chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exmortus - The Sound Of Steel

Chronique

Exmortus The Sound Of Steel
Revoilà mes chouchous d'Exmortus, de retour tous les deux ans pour un nouvel album que j'attends toujours avec impatience tant le groupe a pris une autre dimension depuis Slave To The Sword. Et comme d'habitude, le line-up a bougé. Il a même complètement explosé pour le coup puisque seul le chanteur/guitariste Jadran "Conan" Gonzalez reste en place. Tous les autres ont quitté le navire, remplacés par des musiciens toujours d'origine hispanique (on est en Californie du Sud!), sauf le deuxième guitariste emprunté à leurs potes thrashos de Warbringer, tout comme le batteur de session Carlos Cruz, également ex-Hexen (RIP).

Mais c'est à peu près tout ce qui a changé chez Exmortus. Le style power/thrash/death mélodique (à peu près) aux saveurs néo-classiques est toujours d'actualité, le label Prosthetic Records toujours apposé au dos du disque, la pochette manowarienne "épées et muscles saillants" toujours signée Philip Lawvere, le titre de l'album The Sound Of Steel toujours ultrametal, la production toujours moderne, claire et puissante, la reprise classique métallisée de Beethoven toujours placée là où il faut ("Tempest"). Et la qualité? Toujours là aussi et c'est bien l'essentiel! Malgré les remaniements de personnel, Exmortus continue de tracer sa voie, mené par le brillant Jadran "Conan" Gonzalez. Le mix entre thrash pur sur du tchouka-tchouka bien enlevé ou du mid-tempo headbangant et orgie de solos et autres leads très mélodiques fait à nouveau mouche. L'efficacité, l'énergie du thrash et du metal extrême par le biais de la voix râpeuse du frontman (et ça blastouille même un poil à un moment sur "Make Haste" et "Riders Of Doom"), mêlées aux envolées lyriques des guitares, miam miam! Si Exmortus réussit déjà à convaincre par ses rythmiques dynamiques, c'est bien sûr son travail mélodique qui fait la différence et force le respect. Le feeling se fait encore des plus savoureux sur ce The Sound Of Steel. Ça shredde à mort sur les nombreux solos, ça gazouille magnifiquement de mélodies assez simples mais qui marquent et qui demandent tout de même une technique et un toucher exemplaires. C'est qu'ils maîtrisent leurs gammes les Américains, souvent du néo-classique qui ferait plaisir à ce cher Yngwie Malmsteen. On sent que les mecs ont été bercés au classique comme sur "A Minor Instrumental", trois minutes de démonstration jouissive ou bien sûr "Tempest", une revisite de la "Sonate pour Piano n°17" de Beethoven qui n'a jamais aussi bien portée son surnom de "Tempête" (d'où le titre). Les autres morceaux en sont aussi plus ou moins remplis de ces gourmandises auditives, pour qui aime ce genre de sonorités du moins, ce qui ne sera pas le cas de tout le monde.

Et tout ça, ça nous donne dix titres sacrément costauds plein de fougue et de moments de bravoure. "Into The Maw Of Hell" est peut-être un peu en-dessous avec ce riff mid-tempo générique et ce refrain pas inoubliable, rehaussé heureusement d'accélérations thrash et de mélodies envoûtantes qui font qu'il est difficile de parler de mauvais morceau. Il s'agit plutôt du "moins bon mais bon quand même". On aurait alors pu craindre qu'en troisième position, The Sound Of Steel commence déjà à s'essouffler un peu alors que le titre d'ouverture "Make Haste" donnait pourtant bien le ton dans le pur style Exmortus et que le suivant, "Feast Of Flesh", plus simple et moins fouillé mélodiquement, faisait le plein d'efficacité en tant que tube du disque. Évidemment pas du tout car les Californiens balance à la suite un génial "To The Ends Of The Earth" pour ne plus jamais redescendre en inspiration jusqu'à la fin. La meilleure piste de l'œuvre avec l'incroyable "Turn The Tide" et la plus épique "Riders Of Doom" et ses "hey hey hey" au démarrage taillés pour le live (sans oublier la folle "Tempest"). On fera "hey hey hey" aussi sur le glorieux "Stength And Honor" qui introduit du chant clair heavy metal, contrastant avec les vocaux rugueux blackisants. C'est très léger, simplement utilisé en chœur sur le refrain, mais voilà une des rares fautes de goût de l'opus. Les montées ultra aiguës sonnent en effet plutôt comme une parodie qu'un vrai chant heavy. On appréciera le clin d'œil à un style que les membres chérissent mais on ne s'improvise pas chanteur de heavy, tout le monde n'est pas Rob Halford! Le combo remet ça sur le dernier titre "Victory Or Death!" avec toujours aussi peu de réussite. N'enlevant toutefois rien à la qualité de ce morceau qui remplit parfaitement son rôle.

Aucune surprise à attendre de ce The Sound Of Steel pour qui connait déjà Exmortus. La recette reste la même et pourquoi changer après tout puisqu'elle fonctionne. Les gimmicks de la formation aurait pu commencer à lasser en nous sortant trois fois le même album. Que nenni! On mettra certes The Sound Of Steel un petit rang derrière Slave To The Sword et Ride Forth parce que le groupe fait désormais partie des valeurs sûres et que l'on note deux-trois bricoles mais on ne peut pas dire qu'Exmortus se soit planté. Je reste assez époustouflé par le talent de ces mecs, leur technicité, leur feeling mélodique, leurs influences classiques/néo-classiques et leur efficacité toujours à un niveau canon. Une symbiose fort bien maîtrisée entre rudesse thrash et grande classe malmsteenienne pour du shredding power/thrash/death mélodique que l'on n'arrêtera pas de recommander.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

andreas_hansen citer
andreas_hansen
15/10/2018 21:45
note: 7/10
Je l'ai réécouté encore récemment pour une potentielle chronique perso, et... ouais.

En fait pour moi cet album souffre de la même pathologie que tous les autres: d'un côté t'as les morceaux style thrash néoclassique qui sont des coups de coeurs instantanés comme "Make Haste", "To the Ends of Earth" ou "Turn the Tide"... Et de l'autre les interludes sans intérêts qui font heavy/thrash mou (parce qu'Exmortus sans leur côté tech ça redevient une sorte de thrash revival très fade) et qui sont sans grands intérêts comme "Feast of Flesh" ou "Strength and Honor".

Donc au final j'aime bien mais bon. Voilà quoi. Je sais pas si ils auront un jour suffisament de matériel pour composer un vrai album complet, et pas deux trois tubes avec beaucoup de remplissage.
MoM citer
MoM
27/07/2018 09:13
note: 7.5/10
Les covers en mode "vieille 3D mal foutue", voilà quoi...

Pour en revenir à l'album, i lm'a rassuré : Feast of Flesh est pour moi un gros plantage, on ne reconnaît juste pas du tout l'ADN du groupe. Ils ont voulu faire un tube, passons.

"C'est très léger, simplement utilisé en chœur sur le refrain, mais voilà une des rares fautes de goût de l'opus. Les montées ultra aiguës sonnent en effet plutôt comme une parodie qu'un vrai chant heavy"
J'aurais été moins avec des pincettes pour parler de Strenght & Honor : ce morceau - et c'est véridique - m'a filé la migraine. QUEL BORDEL SANS NOM !
Sérieusement, je trouve que c'est raté, le chant heavy est juste à la limite du supportable, je l'ai supprimé direct après deux écoutes Gros sourire

Hormis ces deux erreurs, l'album reste hyper solide, et je suis content de retrouver le style Exmortus qu'ils ont mis du temps à mettre en place aller dans des endroits qui mettent autant la misère. C'est assez fou la manière qu'ils ont d'assembler chaque élément de leur musique pour faire un tout aussi redoutable et efficace ; sacré tour de force !
Et étant donné qu'ils sont les seuls à proposer une musique comme celle-ci, avec ce type de son si particulier au groupe, eh bien la lassitude se fait moins sentir, car ça n'a pas été entendu mille fois ailleurs. Sourire

Au passage, je ne savais pas que Carlos Cruz a été dans Hexen. State of Insurgency est un putain d'album !
Keyser citer
Keyser
26/07/2018 21:01
note: 8/10
the gloth a écrit : Les pochettes de ce gars, c'est du plagiat de Frazetta ou juste une mauvaise imitation ?

C'est clair que les pochettes d'albums ne sont pas la qualité première du groupe Mort de Rire!
the gloth citer
the gloth
26/07/2018 14:44
Les pochettes de ce gars, c'est du plagiat de Frazetta ou juste une mauvaise imitation ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exmortus
Neo-Classical Power/Thrash/Death
2018 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (7)  7.36/10

plus d'infos sur
Exmortus
Exmortus
Neo-Classical Power/Thrash/Death - 2002 - Etats-Unis
  

vidéos
Feast Of Flesh
Feast Of Flesh
Exmortus

Extrait de "The Sound Of Steel"
  

tracklist
01.   Make Haste  (04:02)
02.   Feast Of Flesh  (03:41)
03.   Into The Maw Of Hell  (04:29)
04.   To The Ends Of The Earth  (05:49)
05.   A Minor Instrumental  (02:58)
06.   Strength And Honor  (04:38)
07.   Turn The Tide  (03:57)
08.   Tempest  (04:09)
09.   Riders of Doom  (04:55)
10.   Victory or Death!  (03:41)

Durée : 42:19

line up
parution
8 Juin 2018

voir aussi
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Exmortus
Exmortus
Ride Forth

2016 - Prosthetic Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique