chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cannibal Corpse - Tomb Of The Mutilated

Chronique

Cannibal Corpse Tomb Of The Mutilated
Bon, c’est bien beau de s’attarder sur les dernières sorties de 2018 mais un retour aux fondamentaux s’impose en ce début d’année. Et compléter la discographie de ce monument du Death Metal qu’est Cannibal Corpse ne serait pas une mauvaise chose pour bien débuter 2019. Pour cela, attardons-nous aujourd’hui sur l’excellent Tomb Of The Mutilated sorti à l’automne 92. A l’époque, le groupe enchaîne les sorties à un rythme impressionnant avec pas moins de trois albums en trois ans. Le tout bien évidemment entrecoupé par quelques concerts et tournées un peu partout à travers le monde. Bref, une période particulièrement faste qui va voir les Américains s’imposer rapidement comme l’un des groupes les plus incontournables du genre.
Baignant probablement encore dans l’excitation et la frénésie des débuts, le groupe affiche à l’époque une stabilité à toute épreuve avec notamment un line-up qui n’a pas bougé d’un iota depuis 1988 et les premiers pas de Cannibal Corpse du côté de Buffalo. Et ce n’est évidemment pas la seule constante puisqu’en dehors de l’artwork de Vincent Locke toujours aussi peu subtil et sujet à bien des censures, le groupe rempile pour la troisième fois consécutive aux Morrisound Studios en compagnie de l’inévitable Scott Burns. Les années 90 quoi…

Dans la continuité d’un Butchered At Birth sorti quelques mois auparavant, Tomb Of The Mutilated s’inscrit dans une veine définitivement plus Death que Thrash. Pour commencer, la production gagne ici en profondeur et en puissance tout en restant bien évidemment très marquée par ce nouveau passage aux Morrisound Studios. On retrouve donc la patte du célèbre producteur américain avec un son finalement toujours très compact pour ne pas dire étouffé. Alors c’est vrai, l’album à de ce côté-là bien mieux vieillit que ses deux prédécesseurs mais la touche de Scott Burns reste encore évidente.
Ensuite, les influences Thrash, bien que toujours présentes, ont effectivement pas mal diminuées depuis Eaten Back To Life. Pourtant, Cannibal Corpse continue bel et bien d’affoler les compteurs le temps de séquences menées avec l’envie évidente d’en découdre mais dans l’ensemble, les passages à base de tchouka-tchouka et autres délices hérités de la scène Thrash des années 80, ont sensiblement diminué. A la place, davantage de séquences de blasts plus ou moins rapides qui vont venir renforcer le côté implacable que revêt désormais le Death Metal des Américains. Résultat des courses, Tomb Of The Mutilated s’impose, en tout cas à l’époque, comme l’album le plus rapide et intense des Floridiens.
Enfin, et Høsty l’avait déjà évoqué lors de sa chronique du précédent album, le chant de Chris Barnes s’est très largement étoffé depuis leur premier album. Terminé les lignes de chants arrachées, place désormais à un growl profond et caverneux au débit toujours aussi impressionnant. Les cris de hyènes que l’on retrouvera sur The Bleeding ne sont pas encore de la partie mais cette voix bestiale et beaucoup plus gutturale qu’il est d’ailleurs l’un des premiers à avoir développer de la sorte va ainsi alimenter l’univers résolument gore et sanglant imaginé par Cannibal Corpse (en plus de quelques samples bien choisis comme cette confessions d’Arthur Shawcross aka The Genesee River Killer sur "Addicted To Vaginal Skin" ou ces enfant qui jouent dans une cours de récréation à la fin de "Necropedophile").

La mutation du groupe, si elle n’est pas encore tout à fait complète (celui-ci gagnera plus tard en lisibilité, en puissance et en technique), se poursuit ici le temps d’un album radical (ramené dans le contexte de l’époque) dont la côte de popularité n’est aujourd’hui plus à démontrer. Bien sûr, l’épisode Ace Ventura où l’on y aperçoit Cannibal Corpse sur scène en train de jouer "Hammer Smashed Face" n’y est pas étranger (je vous invite à lire ici l’interview de Paul Mazurkiewicz sur le sujet) mais c’est clairement avec Tomb Of The Mutilated que les choses ont commencé à sérieusement décoller pour les Floridiens. En tout cas on ne peut pas nier que les quelques morceaux qui s’y trouvent n’ont aujourd’hui rien perdu de leur efficacité. Une leçon de Death Metal en neuf épisodes dispensés par l’un des maîtres en la matière.
Outre ce "Hammer Smashed Face" d’anthologie avec notamment cette introduction inoubliable à rendre débile n’importe lequel des plus grands philosophe de l’époque des Lumières, on trouve également d’autres tubes tout aussi fameux tels que "I Cum Blood" ou "Addicted To Vaginal Skin". Bref, cet album est tout simplement une succession de titres tous plus redoutables et efficaces les uns que les autres, entre séquences explosives menées tête dans le guidon, décélérations lourdingues taillées pour se rompre les cervicales, passages thrashisant histoire de rester en jambe et pour couronner le tout un groove insolent sublimé par les lignes de basses monstrueuses d’Alex Webster. Une leçon de Death Metal je vous dis !

Ecrire une chronique d’un album qui a célébré l’année dernière son quart de siècle est toujours un exercice un petit peu vain. En effet, que dire de plus à son sujet qui n’est pas déjà été évoqué mille fois ailleurs ? De toute façon, tout le monde sait de quoi il retourne puisque Cannibal Corpse est probablement à ce jour la plus grosse machine Death Metal en activité dans le circuit. Il n’empêche que cette chronique manquait à Thrashocore et c’est aujourd’hui chose réparée. Quoi qu'il en soit, Tomb Of The Mutilated marque la fin d’une période particulièrement faste pour le groupe américain et le début de conflits internes et des quelques changements de line-up que l’on connait bien (le départ de Bod Rusay en 1993 qui préférera se concentrer sur une carrière de moniteur de golf et surtout Chris Barnes dont la qualité des prestations vocales et l’attitude le feront se faire dégager après l’enregistrement de The Bleeding, prochain album de Canniboul à se faire chroniquer par mes soins).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

InnerDam citer
InnerDam
13/01/2019 01:55
note: 10/10
Ander a écrit : Keyser a écrit : InnerDam a écrit : dantefever a écrit : On se fout beaucoup de la gueule de ce groupe, mais faut pas oublier qu'il a sorti d'énormes tueries à ses débuts. Et le dernier ne démérite franchement pas.

A part peut être ceux qui écoutent essentiellement du heavy et n'ont jamais pu aller au-delà de Metallica/Megadeth en matière de metal brutal (et j'en connais un paquet!), je ne vois pas trop grand monde s'amuser à se foutre de leurs gueule.
Dans la scène brutal death Cannibal a toujours été plus que respecté je pense. Bien qu'ils n'aient pas sorti de très grands albums ces dernières années, ils arrivent à maintenir un cap et ça impose le respect, contrairement à Morbid Angel avec leur dernier bousin.
Mais je suis d'accord avec toi, leur dernier album ( que je trouve très bon) poutre sévère!

Pour revenir à mutilated, pour l'époque personne ne chantait comme Barnes. Sur "Addicted to vaginal skin" on y perçoit limite les prémices du slam (je vous vois venir, ne me tombez pas dessus mais ecoutez bien son chant au 1er couplet).
Pour moi il n'y avait pas plus brutal à l'époque, avec Brutal Truth et son "extreme conditions.."


Plutôt d'accord avec toi sauf que n'oublie pas que Effigy of the Forgotten de Suffocation est sorti un an avant. Plus brutal avec aussi les prémices du slam.


Tu m'enlèves les mots du clavier!

Au contraire de Sulphur, je trouve que sur The Bleeding nos Cannigous arrivent à instaurer une ambiance de morgue comme jamais, mais je pense que les images du clip de Staring Through The Eyes Of The Dead sont restés dans mon subconscient et ça doit pas mal aidé dans cette perception.

Ce Tomb est dans la lignée de BAB mais avec une bien meilleure production et ça change pas mal la donne!

Sinon je suis tombé sur une version censurée et sans paroles dans le livret, dommage même si elle reste pas trop éloigné de l'originale.



En contre-censure, j'avais le T-shirt figurant la pochette, acheté aux "feu" puces de clignancourt. C'était chaud de le porter du haut de mes 13 piges!
Sinon, difficile de le comparer à The Bleeding je trouve. Ce dernier est plus maîtrisé et on sent l'évolution technique du groupe. Mais Tombs of the Mutilated , malgré sa prod', possède sa propre atmosphère , putride et crasseuse.
Tu as bien raison de mentionner Suffo' Keyser, mais de toute façon ils ont tous été des pionniers à leur manière. Chaque groupe amenait un style et les tueries sortaient à rythme dingue.
northstar citer
northstar
13/01/2019 01:47
note: 9/10
On n'y croyait plus Sourire , lui et the Bleeding ça me rappelle bizarrement les trucs de vampires d 'Anne Rice , en les lisant j'écoutais les deux en boucle, sinon perso difficile de dire lequel est mon préféré, comme dit Sulphur cultes pour moi également.
AxGxB citer
AxGxB
12/01/2019 23:02
note: 9/10
C'est peut-être le côté Death Metal pour tous qui fait dire/penser ça aux gens mais comme vous, je ne vois pas trop où il y a sujet à rigoler au sujet du Death Metal de Cannibal Corpse, même encore aujourd'hui. Et quand tu vois la qualité de leurs sets, faudrait quand même être de sacrément mauvaise fois pour y trouver à redire.
Ander citer
Ander
12/01/2019 13:47
note: 8/10
Keyser a écrit : InnerDam a écrit : dantefever a écrit : On se fout beaucoup de la gueule de ce groupe, mais faut pas oublier qu'il a sorti d'énormes tueries à ses débuts. Et le dernier ne démérite franchement pas.

A part peut être ceux qui écoutent essentiellement du heavy et n'ont jamais pu aller au-delà de Metallica/Megadeth en matière de metal brutal (et j'en connais un paquet!), je ne vois pas trop grand monde s'amuser à se foutre de leurs gueule.
Dans la scène brutal death Cannibal a toujours été plus que respecté je pense. Bien qu'ils n'aient pas sorti de très grands albums ces dernières années, ils arrivent à maintenir un cap et ça impose le respect, contrairement à Morbid Angel avec leur dernier bousin.
Mais je suis d'accord avec toi, leur dernier album ( que je trouve très bon) poutre sévère!

Pour revenir à mutilated, pour l'époque personne ne chantait comme Barnes. Sur "Addicted to vaginal skin" on y perçoit limite les prémices du slam (je vous vois venir, ne me tombez pas dessus mais ecoutez bien son chant au 1er couplet).
Pour moi il n'y avait pas plus brutal à l'époque, avec Brutal Truth et son "extreme conditions.."


Plutôt d'accord avec toi sauf que n'oublie pas que Effigy of the Forgotten de Suffocation est sorti un an avant. Plus brutal avec aussi les prémices du slam.


Tu m'enlèves les mots du clavier!

Au contraire de Sulphur, je trouve que sur The Bleeding nos Cannigous arrivent à instaurer une ambiance de morgue comme jamais, mais je pense que les images du clip de Staring Through The Eyes Of The Dead sont restés dans mon subconscient et ça doit pas mal aidé dans cette perception.

Ce Tomb est dans la lignée de BAB mais avec une bien meilleure production et ça change pas mal la donne!

Sinon je suis tombé sur une version censurée et sans paroles dans le livret, dommage même si elle reste pas trop éloigné de l'originale.

Sulphur citer
Sulphur
12/01/2019 11:31
note: 9/10
Jean-Clint a écrit : Perso je trouve que c'est le meilleur de la période Chris Barnes et musicalement plus mature et abouti que les deux précédents. Plus abouti techniquement et des compos de tueurs ("I Cum Blood", "Hammer Smashed Face") dont l'ensemble sera confirmé par un successeur tout aussi réussi mais contenant moins d'hymnes.
J'attends de lire la chronique et voir les avis concernant The Bleeding.
Pour le coup, même si j'adore cet album et que j'y tiens énormément (comme pour Sagamore, acheté à mes 12 ans en me basant sur la pochette. Pour la petite histoire, le suivant fut Once upon the Cross), je pense que The Bleeding est un poil meilleur ; moins ambiancé, mais plus maitrisé, avec plus de hits et une meilleure production.
Après, il l'emporte vraiment pour moi d'une courte tête sur Tomb of the Mutilated. Les deux font partie de mes albums cultes.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
12/01/2019 10:55
note: 8.5/10
Perso je trouve que c'est le meilleur de la période Chris Barnes et musicalement plus mature et abouti que les deux précédents. Plus abouti techniquement et des compos de tueurs ("I Cum Blood", "Hammer Smashed Face") dont l'ensemble sera confirmé par un successeur tout aussi réussi mais contenant moins d'hymnes.
Keyser citer
Keyser
12/01/2019 09:17
note: 9/10
InnerDam a écrit : dantefever a écrit : On se fout beaucoup de la gueule de ce groupe, mais faut pas oublier qu'il a sorti d'énormes tueries à ses débuts. Et le dernier ne démérite franchement pas.

A part peut être ceux qui écoutent essentiellement du heavy et n'ont jamais pu aller au-delà de Metallica/Megadeth en matière de metal brutal (et j'en connais un paquet!), je ne vois pas trop grand monde s'amuser à se foutre de leurs gueule.
Dans la scène brutal death Cannibal a toujours été plus que respecté je pense. Bien qu'ils n'aient pas sorti de très grands albums ces dernières années, ils arrivent à maintenir un cap et ça impose le respect, contrairement à Morbid Angel avec leur dernier bousin.
Mais je suis d'accord avec toi, leur dernier album ( que je trouve très bon) poutre sévère!

Pour revenir à mutilated, pour l'époque personne ne chantait comme Barnes. Sur "Addicted to vaginal skin" on y perçoit limite les prémices du slam (je vous vois venir, ne me tombez pas dessus mais ecoutez bien son chant au 1er couplet).
Pour moi il n'y avait pas plus brutal à l'époque, avec Brutal Truth et son "extreme conditions.."


Plutôt d'accord avec toi sauf que n'oublie pas que Effigy of the Forgotten de Suffocation est sorti un an avant. Plus brutal avec aussi les prémices du slam.
Sagamore citer
Sagamore
12/01/2019 12:02
L'un de mes premiers disques de Metal extrême acheté totalement par hasard, en me basant sur la pochette, avec mon argent de poche étant minot. Forcément, ça créé de l'affect. L'ambiance hyper malsaine et poussiéreuse renforcée par le growl de Barnes est toujours aussi dégueulasse.
InnerDam citer
InnerDam
11/01/2019 23:28
note: 10/10
dantefever a écrit : On se fout beaucoup de la gueule de ce groupe, mais faut pas oublier qu'il a sorti d'énormes tueries à ses débuts. Et le dernier ne démérite franchement pas.

A part peut être ceux qui écoutent essentiellement du heavy et n'ont jamais pu aller au-delà de Metallica/Megadeth en matière de metal brutal (et j'en connais un paquet!), je ne vois pas trop grand monde s'amuser à se foutre de leurs gueule.
Dans la scène brutal death Cannibal a toujours été plus que respecté je pense. Bien qu'ils n'aient pas sorti de très grands albums ces dernières années, ils arrivent à maintenir un cap et ça impose le respect, contrairement à Morbid Angel avec leur dernier bousin.
Mais je suis d'accord avec toi, leur dernier album ( que je trouve très bon) poutre sévère!

Pour revenir à mutilated, pour l'époque personne ne chantait comme Barnes. Sur "Addicted to vaginal skin" on y perçoit limite les prémices du slam (je vous vois venir, ne me tombez pas dessus mais ecoutez bien son chant au 1er couplet).
Pour moi il n'y avait pas plus brutal à l'époque, avec Brutal Truth et son "extreme conditions.."
Sulphur citer
Sulphur
11/01/2019 16:09
note: 9/10
Mon premier album de DM. Je l'aime.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
11/01/2019 14:59
La belle époque des paroles totalement outrancières et misogynes, c'est fini tout ça maintenant.
dantefever citer
dantefever
11/01/2019 14:51
On se fout beaucoup de la gueule de ce groupe, mais faut pas oublier qu'il a sorti d'énormes tueries à ses débuts. Et le dernier ne démérite franchement pas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cannibal Corpse
Death Metal
1992 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (12)  8.88/10
Webzines : (5)  5.83/10

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death Metal - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Hammer Smashed Face  (04:02)
02.   I Cum Blood  (03:40)
03.   Addicted To Vaginal Skin  (03:29)
04.   Split Wide Open  (03:01)
05.   Necropedophile  (04:05)
06.   The Cryptic Stench  (03:57)
07.   Entrails Ripped From A Virgin's Cunt  (04:14)
08.   Post Mortal Ejaculation  (03:35)
09.   Beyond The Cemetery  (04:52)

Durée : 34:55

line up
parution
22 Septembre 1992

voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
The Wretched Spawn

2004 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Kill

2006 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Evisceration Plague

2009 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Live Cannibalism (Live)

2000 - Metal Blade Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Bloodthirst

1999 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Ebola
Ebola
Infernal Revelation

2007 - Old Temple
  
Quest Of Aidance
Quest Of Aidance
Misanthropic Propaganda

2013 - Pulverised Records
  
Demonical
Demonical
Servants Of The Unlight

2007 - Cyclone Empire Records
  
Faceless Burial
Faceless Burial
Grotesque Miscreation

2017 - Blood Harvest Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Harmony Corruption

1990 - Earache Records
  

Illum Adora
...of Serpentine Forces
Lire la chronique
Saqra's Cult
The 9th King
Lire la chronique
Misery Index
Rituals of Power
Lire la chronique
PPCM #12 - Deux pour le prix d'un ? EQUIPOISE et CONTRARIAN !
Lire le podcast
Frozen Soul
Encased In Ice (Démo)
Lire la chronique
Mavorim
Heimkehr (Démo)
Lire la chronique
Thrashback
Sinister Force
Lire la chronique
Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique