chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
165 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Animals as Leaders - The Joy of Motion

Chronique

Animals as Leaders The Joy of Motion
Après un premier album fulgurant et un deuxième qui a su trouver son public, notamment en dévoilant une patte plus atmosphérique et électro par moments, ANIMALS AS LEADERS a fait son chemin et, par des tournées, a su gonfler sa notoriété alors grandissante. En effet, alors que jusque fin 2011 le groupe avait accompagné d’autres formations, en 2012, ça s’accélère pas mal : désormais, c’est le trio conduit par Abasi qui est en tête d’affiche ! Mais celle-ci s’est faite sans le batteur Navene Koperweis, présent depuis Weightless, qui a quitté un des papas du Djent au début du printemps.
En quoi est-ce important ? Parce qu’il a été remplacé par celui qui, sans aucun doute, a apporté un véritable plus à ANIMALS AS LEADERS : le désormais incontournable Matt Garstka. Avec lui et son fidèle acolyte gratteux Javier Reyes, Abasi entame l’écriture de nouveaux morceaux et, deux ans plus tard, paraît l’album de la consécration.
Nous sommes en mars 2014, et on pose les oreilles contre les baffles pour The Joy of Motion.



Déçu que je fus avec Weightless, j’ai mis environ deux ans à oser franchir le pas. Mais, en 2016 et passée la hype de la sortie ressentie par la communauté, j’ai dû l’admettre : cette troisième production marque une nouvelle étape dans la progression et le parcours du groupe. Ceci apparaît dès le premier morceau « Ka$cade » : on se sent en plein dans les sonorités Djent avec cette gratte typique d'Abasi, mais le jeu de batterie de Gartska ajoute quelque chose de nouveau. Ça tabasse, ça fracasse, mais ça le fait façon Jazz. Il m'en a fallu des écoutes pour comprendre que ce qu'il joue, non seulement c'est impressionnant, mais en plus ça joue avec nos oreilles, ce qui donne tout de suite un style particulier. Ce jeu tout en « ghost notes » s'allie parfaitement au style à la fois chargé mais très précieux que cherche Abasi.
Ainsi, « Ka$cade » alterne entre plusieurs moments, que ce soit le matraquage djenty, les riffs lourds qui créent des instants mémorables ou bien ces solos envolés... C'est toujours avec des intentions qui font mouche. Ça démarre fort, mais c'est pas pour s'arrêter en si bon chemin.

The Joy of Motion approfondit le style employé dans les précédentes sorties du projet. L'électro se fait une place dans plusieurs titres, par des incursions pertinentes qui créent véritablement un espace particulier, comme dans « Ka$cade » ou « Lippincott » (qui se paie le luxe de mettre aussi en avant un bon son de basse qui était plutôt discret sur le premier disque, à 2:40 en reprise, c'est délicieux !). Ouvrez bien les oreilles, car à chaque fois ça ajoute vraiment quelque chose, là où j'avais pu sentir dans Weightless que l'électro venait de manière timide sans être vraiment à sa place.
Le Djent n'est pas en reste, et on trouve ainsi des morceaux qui n'auraient pas volé leur place dans le premier skeud : « Tooth and Claw », par sa lourdeur et des riffs syncopés est tout à fait digne de CAFO par exemple. Et à partir de là, ça n'arrête plus : « Crescent » impose du massif en veux-tu, en voilà, dans une dynamique qui ne faiblit jamais, « The Woven Web » fout une fessée magistrale en terme d'écriture et de mastering dans un morceau où chacun semble en état de grâce (sérieux, la façon dont vient cette mélodie qui se répète en fin de phrase instrumentale, c'en est limite érotique) et arrive alors « Mind-Spun », qui est bien là pour te rappeler que les gusses qui ont produit ça ne sont pas des rigolos. Ouais, à 2:26, même après tout ce temps, ces slaps de basse, je les trouve toujours aussi cinglés et terriblement justes - ça tombe là où il faut !
Heureusement qu'au milieu de tout ça, on a eu affaire à des morceaux plus calmes tels que « The Future That Awaited Me » et « Para Mexer » (cette guitare sèche, tellement reposante...), et que ça termine sur « Nephele », des morceaux qui sont là pour arrondir une musique qui, après une intro à la bien, met les bouchées doubles pour proposer un Djent de haute volée !

Vous le sentez, cet album contient, à côté de ces morceaux qui s'enchaînent à partir de « Tooth and Claw », un aspect plus populaire sur les cinq premiers titres. Que ce soient les rythmiques bondissantes de « Lippincott » (surtout dans les transitions) ou de « Another Year », laquelle flaire bon la détente sur la terrasse avec ces claviers lounge ainsi que les notes légères aux guitares, ou bien le mix d'une douceur incomparable notamment sur « Air Chrysalis » avec des ponctuations mélodiques tellement sucrées que j'en boufferai par quinzaines (qui conduit cependant à du bon gros son à la fin, qui use de la même mélodie douce mais variée en mode puissante, quels fourbes chez Animals !), on sent qu'Abasi a voulu ouvrir son horizon pour attirer plus de monde. Peut-être le fruit de son expérience de la scène ?



Le sommet du côté accessible est bien entendu atteint avec « Physical Education », véritable tube de l'album que tout le monde connaît par cœur, avec cette mélodie d'une efficacité qu'on connaissait peu chez ANIMALS AS LEADERS. C'est simple, en live, c'est sur ça que j'ai vu le public se déchaîner à sauter sur place et à chanter l'air à tue-tête. Comment en vouloir au groupe de faire ce genre de musique quand c'est aussi bien fait ?! Ouais, c'est efficace, mais c'est tellement bon !

Globalement, le groupe a pris une autre direction que le Djent des débuts 2010, pour se diriger bien plus vers du Prog Fusion : outre l'aspect Metal prog évident par l'absence de voix qui pousse chaque musicien à approfondir au maximum les phases afin de créer un tout complet, le Fusion se sent dans les éléments Jazz tels que ce jeu de batterie nerveux, précis, exigeant et qui pourtant a l'air d'aller de soi, ces échanges de guitares expressifs ainsi que ce jeu de basse smooth ou agressif.
Bien que, dès le départ, ANIMALS AS LEADERS présentait un son qui alliait douceur des nappes mélodiques au Djent direct, on aurait pu craindre un nivellement vers le bas, étant donné les touches bien plus accessibles de certains morceaux. Mais c'est ignorer que même les parties plus « faciles à écouter » conduisent systématiquement vers autre chose, et un morceau comme « Physical Education » ne me fera pas dire le contraire ! Certains rétorqueraient que ce procédé devient un gimmick, car présent dans tout l'ensemble. Mais c'est là que se trouve, à mon sens, la grandeur de composition que je n'avais pas sur Weightless : tout est dans la nuance, dans le jeu, dans les variations – comme les ghost notes de Gartska, tout est dans ce qui n'apparaît pas au premier abord. Et le groupe a eu suffisamment d'intelligence pour utiliser avec élégance chaque élément significatif de sa musique.

Avec The Joy of Motion, le trio a frappé fort : cet album, qui a connu le succès et est désormais culte, fait montre d'une grande maîtrise de leur art et de leur style, équilibré entre les intentions Metal et les inspirations Jazz Fusion. Pas un seul moment ne tombe à plat, si bien que l'album peut aussi bien être apprécié de manière détendue ou par une écoute ultra-attentive.
Tu viens pour les mélodies, tu restes pour la composition et leur musique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
03/08/2018 09:16
note: 9/10
Merci beaucoup Sourire
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
03/08/2018 02:25
MoM a écrit : Je comprends tout à fait ton avis, et je serais curieux de savoir ce que tu as pensé du suivant. La kro arrivera assez vite Clin d'oeil

Je trouve que The Madness of Many a su retrouver la formule gagnante du premier album. Ni trop froid, ni trop ouaté. La chro est déjà en ligne Sourire


MoM a écrit :
J'ai bien aimé tes kros !


Merci, c'est réciproque!
MoM citer
MoM
02/08/2018 09:09
note: 9/10
Je comprends tout à fait ton avis, et je serais curieux de savoir ce que tu as pensé du suivant. La kro arrivera assez vite Clin d'oeil

PS: j'ai lu ta kro sur Joy of Motion, en fait on a à peu près de la même avis. On a distingué l'album en deux, avec des morceaux sucrés et d'autres dans la veine des débuts.
Mais la différence c'est que ça ne m'a pas gêné du tout, car j'aime le ouaté et le molletonné Gros sourire Puis, c'est cohérent aussi avec le fait que tu adores Weightless et pas moi : on n'a pas les mêmes attentes. Toi, tu es plus sur le Djent chirurgical, moi dans le Prog fusion qui fait du bien (mais un petit côté vénère et massif, je dis pas non Clin d'oeil ) et qui ne reste froid pas très longtemps.
Puis c'est vrai que j'aurais pu analyser les jaquettes : Weightless est dans des teintes glaciales, là où Joy of Motion est chaleureux comme tout. Puis les noms d'albums aussi ! Ce troisième volet doit être Joyeux, c'est dans son titre Gros sourire
J'ai bien aimé tes kros !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
02/08/2018 05:00
L'album qui m'a le moins plus de Aal. Mon avis en court:
"moins offensif, moins excitant, moins abrasif que sur ses 2 albums précédents, Animals As Leaders déçoit un petit poil avec The Joy of Motion. Sauf que le niveau toujours aussi affolant de ces 3 zigotos, ainsi qu’une grosse poignée de titres vraiment bons les confortent malgré tout dans leur position de (co-)leaders du mouvement djent"

7.5/10

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Animals as Leaders
Progressive Metal Fusion (Djazz)
2014 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  10/10
Webzines : (15)  8.21/10

plus d'infos sur
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Djent / Progressive Metal - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Ka$cade  (5:23)
02.   Lippincott  (4:22)
03.   Air Chrysalis  (5:05)
04.   Another Year  (3:50)
05.   Physical Education  (4:40)
06.   Tooth And Claw  (4:23)
07.   Crescent  (4:23)
08.  The Future That Awaited Me  (4:33)
09.   Para Mexer  (4:29)
10.   The Woven Womb  (4:07)
11.   Mind-Spun  (4:35)
12.   Nephele  (4:31)

Durée : 54:23

line up
parution
24 Mars 2014

voir aussi
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Animals As Leaders

2009 - Prosthetic Records
  
Animals as Leaders
Animals as Leaders
The Madness of Many

2016 - Sumerian Records
  
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Weightless

2011 - Prosthetic Records
  

Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Pearl Jam
Ten
Lire la chronique
Gorgon
The Veil of Darkness
Lire la chronique
Slave One
Omega Disciples
Lire la chronique
Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique