malin qui rôde dans les parages le binôme n’hésite pas à rajouter également un soupçon de militarisme au début et à la fin du très bon « Shackles », tant ces roulements de caisse claire donnent un rendu martial. Malgré tout il s’estompe le reste du temps pour redonner de la place à la diversité des rythmes où vitesse et lenteur se côtoient à nouveau, sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre, pour offrir une fois de plus un panel très agréable et légèrement plus sulfureux, qui va s’agglomérer parfaitement avec « Light » au nom trompeur. Point de lumière ici, au contraire ça reste toujours aussi sombre, et ce sentiment se trouve renforcé par des chuchotements proférés au cours d’un break salvateur, calé après de longues parties énervées et avant d’enclencher de nouveau le mode ralenti bout histoire de maintenir un état comateux jusqu’à l’ultime seconde de la cérémonie.

Si le genre a été abondamment traité sous toutes les coutures il est malheureusement trop souvent aussi tombé dans le ridicule et/ou le kitch, à cause d’abus d’effets divers que ce soit dans la production, le décorum ou les parties vocales, ça n’est heureusement ici pas le cas. Sa force est en effet sa simplicité qui ne s’embarrasse pas de superflu et permet de facto de mieux accrocher à l’univers du nordiste, de façon instantanée comme sur la durée. Avec en outre une durée idéale et pas trop longue on arrive à bien rester attentif au trip voulu par son créateur, qui captive et s’écoute facilement sans jamais vraiment décrocher en cours de route. Malgré un manque criant de notoriété il serait dommage de passer à côté de ce premier opus qui mérite que l’on prenne le temps de s’y intéresser, car outre son indéniable accroche il faut saluer la prise de risque dans un genre où il est toujours difficile de rester crédible, mais heureusement il y parvient sans peine et cela vaut la peine d’être souligné tant cela devient rare aujourd’hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
ΚΕΝΌΣ
Black/Doom Occulte
2018 - BloodCrown Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Black/Doom Occulte - 2014 - France
  

tracklist
01.   Snakes
02.   Atlantis
03.   Dust
04.   Sinborn
05.   Shackles
06.   Light

Durée : 36 minutes

line up
parution
17 Avril 2018

Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique