chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carnation - Chapel Of Abhorrence

Chronique

Carnation Chapel Of Abhorrence
La Belgique est-elle en train de devenir la nouvelle terre sainte du Death Metal européen ? La question surprenante voire incongrue mérite pourtant d’être posée tant le genre semble être (re)devenu à la mode chez nos voisins d’outre-Quiévrain, car après une période de vaches maigres (où hormis ABORTED rares étaient les formations à surnager et à faire parler d’elles au-delà des frontières du plat pays) celui-ci semble bel et bien retrouver un second souffle. Depuis l’an dernier on a vu l’explosion de NEVERLIGHT HORIZON et l’apparition remarquée de STORM UPON THE MASSES, ceux-ci étant complétés désormais par l’arrivée de ce quintet d’Anvers qui aura pris le temps pour sortir ce premier album. Depuis ses débuts en 2013 il n’a pourtant pas chômé multipliant les concerts un peu partout, et participant même au Asakusa Deathfest au Japon en 2016 (dont le résultat fut immortalisé sur disque) aux côtés de RUDE, SKELETAL REMAINS et COFFINS, tout en continuant à peaufiner tranquillement sa musique. Le temps semble aujourd’hui avoir porté ses fruits tant le groupe est désormais taillé pour devenir un futur grand du genre et a toutes les cartes les mains pour y parvenir, notamment via une large distribution (vu qu’il est signé chez les marseillais de Season Of Mist), et surtout grâce à des compositions de haute-volée qui ne vont pas passer inaperçues.

En effet même si on a la sensation à juste titre de les avoir déjà entendues énormément de fois par le passé, celles-ci sont d’une efficacité redoutable mélangeant habilement les influences tout comme les ambiances. Car dès le départ on se retrouve plongé en pleine scène suédoise des origines tant ce son gras nous rappelle les débuts de DISMEMBER et ENTOMBED, via la redoutable doublette « The Whisperer » et « Hellfire ». Ici on a droit à toute la panoplie musicale et technique de la bande, qui alterne entre passages rapides énervés et d’autres plus massifs et écrasants, conjugués à des hammerblast déchaînés et des solos légèrement mélodiques d’une grande finesse, le tout n’étant jamais lassant ni redondant malgré un schéma relativement prévisible. Si le morceau-titre se fait lui plus direct et reste majoritairement calé sur l’accélérateur, « The Unconquerable Sun » montre une facette plus froide et angoissante tout en conservant une puissance impressionnante et en ne trainant pas en longueur. Car après un début de disque qui laisse le temps aux mecs de poser leur touche, celui-ci va se réduire au fur et à mesure de son avancée afin de ne plus dépasser les quatre minutes montre en main, cela va d’ailleurs coïncider avec un changement de pays et de genre puisque l’on quitte la Suède pour traverser l’Atlantique et rejoindre les vétérans de CANNIBAL CORPSE.

Car la suite de cette galette va nous emmener dans l’actuelle période d’Alex Webster et ses compagnons de route, tant le son massif et énorme fait penser au boulot réalisé depuis « Kill » par Erik Rutan. C’est « Disciples Of Bloodlust » qui ouvre le bal et qui par son jeu de batterie aux nombreuses cassures, parties rapides et mitraillettes rappelle facilement celui si spécifique de Paul Mazurkiewicz, à l’instar de « Hatred Unleashed » plus massif et posé, et où la paire de guitariste nous livre une prestation de grande qualité. D’ailleurs on ne peut que saluer le niveau technique de chacun des gars qui outre une précision chirurgicale ont la bonne idée de ne jamais trop en faire, préférant l’efficacité globale à la démonstration individuelle. C'est aussi le cas avec « Plaguebreeder » et « Sermon Of The Dead » qui confirment cette homogénéité où l’équilibre entre force de frappe tellurique et sensation d’écrasement est à son paroxysme, tant la combinaison entre les deux se révèle parfaite et offrant ainsi une densité au top. Et même quand l’écriture prend parti pour l’une ou l’autre de ces influences cela reste parfaitement dosé comme on a pu le voir au début, et comme cela se confirme avec le très réussi « Magnum Chaos » où priorité est laissée au mid-tempo et à sa déclinaison plus lente, même si la vitesse n’est pas absente mais se fait plus discrète et sournoise, sans que cela ne nuise à l’ensemble.

Cependant avec quarante-huit minutes au compteur il semblait malheureusement évident qu’il serait difficile de tenir un tel degré d’exigence jusqu’au bout, et c’est effectivement ce qui se produit. Car outre une durée excessive « Fathomless Dephts » souffre d’un intérêt moindre, en plus de sa longueur qui s’éternise trop, comme cela se confirme également sur le pépère « Power Trip » qui montre une facette différente (via un rythme plutôt posé et sans explosions de violence derrière), mais qui là-encore s’épuise à force de s’étirer inutilement. Si l’album se conclut de manière moins enthousiaste que lors de son démarrage il n’en reste pas moins qu’on est en présence d’un produit certes calibré et impeccable, mais qui fait le boulot comme il le faut sans chercher plus loin (même s’il aurait pu être raccourci). Avec en prime une production massive et homogène qui laisse beaucoup de place à la basse (réalisée en interne et masterisée par Dan Swanö), et un sens de la composition déjà bien affirmé, il serait vraiment dommage pour les amateurs de Metal de la mort de ne pas s’intéresser à ces flamands tant on est certain de passer un bon moment. En tout cas le potentiel entrevu est plus qu’intéressant, et avec encore un soupçon d’expérience supplémentaire nul doute qu’ils feront encore plus mal dans un futur proche, tant ce qu’ils ont montré ici est largement prometteur pour la suite de leur carrière.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carnation
Death Metal
2018 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.16/10

plus d'infos sur
Carnation
Carnation
Death Metal - 2013 - Belgique
  

tracklist
01.   The Whisperer
02.   Hellfire
03.   Chapel Of Abhorrence
04.   The Unconquerable Sun
05.   Disciples Of Bloodlust
06.   Hatred Unleashed
07.   Plaguebreeder
08.   Magnum Chaos
09.   Sermon Of The Dead
10.   Fathomless Dephts
11.   Power Trip

Durée : 48 minutes

line up
parution
17 Août 2018

Essayez aussi
Edge Of Sanity
Edge Of Sanity
Unorthodox

1992 - Black Mark Productions
  
Dismember
Dismember
Indecent & Obscene

1993 - Regain Records
  
Vader
Vader
Welcome to the Morbid Reich

2011 - Nuclear Blast Records
  
Reptilian
Reptilian
Perennial Void Traverse

2016 - Edged Circle Productions
  
7th Nemesis
7th Nemesis
Violentia Imperatrix Mundi

2006 - Autoproduction
  

Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview
Satan
Cruel Magic
Lire la chronique
LADLO Fest 10th Year Anniversary - Jour 2
Au-Dessus + Déluge + Hyrgal...
Lire le live report
LADLO Fest 10th Year Anniversary - Jour 1
Aorlhac + Arkhon Infaustus ...
Lire le live report
Degredo
A Noite dos Tempos
Lire la chronique
Kwade Droes
De Duivel en zijn gore oude...
Lire la chronique