chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Regnat Horrendum - Heathenland

Chronique

Regnat Horrendum Heathenland
Ça y est, HOLDAAR a décidé de se racheter une virginité, et de se purifier de tous ses pêchés. Lui à qui l’on reprochait ses tendances NSBM avoue vouloir par ce changement de nom éviter les pressions répétées et lassantes. Oui, comme toi, certains ont pris la chose comme une fuite honteuse. « Tu es NS, tu assumes ! C’est un peu facile de changer de nom comme si de rien n’était ». Mais les affiliations politiques n’étaient pas les principaux reproches faits aux Russes. Leurs détracteurs martelaient plutôt qu’ils avaient tendance à piocher un peu trop librement dans les riffs des autres. Les fans de MOONSORROW sont encore tout ébouriffés de ressemblances « inacceptables ».

Ça y est donc, HOLDAAR a changé de nom pour REGNAT HORRENDUM. Une décision forte, annonciatrice de changements, de nouveau départ, d’occasion de repartir sur des bases plus saines. Sauf que non. Un seul coup d’œil sur la pochette montre que nul ne change du jour au lendemain. Oh oui, les copieurs restent des copieurs ! Certes, WINDIR n’a pas l’exclusivité de cette peinture, mais elle est désormais associée à 1184. Alors même si REGNAT HORRENDUM essaie de faire le malin en la mettant à l’envers, on est choqué. « Achetez-vous de l’originalité les gars ! »

De l’originalité… Le duo en a. Dans son approche. Dans sa recette. Car il a beau piquer des idées ailleurs, il a toujours su en fait les adapter à sa façon de jouer. Et c’est elle qui fait toute la différence. Le changement de nom n’y change rien, REGNAT HORRENDUM c’est un équilibre entre deux extrêmes. Ce sont des instruments clairs qui sortent des ambiances épiques appuyées par des claviers, et ce sont des vocaux ultra-rêches qui viennent lacérer les oreilles. C’est le pagan qui croise le rac.

Alors comme d’habitude, pour apprécier cette musique, il faut avoir envie de se faire vomir dans la bouche par un Bisounours, il faut aimer manger du caca fourré aux bonnes pépites d’abricot, il ne faut pas avoir peur de mélange entre le très doux et le très sale. Mais je dois avouer que moi, j’aime ça. Le piano est utilisé à très bon escient, et même si les samples des vagues, du tonnerre, de clochers, d’aigles, de corbeaux et de plus petits oiseaux sonnent parfois ridicules, ils créent des ambiances.

Certains pistes sont moins engageantes que d'autres, mais il y a toujours du bon dans cette formation. Non, mon seul reproche est encore une fois le changement de nom, et uniquement le changement de nom, pas pour les raisons citées plus haut, mais parce que HOLDAAR, ça tapait plus que ce REGNAT HORRENDUM qui ne me parle absolument pas…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
10/08/2018 11:58
Cette pochette me dit quelque chose xD
Sakrifiss citer
Sakrifiss
10/08/2018 06:24
Le logo, OK.
Mais c'est fort dommage pour le nom... C'est le musicien qui m'avait expliqué ses raisons. Trop de pression et des représailles qui seraient tombées sur Holdaar...
D'ailleurs sur Facebook, la page du groupe ne fait aucune référence à Holdaar, on y découvre que Regnat Horrendum est le "nouveau groupe des membres de Moongates Guardian". Pas la suite de Holdaar ou quoi ou qu'est-ce...
uruk citer
uruk
09/08/2018 14:46
Comme tu dis au niveau des noms c'est dommage, Holdaar ça en jette et c'est plus original. Mais j'ai une préférence pour le logo de Regnat Horrendum ! Je trouvais que celui de Holdaar était trop en fioritures et en arabesque...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Regnat Horrendum
Epic black sympho
2018 - More Hate Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Regnat Horrendum
Regnat Horrendum
Epic black sympho - 2017 - Russie
  

tracklist
01.   The Flame of Purification
02.   Halls of Chernobog
03.   Dragons of the Sea
04.   To Each His Own
05.   Before Belobog
06.   Night of the Black Wings
07.   Raven and Oak
08.   Icebound Faces
09.   Worlds of Dead Birds

Durée : 46:25

line up
parution
30 Mars 2018

Essayez aussi
Nocturnal Pestilence
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade

2018 - Polymorphe Records
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique