chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Immortal - Northern Chaos Gods

Chronique

Immortal Northern Chaos Gods
Je m’interrogeais après la sortie du dernier Drudkh – comme du dernier Marduk – sur la question de savoir si, après être monté parfois très haut, on pouva it être après avoir été. Et si, pour le Drudkh, la réponse fut peut-être, si pour le Marduk, la réponse est plus radicalement négative, pour le Immortal sous chronique, la réponse serait plutôt oui. Et toc !

Ce Northern Chaos Gods, 9ème album des norvégiens, m’a surpris. Alors que j’avais lâché le groupe depuis Blizzard Beasts (At the Heart of Winter étant pour moi la première pierre-bouse du long déclin du groupe vers autre chose que du black metal, une sorte de heavy banal en diable), ce nouvel effort m’a redonné l’envie d’y replonger. Sans doute parce que, comme cela a été justement souligné dans la presse, pour une fois, le groupe marque ici un clair retour à ses racines.

Ainsi Northern Chaos Gods, Grim and Dark et Into Battle Ride rappellent directement Nebular Ravens Winter de Blizzard Beats ou encore le Battles in the North de 1995. Le riffing est le même, la voix aussi, la rythmique ultra saccadée n’a pas changé comme le tempo enlevé du morceau. Back to the past, sans pause intermédiaire. Dénué de mélodies évidentes, ces premiers titres axent toute leur puissance sur la vitesse, le caractère échevelé des solis qui en constituent le pont central et l’agression pure du couple guitare/batterie. Quant à Gates to Blashyrkh, le troisième titre, le clin d’œil est trop évident pour que je te fasse l’insulte de t’expliquer le pourquoi du comment. Epique en diable, comme le morceau lui servant de base, ce Gates to Blashyrkh reprend les codes Immortal : des grattes en suspension qui attendent le bon moment pour attaquer, des mélodies brutales et épiques, de l’emphase, de la reprise dynamique et lourde après des riffs mélodiques égrainés au vent et le sentiment d’aller à la rencontre des ennemis, sur les terres gelées du Grand Nord. Immortal a retrouvé ses couilles et de ce divin contenant, a fait remonté au cerveau le neurone de l’inspiration. C’est heureux.

Le son est relativement profond (Gates to Blashyrkh notamment) et met bien en valeur des grattes au rendu souvent assez thrash, qui soulignent encore l’agression qui se dégage des titres. Le tempo ne baisse jamais et la basse de Peter Tägtgren est davantage là, il faut le dire, pour meubler que pour apporter réellement un plus aux structures. L’enchaînement des morceaux ne laisse pas de répit comme Battles in the North en son temps. L’ensemble est très compact, très brut aussi même si, on l’a dit, le son donne une impression de rondeur qui évite au tout de sonner trop harsh.

Immortal revient aux sources. C’est une évidence. A-t-il rompu avec ses développements heavy ? Pas totalement. Called to Ice, Where Mountains Rise et le très long Mighty Ravendark qui clôture l’album, empruntent des éléments heavy assez marqués. Pour autant, soyons juste. Ces éléments sont bien employés et ne « défigurent » pas les titres. Au contraire, la base heavy permet de conférer aux titres une sorte d’emphase, d’aspect épique à la Bathory que l’attaque thrash des grattes, l’aspect brut de la voix de Demonaz et les mélodies de départ, couplées aux attaques brutales, viennent souligner. Mighty Ravendark, par exemple, est une pièce de toute beauté qui transporte l’auditeur dans les plaines glacées, lui donnant le sentiment d’être un harfang transperçant le blizzard.

Immortal signe un retour soigné, inespéré pour ma part. De la musique aux paroles, tout rappelle les racines du groupe, de Pure Holocaust à Blizzard Beats au moins. Ne boudons pas notre plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
30/07/2018 20:36
note: 7.5/10
Un chouette album ouaip, même si j'aurais pas craché sur qqs titres ou passages plus rapides mais sinon c'est du tout bon avec ce qu'il faut d'epicness. Headbang
Fabulon citer
Fabulon
30/07/2018 09:12
note: 8/10
Je me range à l'avis général, vraiment une bonne surprise,d'autant plus que je n'attendais strictement rien du groupe.

Jean-Clint citer
Jean-Clint
30/07/2018 09:02
note: 8.5/10
Excellent album qui mélange intelligemment les deux périodes du groupe, et où la voix de Demonaz trouve facilement sa place au sein des compos brutales et épiques. Une vraie réussite !
AxGxB citer
AxGxB
30/07/2018 08:10
note: 8/10
Très bonne surprise en ce qui me concerne également. Je n'en attendais pas grand chose, associant toujours Immortal aux dernières pitreries d'Abbath (malgré leur divorce), du coup c'est cool de retrouver un Immortal aussi efficace et fidèle à ses origines.
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
28/07/2018 17:59
Album qui m'a séduit sans effort alors que je suis plutôt client de la période la plus mélodique du groupe. Un oui sans hésitation.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Immortal
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (10)  8/10
Webzines : (18)  8.11/10

plus d'infos sur
Immortal
Immortal
Black metal - 1991 - Norvège
  

tracklist
01.   Northern Chaos Gods
02.   Into Battle Ride
03.   Gates to Blashyrkh
04.   Grim and Dark
05.   Called to Ice
06.   Where Mountains Rise
07.   Blacker of Worlds
08.   Mighty Ravendark

Durée : 42:14

line up
parution
6 Juillet 2018

voir aussi
Immortal
Immortal
Battles In The North

1995 - Osmose Productions
  
Immortal
Immortal
Diabolical Fullmoon Mysticism

1992 - Osmose Productions
  
Immortal
Immortal
All Shall Fall

2009 - Nuclear Blast Records
  
Immortal
Immortal
At The Heart Of Winter

1999 - Osmose Productions
  
Immortal
Immortal
Sons Of Northern Darkness

2002 - Nuclear Blast Records
  

Essayez aussi
Watain
Watain
Sworn To The Dark

2007 - Season Of Mist
  
Missa Mortvm
Missa Mortvm
Et Lux Perpetua Luceat Eis​.​.​.

2015 - Satanath Records
  
False
False
False

2015 - Gilead Media
  
Haemoth
Haemoth
In Nomine Odium

2011 - Debemur Morti Productions
  
Pure
Pure
Art of Loosing One's Own Life

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  

Surprise de l'année
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique