chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Torture Rack - Malefic Humiliation

Chronique

Torture Rack Malefic Humiliation
Après la mutilation médiévale et la persécution barbare, c'est l'heure de l'humiliation maléfique. On aime bien les vieilles traditions chez Torture Rack. Le combo de Portland s'était fait repérer il y a deux ans lorsque Memento Mori avait réédité en CD son premier full-length Barbaric Persecution. Malgré un opus de qualité pour qui aime son death metal vieillot, basique et dégueulasse ainsi que deux membres en commun avec les fort sympathiques Witch Vomit, on avait fait l'impasse sur Torture Rack chez Thrasho. Il faut dire que les groupes de death old-school ne manquent pas ces dernières années, difficile donc de tout couvrir. Pour son deuxième disque Malefic Humiliation sorti fin mai via le noble label underground 20 Buck Spin (Coffins, Mournful Congregation, Vastum, Tomb Mold, Christian Mistress, Foreseen, Atlantean Kodex, Witch Vomit...), on a décidé cette fois de ne pas passer à côté.

D'autant que les Américains y confirment leur potentiel intéressant. Je parlais de traditions, il y en a une que Torture Rack respecte par-dessus tout. Celle du death metal à l'ancienne. Mais genre très à l'ancienne. Archaïque, préhistorique et moyenâgeux pour les séquences les plus proches de la civilisation. Celui qui pue le cadavre en décomposition grouillant d'asticots et de mouches au fond d'un caveau humide plein de moisissures. Celui produit dans une grotte, anti-technique, aux guitares accordées dans les chaussettes sales et à l'ambiance de films d'horreur low-budget. Le vrai death metal quoi, tel qu'il se concevait fin des années 1980 / début des années 1990. Qu'attendre de plus de toute façon d'un groupe qui s'appelle Torture Rack, dont le logo fait aussi rétro, illustre son œuvre d'une pochette noir et blanc aussi gouleyante (putain j'adore!) et nomme ses morceaux "Masked In Leeches", "Corpse Revenge", "Found In Feces" ou encore "Destined For Dogmeat" (putain j'adore pt. 2)?! C'est clair que ce n'est pas avec Torture Rack que l'on va trouver une solution aux problèmes de ce monde. C'est basique, terre-à-terre, bête et méchant, sans aucune once de personnalité ou d'originalité. Mais putain que c'est bon! On patauge dans du Autopsy, du Cannibal Corpse (quand ils sentaient fort sous les bras) et du Rottrevore. Un peu de early-Incantation peut-être aussi. Ça sonne en fait comme un demo band US de la côte est entre 1990 et 1992. En plus récent, on pourra faire le parallèle avec l'état d'esprit de groupes comme Undergang et Putrevore. Bref, Torture Rack, c'est pas très compliqué. Des morceaux expéditifs de moins de trois minutes qui oscillent entre mid-tempos potelés, rythmiques punky entraînantes pour faire du 2-step, moments plus lourds et un peu de blastouille, le tout secoué par une basse vrombissante et baignant dans une production riche en acide gras saturés. La formation nous offre ainsi une belle immondice charogneuse au groove qui suinte des plus efficaces. C'est que, évitant de jouer trop souvent la carte du zombie pataud, ce qui m'aurait empêché d'en jouir pleinement, Torture Rack balance quand même bien la sauce de manière générale, sans faire dans l'infecté défoncé au PCP. Les solos à l'arrache sans réelle structure et le jeu de batterie assez foutraque quand ça accélère (normal, le mec s'appelle Seth Traver...) donnent en plus un côté chaotique bienvenu à l'ensemble. Difficile néanmoins d'éviter l'aspect répétitif de la chose vu la vision limitée des gars mais Malefic Humiliation propose malgré tout quelques petites variations comme sur "Corpse Revenge" à l'ambiance glauque plombée plus travaillée qui culmine à plus de cinq minutes. Un peu leur morceau progressif! Sur vingt-sept minutes de toute façon, la lassitude n'a pas vraiment le temps de s'installer. Il faut dire aussi que Torture Rack, aussi simpliste que se fasse sa musique, possède tout de même un certain talent. Car si l'on s'est bien entendu, c'est aussi parce que niveau riffing, c'est pas non plus de la merde! Ces riffs sales et sombres, ces petits tremolos blasphématoires rapides, ce groove macabre, moi ça me fait du bien! Mine de rien, il y a un semblant de mélodie! Il y a même quelques leads! Le gros kiff toutefois, ce sont bien leurs riffs mid-tempos bien headbangants qui donnent envie de tout péter comme sur "Mace Face" à 0'37, "Corpse Revenge" à 2'35 (le plus jouissif!), "Slave To The Savage" dès le début après l'intro croupie et "Destined For Dogmeat" à 1'24. C'est qu'il y aurait presque un feeling hardcore!

Ne montons pas non plus au plafond et restons mesurés. Torture Rack, ça reste la deuxième division. On se tient encore assez éloigné du talent d'écriture des meilleurs représentants du death metal, même le plus souillé. Mais c'est de la bonne deuxième division voire très bonne dans ses meilleurs moments qui pourrait peut-être un jour monter en premier league pour jouer au mieux le milieu de tableau. Après tout, hormis "Masked In Leeches" qui peine à convaincre totalement et "Sweltering Into Gore" moins inspiré malgré une bonne dose de brutalité et qui fait donc se conclure l'opus sur une note moyenne, le reste est vraiment cool. Malefic Humiliation, en dépit de ses limites qui font aussi son charme, a de la qualité à revendre. Un riffing pas du tout dégueux, un certain amour pour le gras qui groove, une ambiance macabre, un niveau correct de bourrinage, un feeling ultra old-school issu des plus anciennes carvernes... C'est déjà pas mal du tout ma foi! Ça ne se prend pas la tête (matez les photos promos!), ça joue à l'arrache avec les tripes, ça ne se perd pas dans un occultisme bourgeois ennuyant (pas de capuche, pas d'encens!) et c'est putain d'efficace! J'éprouve une profonde affection pour ce type de formations qui ne possèdent peut-être pas le génie des plus grands mais qui portent fièrement les couleurs du death metal dans sa vision la plus conservatrice. Des groupes dont la scène aura toujours besoin car ce sont eux qui la font vivre au jour le jour. Il faut juste réserver ce charmant Malefic Humiliation à ceux pouvant l'apprécier pour ce qu'il est. Si vous en faîtes partie et si vous voulez me faire plaisir, allez les voir au Kill-Town Deathfest pour ceux qui auront la chance d'être dans la capitale danoise début septembre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

satteliteblues666 citer
satteliteblues666
03/08/2018 23:05
note: 7.5/10
Pas mal du tout en effet, bien gras et effectivement jouissif sur certaines parties. Je connaissais pas et bien c'est adopté, merci
ERZEWYN citer
ERZEWYN
03/08/2018 22:40
J'avais prévu d'aller les voir justement et cette chronique me donne encore plus envie!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Torture Rack
Death Metal
2018 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Torture Rack
Torture Rack
Death Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Festering Castration  (03:07)
02.   Mace Face  (01:51)
03.   Masked In Leeches  (03:06)
04.   Corpse Revenge  (05:22)
05.   Slave To The Savage  (02:56)
06.   Found In Feces  (02:22)
07.   Lurking In The Undercroft  (03:54)
08.   Destined For Dogmeat  (02:42)
09.   Sweltering Into Gore  (02:20)

Durée : 27:40

line up
parution
25 Mai 2018

Essayez aussi
Cut Up
Cut Up
Forensic Nightmares

2015 - Metal Blade Records
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Puteraeon
Puteraeon
Cult Cthulhu

2012 - Cyclone Empire Records
  
Dark Millennium
Dark Millennium
Ashore The Celestial Burden

1992 - Massacre Records
  
Corpus Mortale
Corpus Mortale
Fleshcraft

2013 - Deepsend Records
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique