chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Analepsy - Atrocities From Beyond

Chronique

Analepsy Atrocities From Beyond
Le brutal slam death c’est comme le chocolat ou les bonbons Haribo, c’est bon à petite dose mais faut pas en abuser sinon on frôle vite l’indigestion. Si c’est un style que j’écoute malgré tout assez régulièrement, il est vrai que rares sont les albums, sur cette scène aujourd’hui sursaturée, m’accrochant réellement l’oreille et méritant vraiment que l’on s’y attarde plus de trois ou quatre écoutes. Ce genre d’albums dignes d’intérêt se comptent chaque année sur les doigts des deux mains et l’an passé Analepsy a fait partie de ceux-là, aux côtés par exemple du « Unhuman Forms Prevail » de Purefilth ou du « Reign Of Terror » d’Acranius. C’est donc avec un degré d’exigence tout aussi élevé que pour n’importe quel autre style que j’aborde ce genre d’albums, aussi basiques puissent-ils paraitre sur le fond comme sur la forme.

Et c’est bien pour cela que rares sont ceux qui sortent du lot à mes yeux ou mes oreilles plutôt, car si c’est pour se farcir quarante minutes de riffs chuggy monocordes plombés à l’envi, de blasts pataud, de ralentissements sans intérêt le tout couvert par une vidange d’évier sans aucune variation et dans le pire des cas servi par une prod famélique parce que ces gamins de quinze ans n’ont pas pu se payer mieux, non merci je préfère passer mon chemin (et Satan sait qu’il y en a des comme ça !). Il me faut quelques petits trucs en plus, je ne pense pas trop en demander : un minimum de variation, des riffs un peu plus élaborés, un brin de mélodie pour enrober le tout et pourquoi pas quelques samples bien menés afin d’épaissir l’ambiance (mais faut que c’est bien mené). Par chance Analepsy parvient à remplir bon nombre de ces critères. On sentait dès « Dehumanization By Supremacy » que les Portugais avaient réellement quelque chose à dire et cela se confirme sur ce premier effort qui élève même encore un peu le niveau.

Evidemment on parle tout de même ici de brutal slam death donc le fond de jeu d’Analepsy reste le même que la majeure partie de la scène à savoir une brutalité exacerbée et de tous les instants où le riffing ultra lourd et catchy s’appuiera sur une rythmique privilégiant elle aussi l’efficacité, sans faire de fioritures. Les séquences blastées donneront donc la réplique aux ralentissements pachydermiques. C’est évidemment assez binaire et inévitablement redondant sur la longueur mais le propos n’est pas ici d’en mettre plein la vue ou de faire étalage d’une palette technique éblouissante mais bel et bien de vous enfoncer le crâne dans la terre et d’appuyer bien méchamment jusqu’à ce que vous bouffiez les pissenlits par la racine. C’est bien sûr ultra basique et répétitif, Analepsy ne fait pas exception à la règle mais parvient à rendre son propos bien plus intéressant que la moyenne. Comment ? Essentiellement par la qualité intrinsèque de son riffing qui, à défaut de se contenter comme certains d’un jeu de guitare digne d’un enfant de six an et évitant (Satan soit loué) les harmoniques à tout va, agrémente le tout de séquences plus travaillées et intéressantes allant de riffs en tremolo ou de brins de mélodies bien senties qui permettent d’élargir la palette d’un genre trop souvent bien monotone. Diogo Santana nous gratifiera même de quelques leads fort appréciables dans un style où c’est loin d’être la règle. Derrière ses fûts, Tiago Correia ne se contente pas lui non plus du strict minimum brutal, enjolivant son jeu de breaks bienvenus et de patterns rafraîchissants. Quant aux vociférations du sieur Santana, on n’évitera pas le bon vieux growl des familles bien caverneux et glaireux à souhait mais le gus parvient à y insuffler un soupçon de variations (jusqu’à parfois devenir presque compréhensible, j’ai dit presque…) et puis il est de toute façon difficile d’imaginer un album de ce style avec un autre type de voix.

Ne pouvant éviter tous les écueils inhérents au brutal slam death (ce côté redondant qui finit inévitablement par lasser au bout d’un moment), « Atrocities From Beyond » parvient toutefois à tirer son épingle du jeu par un niveau de composition bien plus étoffé et travaillé que la moyenne (le riffing, les quelques solos, les patterns de batterie) et aidé en cela par une production béton évitant de tomber dans l’excès. Au final ces trente minutes passent comme papa dans maman et même si l’album restera essentiellement réservé aux férus du style, il ne fera pas tache dans la discothèque de n’importe quel amateur de musiques extrêmes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
02/08/2018 08:59
JPP du slam.
Mais celui-là n'oublie pas son bon côté Brutal et sa rigueur dans l'écriture.

Parce que les bousins dans aucune structure, avec que des slams parts enchaînés comme les shredders qui font des morceaux qui ne sont que des longs solos, non merci Clin d'oeil
Le slam devient puissant si le morceau à de la diversité rythmique. S'il est toujours à faire du beatdown etc, ben ça se répète sans arrêt.

Analepsy parvient quand même à créer cette importante alternance, et ça c'est cool Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Analepsy
Brutal Slam Death
2017 - Rising Nemesis Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Analepsy
Analepsy
Brutal Slam Death - 2013 - Portugal
  

tracklist
01.   Apocalyptic Premonition
02.   Rifts to Abhorrence
03.   The Vermin Devourer
04.   Witnesses of Extinction
05.   Ferocious Aftermath
06.   Engorged Absorption
07.   Eons in Vacuum
08.   Depths of Agony
09.   Atrocity Deeds
10.   Omen of Return

Durée : 30'06

line up
parution
27 Janvier 2017

Essayez aussi
Visceral Disgorge
Visceral Disgorge
Ingesting Putridity

2011 - Amputated Vein
  
Coprocephalic
Coprocephalic
Gluttonous Chunks

2013 - Inherited Suffering Records
  
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  
Putrefy / Blasphtized / Vomitous Rectum
Putrefy / Blasphtized / Vomitous Rectum
Vomiting Putrid Blasphemy (Split-CD)

2008 - Grindethic Records
  
Disconformity
Disconformity
Depravation Of Stigma (MCD)

2005 - WD Sounds
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique