chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
78 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Exocrine - Molten Giant

Chronique

Exocrine Molten Giant
On dit souvent que le cap du troisième album est décisif pour un groupe, celui-ci choisissant souvent d’évoluer pour le meilleur comme pour le pire, afin de voir notamment si son public historique le suit ou s’il est remplacé progressivement L’heure est en effet importante pour les bordelais qui arrivent déjà à ce stade avec leur nouvelle réalisation qui fait suite à un très bon premier opus (« Unreal Existence ») mais aussi à un suivant plus décevant (« Ascension »), qui était plombé par une production en plastique dont le rendu ruinait la qualité de son écriture globale. Après avoir vu partir son batteur historique Antoine Fourré c’est désormais l’ancien FLESHDOLL Michaël Martin qui a repris la place laissée vacante derrière les fûts, et en plus de cela l’autre gros mouvement au sein du quatuor est son départ du label nordiste Great Dane Records pour atterrir au sein des américains de Unique Leader. Si ce nom bénéficie toujours d’une renommée à l’international il faut bien avouer que son aura a sérieusement décliné depuis déjà quelques années, la faute à une orientation de plus en plus basée sur le Death Moderne et le Deathcore sans âme, conjuguée à un son aseptisé lissé à l’extrême d’où rien ne dépasse, mais d’où aucune chaleur ne ressort.

Si on sentait que le précédent album des girondins allait dans cette direction il faut malheureusement reconnaître qu’il n’a pas changé son fusil d’épaule, et que l’annonce de sa signature au sein de sa nouvelle maison n’a hélas rien arrangé. On pouvait redouter que l’ensemble sonne de plus en plus technique et clinique, ce qui est effectivement le cas et si la maîtrise de chacun de ses membres s’est encore améliorée, celle-ci s’est faite au détriment de l’accroche et de l’efficacité. En effet dès le titre d’ouverture (« Scorched Human Society ») on se retrouve embarqué dans du tabassage en règle sans finesse, conjugué à de la branlette de manche difficile d’accès (mais heureusement moins insipide que les inécoutables ARCHSPIRE, RINGS OF SATURN ou ALTERBEAST). Si les parties blastées et ultra-rapides sonnent comme la ribambelle de formations du catalogue des californiens heureusement les sudistes ont conservé leur aspect mélodique et jazzy, comme pour signifier qu’ils conservent malgré tout leur personnalité. Car au milieu des déferlantes sans âme les solos de Sylvain sont comme un répit et un plaisir auditif, tellement les notes sont jouées vite qu’on a du mal à en saisir toutes les subtilités. Du coup on ne peut qu’apprécier ces passages en lead qui seront nombreux tout au long du disque, et très souvent magnifiquement posés sur des parties plus lentes et aérées, qui permettent de respirer et font du bien aux oreilles.

D’ailleurs quand le quatuor décide de ralentir l’allure et d’offrir à la fois plus de lourdeur et de mélodie, le résultat est tout de suite plus convaincant comme avec l’agréable « Hayato » qui se montre plus direct et équilibré, laissant ainsi plus de place aux passages lents. Ceux-ci sont encore plus représentés sur le très bon « Backdraft » où la furie s’efface au profit d’ambiances plus posées et mid-tempo, vu que les blasts et autres déchaînements de violence s’entendent ici avec parcimonie. Plus orientée sur les débuts de la bande cette composition montre que ces créateurs n’ont pas totalement renié leur passé proche, et c’est tant mieux car ils s’en inspirent c’est de suite plus entraînant et efficace. On peut dire effectivement la même chose de « Molten Giant » au copieux tapis de double (présent à de nombreuses reprises) qui après un début massif et enlevé (et une fin qui le sera tout autant) va doucement ralentir pour faire résonner les accords de guitares particulièrement soignés. A la fois plus direct et moins fouilli, d’approche plus moderne sans pour autant éliminer totalement ses débuts, cette compo est une des plus réussies, et qui à l’instar des autres entendues auparavant ne s’éternise pas sur la durée, une habitude en fait. Le son des girondins est allé depuis toujours à l’essentiel, et là-encore plus qu’auparavant, vu qu’hormis le copieux dessert rien ne dépasse les cinq minutes au grand maximum, ce qui va être une bonne chose vu la suite qui s’annonce. Si jusqu’à présent le relatif équilibre garantissait un passage auditif assez facile, la suite va être plus compliquée, la faute à une inspiration moins présente (« Flamewalkers ») ou un manque de fil directeur (« Lavaburst »). Pour la première partie de cette doublette le souci vient d’une relative faiblesse d’écriture malgré une construction assez classique, et bien que sa durée soit très courte il manque le petit ingrédient magique pour rentrer totalement dans l’univers de celle-ci, quant à la seconde c’est un côté Progressif mal utilisé qui gâche le rendu. Pourtant techniquement il n’y a rien à dire tant le niveau est incroyablement haut, ça tabasse sec au milieu de breaks et cassures bienvenus, mais le tout est difficile à suivre sans fil conducteur auquel se raccrocher, et c’est franchement dommage. Et même quand l’ensemble a tendance à ralentir ça n’est pas forcément parfait non plus, car « The Shape Of New World » et ses huit (trop) longues minutes au compteur plombent le mélange pourtant intéressant entrevu tout du long, et qui là-encore sort toute la palette créative des gars, à la fois douce et furieuse comme tendre et sauvage.

Autant dire qu’arrivé au bout un drôle de sentiment domine, celui-ci d’un groupe qui s’est lâché comme jamais et qui a pris des risques, sans pour autant les maîtriser totalement. Si l’apport de son nouveau frappeur (qui réalise une prestation assez énorme) a permis à ses camarades de jeu d’aller plus loin dans la création comme dans l’explosivité, cela a eu aussi comme contrepartie d’être plus générique et de perdre une partie de son charme, même si le soliste s’est totalement lâché. Cependant celui-ci a montré (encore plus que précédemment) son importance dans l’attrait des metalleux de tous horizons vers sa formation, tant sa prestation légère et nuageuse est à saluer et permet de garder l’identité musicale de ses compères. Pour le reste difficile d’être si enthousiaste pour le chant et les rythmiques assez quelconques (bien loin de celles proposées à leurs débuts), d’autant plus que les deux sont noyées dans un mixage assez synthétique qui laisse la part belle à la batterie très en avant, et à l’ensemble trop hermétique.

En voulant gagner en puissance et en jouant plus sur les accélérations qu’auparavant les frenchies ont pris un risque qui ne laissera pas indifférent son public, certes il en gagnera outre-Atlantique via ce son et ces bpm typiquement calibrés pour là-bas, mais de l’autre ce qui faisait son charme s’est partiellement envolé au risque de voir les fans de la première heure suivre le mouvement. Attention il y’a certes des imperfections et des erreurs, mais ça reste malgré tout supérieur à la majorité de ce qui se fait actuellement dans le genre, même si vu leur talent et leur potentiel on peut faire la fine bouche. S’il y’a peu KRONOS était un des derniers combos de l’hexagone à avoir paraphé un contrat chez l’unique leader (il y’a eu depuis les coreux de THE WALKING DEAD ORCHESTRA) pour sortir le critiqué « Arisen New Era » (qui là-encore montrait une vraie perte d’identité), on ne peut que souhaiter un destin différent pour EXOCRINE. En effet ce transfert vers une écurie plus importante n’avait pas réussi aux vosgiens qui se s’étaient séparés définitivement quelques mois plus tard, laissant beaucoup de regrets et une sensation d’inachevé, tout ce qu’on ne voudrait pas retrouver avec les aquitains.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
20/08/2018 12:47
Je suis de l'avis de Jean-Clint : j'ai pas aimé.
Plastique, sans âme, déjà entendu. Les groupes similaires cités dans la kro, notamment Alterbeast, me semblent à propos : si on aime cette musique, on va apprécier ce Exocrine qui fait son effet.

Perso, je trouve ça trop passe-partout, trop cilnquant, dommage car leur approche Jazzy était justement ce qui m'avait fait apprécier leur premier méfait Sourire
Keyser citer
Keyser
20/08/2018 12:05
Écouté une fois pour me faire un 1er avis. Bon c'est clairement pas mon type de death/brutal death préféré, trop propre et clinique. La production est ultra plastique, c'est très moderne, parfois même proche du deathcore. Bref du Unique Leader typique d'aujourd'hui. Ça manque aussi de groove contrairement à un Gorod.

Cela dit j'ai noté aussi plein de bonnes choses là-dedans qui vont me pousser à approfondir le sujet, notamment des leads/solos superbes contrastant avec des passages qui bourrent bien. Le côté progressif permet de varier et de laisser respirer la musique que je ne trouve pas si complexe. Ça passe plutôt bien malgré la technicité de la chose, ça reste efficace et accrocheur. Bien meilleur en tout cas que les merdes à la Archspire qui ne dégagent aucune émotion.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
20/08/2018 08:28
note: 9/10
Whaaattttttttt ?????????
""au détriment de l'accroche et de l'efficacité" ????????

Tu n'as pas dû recevoir le bon promo...

L'album finira à coup sûr dans mon Top 2018.
Pas aussi bon que le nouveau Gorod, mais pas loin derrière, en plus brutal toutefois.

Pas du tout, mais alors PAS DU TOUT d'accord avec la chronique.
human citer
human
19/08/2018 19:10
Sûrement ce que j'ai entendu de mieux cette année.
Autant dire que je ne suis pas du tout d'accord avec cette chro.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Exocrine
Death Moderne Technique
2018 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Exocrine
Exocrine
Death Moderne Technique - 2013 - France
  

tracklist
01.   Scorched Human Society
02.   Hayato
03.   Backdraft
04.   Molten Giant
05.   Flamewalkers
06.   Lavaburst
07.   Behind The Wall
08.   The Shape Of New World

Durée : 35 minutes

line up
parution
17 Août 2018

voir aussi
Exocrine
Exocrine
Unreal Existence

2015 - Great Dane Records
  
Exocrine
Exocrine
Ascension

2017 - Great Dane Records
  

Essayez plutôt
The Faceless
The Faceless
In Becoming A Ghost

2017 - Sumerian Records
  
Sophicide
Sophicide
Perdition Of The Sublime

2012 - Willowtip Records
  
Archspire
Archspire
Relentless Mutation

2017 - Season Of Mist
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  

Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique