chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Howling - Return of Primordial Stillness

Chronique

Black Howling Return of Primordial Stillness
« Quoi ? Un groupe portugais qui sort un nouvel album ? Oui, oui, oui, je prends. Non, j’écoute pas préalablement, je prends. Rien à foutre, je suis assoiffé de black portugais depuis deux ans. »

Car effectivement, la mise en avant de l’underground portugais a été l’une des plus grosses révélations de ces dernières années. Et alors que pour moi cette scène se limitait à moins d’une dizaine de groupe, j’ai l’impression d’en découvrir un bon par mois ces temps-ci. Et donc je découvre BLACK HOWLING. Avec du retard apparemment vu que la formation est née en 2001. Il s’agirait même du 6ème album. Le 5ème serait même sorti chez les grands Darken than Back Records... En revoyant la pochette, je me dis qu’elle avait dû me tromper et me décourager d’aller tenter l’aventure.

Heureusement le nouvel effort sort chez Signal Rex, et vu que le label s’est occupé de ORDEM SATÂNICA ou encore CRIPTA OCULTA, j’ai senti qu’il y avait quelque chose qui allait m’interpeller. Et ça n’a pas manqué. On tombe dans un style qui me touche toujours, qui sait me convaincre et me faire fondre : le black metal de caverne à la fois agressif et mélancolique.

Le duo a un talent énorme pour créer des ambiances et les faire évoluer lentement, sûrement, naturellement, excellemment. C’est principalement ce qui explique la durée de ses pistes. Par le passé déjà on remarque des titres qui dépassent les 10 minutes, cette fois-ci, sur les quatre morceaux en présence, deux font 14 et 16 minutes. Ils forment les deux titres principaux de Return of Primordial Stillness. « Cosmic Oblivion » est une outro mélodique avec guitare acoustique de 3 minutes. « Iberia » était une introduction de 6 minutes sous forme de piste black metal principalement instrumentale. Elle a pour but de planter le décor, avec des riffs lourds, quelques cris de dément, des changements de rythme et de style qui laissent planer le doute sur le style pratiqué exactement par les Portugais. En ne connaissant pas BLACK HOWLING, on peut tour à tour penser qu’il va s’agir de black orthodoxe, de black dépressif, de trve black mélodique. Les pistes sont brouillées, mais pas dans le but de faire planer un doute. Parce que ces petits démons ont tous ces styles dans le sang.

Sauf que lorsque les deux pistes principales se lancent, tout cela se mélangent dans une effusion complète de hargne, de cris, d’efforts vains, de douleurs. Merveilleux. Je repense alors à mon cher THRONE OF KATARSIS qui parvenait lui aussi à rester crédible comme démon de l’enfer en faisant des morceaux longs et capables de freiner et accélérer à répétitions.

Entre deux cavalcades enflammées, BLACK HOWLING montre sa souffrance. Les flèches le transpercent et il hurle. Il ne tombe pas, il continue d’avancer, il se régénère à coup de mélodies nostalgiques. Il s’approche alors de son ennemi et c’est à son tour de planter ses armes dans sa poitrine. Et ce scénario se répète sur les deux titres. Sans aucune lassitude, parce que le temps est arrêté. Parce que c’est plus varié qu’on pouvait le penser. Parce qu’on a des moments forts, comme ces chœurs à la 8ème minute de « Celestial Syntropy ».

BLACK HOWLING sort un album fort. Un album sombre qui sait jouer avec les mélodies, les vocaux de souffrance, des parties plus épiques. J’adhère !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Howling
Black Metal
2018 - Signal Rex
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.25/10

plus d'infos sur
Black Howling
Black Howling
Black Metal - 2001 - Portugal
  

nouveaute
A paraître le 27 Juillet 2018

tracklist
01.   Iberia
02.   Celestial Syntropy (Übermensch Elevated)
03.   Celestial Entropy (Emptiness Revelation)
04.   Cosmic Oblivion

Durée : 39:31

Essayez aussi
Whoredom Rife
Whoredom Rife
The Worship Of Idols Instead Of God; Idolatry (EP)

2016 - Terratur Possessions
  
Naðra
Naðra
Allir Vegir Til Glötunar

2016 - Signal Rex
  
Caverne
Caverne
Aux Frontières Du Monde

2015 - Résilience
  
Brouillard
Brouillard
Brouillard

2018 - Transcendance
  
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Monothéisme : Le Grand Culte Mortifère

2014 - Hass Weg Productions
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique