chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
81 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Irreversible Mechanism - Immersion

Chronique

Irreversible Mechanism Immersion
Comme il a pu être dit sur plusieurs groupes autour du Death Metal sur Facebook, 2018 est l'année du Tech Death, car de nombreuses formations reviennent avec de nouvelles fournées. OBSCURA m'a fait ainsi forte impression, par une musique qui a su changer pour quelque chose qui me convenait davantage, faisant un peu passer la pilule de déception qu'a été le dernier AUGURY. J'ai eu une énorme surprise en découvrant THE BEAST OF NOD, hélas INFERI, comme d'habitude, a fait dans la débauche de pistes qui m'ont pas emballé. EXOCRINE m'a laissé sur ma faim, vu qu'ils ont mis de côté leur Death inspiré Jazz, et j'attends de pied ferme le prochain BEYOND CREATION.
On le voit, de très beaux noms, avec des sorties qui, si elles ne font pas l'unanimité (pour les québécois de Beyond Creation, ça semble plutôt bien parti, réponse en octobre), ont au moins le mérite de proposer de la diversité, entre Tech moderne pur chez les français d'Exocrine et moments Prog selon les groupes. On en vient ainsi au cas RIVERS OF NIHIL : leur dernière sortie, c'est du tout ou rien. Exit le Tech, place au Prog, avec du saxophone en plus ! Le constat est sans appel : soit les personnes ont détesté, soit ils ont adoré ce virage radical.

Eh bien il semble que ces métamorphoses soient de mise ; et IRREVERSIBLE MECHANISM ne déroge pas à cette règle.

À l'origine projet de deux personnes qui ont fait un Technical Death clinquant à la Obscura, la formation biélorusse s'est augmentée d'autres musiciens, si bien que le nom a désormais plus une allure de groupe, comme on l'entend classiquement. Sans doute leur fallait-il des renforts pour proposer une musique bien plus progressive, mettant en avant des inspirations, telles que OPETH ou MASTODON selon leurs dires. Quoi qu'il en soit, penchez-nous sur ce « Immersion ».

(oui, on a évité le jeu de mot du « immergeons-nous », je fais des efforts !)

Eh bien dès le départ, ça se sent tout de suite, ce changement. On quitte les orchestrations grandiloquentes comme dans « Infinite Fields » qui servaient déboucher sur une musique qui en fout plein les oreilles. On arrive ici sur des nappes certes assez clichées dans le genre, mais c'est le début de l'existence, si l'on se fie au titre du morceau. Le tout arrive progressivement, chaque instrument prend sa place, viennent les clean vocals, puis l'instrumentation Metal et le chant hargneux, entre Death Metal et Deathcore de Ilya Studenok, dirigeant vers des riffs à la CYNIC.
Comment ? Un riffing à la Cynic sous des nappes Prog avec un développement qui prend son temps, des voix claires, un solo qui se démarque comme il faut, et un chant qui joue d'entre-deux ?

Toi, tu veux me séduire. Tu as tout pour me plaire.

La deuxième partie du morceau arrive, et impose sa lourdeur. Pas de la façon Tech Death. On est clairement sur un registre à la fois Prog Death et Deathcore, créant un espace qui peut évoquer le Post-Deathcore que j'ai entendu chez [chronique=7852NIHILIST[/chronique]. Moi, ce virage, je l'embrasse au plus fort, et m'y accroche avec délice. Parce que le Prog se joue surtout sur la qualité de ses arrangements et la richesse de sa structure, avec beaucoup d'éléments à décortiquer, on est bien servi là-dedans !

Oh, toi, je vais t'apprécier.

L'album semble tout à fait bien gérer ses alternances « douceur Prog réfléchie » et « matraquage Tech Death ». Plusieurs morceaux signalent combien ils ont gagné en maturité, et combien ces années leur ont permis de conduire une musique bien plus riche qu'il n'y paraît. Outre le développement très satisfaisant dans « Existence II », la façon d'alterner entre légèreté et puissance, certes encore une fois clichée dans le genre, fonctionne à plein régime dans « Abolution », premier morceau dévoilé de cet album et qui présente de grosses similitudes avec le projet KRIMH – morceau qui m'a moyen emballé à la première écoute, mais que je me suis surpris à réécouter en boucle sur les heures suivantes, happé par les mélodies qui m'avaient embarqué sans que je ne m'en rende compte et par cette batterie qui accélère subrepticement.



C'est tout bête, mais leur musique est en éléments qui s'imbriquent et valsent ensemble, avancent et reculent, viennent devant avant de tomber dans l'ombre. L'ambivalence y est subtile, même si on est en terrain connu, avec des piliers convenus pour qui écoute souvent du Prog ou du Post-Metal (qui a dit « IN THE SILENCE » ?).
On aura ainsi droit très souvent à des parties calmes, pour aller vers de l'énervé. Mais tout est varié, que ce soit les blasts bourrins de « Footprints in the Sand » (qui contient d'ailleurs une basse qui enrobe tout, que c'est bon !) ou les riffs très Cynic-iens de « Beyond », qui sont là pour t'emmener vers du Obscura très technique sans que tu ne t'en rendes compte. N'oublions pas également ces parties shoegaze, telles que les pistes électro de « Simulacra, qui sert de transition après 3 morceaux assez costauds et qui fait du bien dans l'intégralité du disque.

Mais s'il y a bien deux points que je retiens de cette richesse, outre les variations rythmiques qui sont de toute façon inhérentes au genre du Prog-Tech, ce sont les guitares et la voix. Pour les deux aspects, la qualité que je perçois est similaire, dans le sens où, avec un même set-up, on va aller dans plusieurs registres.
Prenons ainsi « Footprints in the Sand », un titre qui déclare bien qu'on est loin, très loin du premier album. L'inspiration plus sensible est telle qu'on a un bon gros cliché en guise de nom ! C'est le titre le plus long de l'album, dans tous les sens du terme : c'est pas un seul mot comme les autres titres, et ça dure 8 minutes 40.
Eh bien le tout prend son temps sans s'appesantir et contient pour moi d'excellentes idées de riffing, car avec les mêmes hauteurs elles peuvent confier l'aspect aérien puis, quand ça s'énerve, elles sont en exergue, pour ajouter une touche MeloDeath hyper véloce. Le tout est écrit en inspirations et expirations, il y a un flux très naturel, très perceptible. Ça ne parlera pas à tout le monde, et on pourra rétorquer que c'est de la poésie facile. Mais, moi, je rentre complètement dedans, surtout avec ce chant, qui joue dans les frontières - et qui peut m'évoquer la claque des français de ATLANTIS CHRONICLES. Son côté screamé, comme sur le départ de « Immersion », m'embarque direct. Seulement je suis certain qu'il va en rebuter plus d'un.

Parce qu'on arrive forcément au point qui fâche : c'est du Progressive Technical Death Metal, donc il faut transiger avec tous ces effets de style. On sent que leurs inspirations sont très présentes, mais parfois assez invasives. À la première écoute, j'ai pensé à plein d'autres groupes, et il a fallu que je fasse un effort pour taire mon cerveau. Cependant, une fois embarqué, j'étais stimulé – ça, je pense que c'est assez clair.
Par ailleurs, on ne va pas se mentir : leur style varie très peu et reste sur des lieux communs. Mais, comme je dis souvent, ont-ils eu la prétention de faire autre chose ? Ont-ils dit qu'ils allaient réinventer le genre ? Absolument pas : ils ont juste voulu explorer un nouveau style. En d'autres termes, on trouvera ici les défauts d'un premier album (alors que c'est leur second, mais premier avec un groupe constitué) : trop campé sur ses références, comme sur le morceau « Awakening » qui donne une sensation de déjà entendu (perso, j'y sens bien le FALLUJAH).
Puis, comme j'ai dit, c'est un peu poético-émotif. D'aucuns diraient : « Des poseurs, purée mais mate-moi ce chanteur comme il gesticule. » Je l'accorde, l'extrait posé par Beyond Creation en impose davantage en terme de maîtrise des effets et d'écriture. Mais ils n'ont pas le même âge que les québecois, et Irreversible Mechanism doit encore trouver ses marques en tant que formation.

En définitive, plus j'écoute « Immersion », plus j'aime ce skeud ! Mais parce qu'il contient beaucoup de choses que j'adore : la touche Prog qui sait où elle va, du riffing varié piochant dans plusieurs références cultes du Tech Death, un chant qui n'est pas monolithique, des arrangements et une ambiance qui se distillent peu à peu, le tout via une ossature générale solide, avec des transitions bien fichues et un tout cohérent. Il est vrai que ça ne réinvente rien, que ça ne fera sans doute pas aimer cette musique à ceux qui trouvent le chant Deathcore ou les nappes aériennes chiantes et sur-faites. Puis, une fois qu'on a saisi la structure, aussi bien fichue soit-elle, ça se répète, avouons-le. Et j'ai bon espoir que, par la suite, ils affinent encore plus leur style, et trouvent une identité encore plus marquée qu'ici.
Mais ça ne me gêne d'aucune façon. Parce que j'aime les couleurs et textures que cette musique m'apporte, parce que je m'y sens comme dans un cocon, parce que ça m'apaise, parce que je me sens ailleurs...
Oh, je lis qu'ils ne voulaient pas conquérir le monde, mais en créer un autre par la musique ?
IRREVERSIBLE MECHANISM are not so much setting out to take over the world, as they are to create a whole new one.
Je l'affirme : ils m'ont immergé dedans.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

18 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
28/08/2018 22:37
N4pht4 a écrit : MoM a écrit :
T'inquiète, j'étais pas en mode SJW Clin d'oeil Après tout, tu ne dis rien de mal, au contraire, ça discute, ça débat autour de la musique, c'est c'est cool Sourire


Pardon faute de frappe je voulais dire les SJW! Ce n'était en aucunement destiné à toi


Pas de problème ! Sourire
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 18:11
Niktareum a écrit : Du chant non growlé oui, il y a des spoken words, du chant "hurlé" certes m'enfin si tout ce qui n'est pas growlé pour toi c'est du chant clair tu y vas un peu fort tout de même. Rien à voir avec Irreversible Mechanism par exemple.

C'est clair, irreversible mechanism c'est deux crans au dessus (ou en dessous plutôt), mais pour en revenir à gorod j'ai vite réécouté et j'avoue que c'est surtout son chant "hurlé" qui n'était pas bien passé chez moi. En vieux con, je vais dire "c'tait mieux avant"
Niktareum citer
Niktareum
28/08/2018 17:28
N4pht4 a écrit : Niktareum a écrit : J'aimerais bien savoir où tu as entendu du chant clair chez Gorod ? What the fuck?!

Sur Maze of recycled creeds il n'y a pas de chant "non growlé" avec effets ?
Au temps pour moi si ce n'est pas le cas (j'avoue que je n'ai écouté l'album qu'une fois) mais il me semblait être resté sur cette impression.

Du chant non growlé oui, il y a des spoken words, du chant "hurlé" certes m'enfin si tout ce qui n'est pas growlé pour toi c'est du chant clair tu y vas un peu fort tout de même. Rien à voir avec Irreversible Mechanism par exemple.
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 16:50
MoM a écrit :
T'inquiète, j'étais pas en mode SJW Clin d'oeil Après tout, tu ne dis rien de mal, au contraire, ça discute, ça débat autour de la musique, c'est c'est cool Sourire


Pardon faute de frappe je voulais dire les SJW! Ce n'était en aucunement destiné à toi
MoM citer
MoM
28/08/2018 16:20
N4pht4 a écrit : MoM a écrit : Mais je le sentais avec Irreversible Mechanism, que ça allait diviser, c'était obligé. Mais je dirais plutôt "émotif facile" que "pd" Clin d'oeil

Je tiens a préciser pour le SJW que l'emploi de l'expression "pas-PD" nous vient de Daniel Herrero, célèbre rugbyman et ne porte aucune connotation homophobe ^^


T'inquiète, j'étais pas en mode SJW Clin d'oeil Après tout, tu ne dis rien de mal, au contraire, ça discute, ça débat autour de la musique, c'est c'est cool Sourire
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 16:48
MoM a écrit : Mais je le sentais avec Irreversible Mechanism, que ça allait diviser, c'était obligé. Mais je dirais plutôt "émotif facile" que "pd" Clin d'oeil

Je tiens a préciser pour les SJW que l'emploi de l'expression "pas-PD" nous vient de Daniel Herrero, célèbre rugbyman et ne porte aucune connotation homophobe ^^
MoM citer
MoM
28/08/2018 15:18
ChuckSchuldiner a écrit : L'extrait est vraiment super cool

Si tu aimes les extraits proposés, il y a moyen que l'album te plaise Clin d'oeil

Sinon, pour en revenir aux tendances du Metal moderne, forcément ça ne plaira pas à tout le monde. On en revient au même débat qu'en 98 à la sortie du Sound of Perseverance, avec des voix qui collent moyen à l'idée qu'on peut se faire du Death Metal.
Personnellement, si le chant clair est bien utilisé, pourquoi pas, je vais pas cracher dessus.
Sur Diluvium, Obscura a su gérer bien mieux ses effets qu'auparavant. Certes, il y a plus de chants clairs, mais ils m'ont pas semblé surfaits, là où sur Akroasis j'ai vraiment trouvé ça limite comique.
Cynic a dans le genre fait un énorme virage avec "Traced in Air" et en premier lieu j'étais pas chaud du tout. Mais à force d'écouter, purée que c'est bon !

Mais je le sentais avec Irreversible Mechanism, que ça allait diviser, c'était obligé. Mais je dirais plutôt "émotif facile" que "pd" Clin d'oeil
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 14:30
Niktareum a écrit : J'aimerais bien savoir où tu as entendu du chant clair chez Gorod ? What the fuck?!

Sur Maze of recycled creeds il n'y a pas de chant "non growlé" avec effets ?
Au temps pour moi si ce n'est pas le cas (j'avoue que je n'ai écouté l'album qu'une fois) mais il me semblait être resté sur cette impression.

C'est aussi peut-être le changement de chanteur qui m'a traumatisé, je souffre de PTSD
Niktareum citer
Niktareum
28/08/2018 13:42
N4pht4 a écrit :
Cela dit, sur le teaser du prochain gorod j'ai pas entendu de chant clair je crois. L'espoir renait

J'aimerais bien savoir où tu as entendu du chant clair chez Gorod ? What the fuck?!
ChuckSchuldiner citer
ChuckSchuldiner
28/08/2018 13:22
L'extrait est vraiment super cool
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 13:07
Les seuls qui peuvent encore sauver la mise pour moi sont First fragment, et Archspire à condition qu'ils redressent la barre par rapport à leur dernier album. Eux au moins on est sur qu'ils feront du pas-PD.
Cela dit, sur le teaser du prochain gorod j'ai pas entendu de chant clair je crois. L'espoir renait
N4pht4 citer
N4pht4
28/08/2018 13:04
Neurocatharsis a écrit :
Malheureusement c'est le chant typique du metal moderne, gonflé aux effets dégueulasses... Dommage que cette vulgarité soit aussi répandue, même chez certains groupes qui font au-delà de ça de la très bonne musique (je pense à Fallujah sur le moment).


Le fléau des temps modernes, et du death technique en particulier. En parlant de Gorod, je ne peux plus écouter depuis leur petites incartades de fofolles à l'arrivée du nouveau chanteur. Et pourtant j'adorais jusqu'a Process of a new decline ! Pareil pour Obscura, ou le chant clair prend une place de plus en plus prépondérante (et la des effets dégueulasse tu en as a gogo). Même le prochain beyond creation je serais pas surpris d'en entendre surgir ! Déja que les extraits en écoute ne m'ont pas emballé plus que ca... On est loin de l'intensité de the aura
MoM citer
MoM
28/08/2018 08:47
J'ai pas le sentiment que ce soit gonflé par des effets... Peut-être que je me trompe après.
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
28/08/2018 08:33
N4pht4 a écrit : Mais quell chant HORRIBLE! Sur l'extrait paru dans les news il y a quelques jours, j'ai tenu jusqu'a 2 minutes parce que cela semblait musicalement correct malgré le chant très type core...Et la, c'est le drame. Encore un qui s'est pris pour une diva. Vraiment pas pour moi

Malheureusement c'est le chant typique du metal moderne, gonflé aux effets dégueulasses... Dommage que cette vulgarité soit aussi répandue, même chez certains groupes qui font au-delà de ça de la très bonne musique (je pense à Fallujah sur le moment).
MoM citer
MoM
27/08/2018 23:55
coreandcoupdate a écrit : Le seul groupe non cité est celui qui va éclipser toutes les autres (... plus qu'un mois et demi): GOROD.

Oh, quelle honte, je ne les ai pas cités !
AU BUCHER Gros sourire

Blague à part, c'est vrai que j'y pense pas souvent, parce que Gorod et moi, c'est un super concert (Exmortus, Warbringer, ah la la !) et juste un album que j'écoute avec peu d'attention (Leading Vision). Pas trop mon truc, mais ce sont des personnes adorables, et je sais que dans nos colonnes, ils auront une kro aux petits oignons Clin d'oeil
D'autant qu'en effet le teaser qu'ils ont proposé est tout sauf dégueu !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
27/08/2018 22:23
Le seul groupe non cité est celui qui va éclipser toutes les autres (... plus qu'un mois et demi): GOROD.
MoM citer
MoM
27/08/2018 16:27
Le coup de la diva se sent dans sa gestuelle : il est vrai que les pas de danse sont plus travaillés que le playback Gros sourire

Mais, ouais, faut accrocher à cela. Perso, ça ne me gêne pas plus que ça, d'autant que là c'est bien fichu, c'est convaincant. Mais quand on peut pas, on peut pas !
N4pht4 citer
N4pht4
27/08/2018 16:22
Mais quell chant HORRIBLE! Sur l'extrait paru dans les news il y a quelques jours, j'ai tenu jusqu'a 2 minutes parce que cela semblait musicalement correct malgré le chant très type core...Et la, c'est le drame. Encore un qui s'est pris pour une diva. Vraiment pas pour moi

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Irreversible Mechanism
Progressive / Technical Death Metal (avec éléments Deathcore)
2018 - Blood Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Irreversible Mechanism
Irreversible Mechanism
Progressive / Technical Death Metal (avec éléments Deathcore) - 2012 - Biélorussie
  

nouveaute
A paraître le 14 Septembre 2018

vidéos
Abolution
Abolution
Irreversible Mechanism

Extrait de "Immersion"
  

tracklist
01.   Existence I: Contemplation  (5:31)
02.   Existence II: Collision  (5:32)
03.   Abolution  (6:28)
04.   Simulacra  (4:42)
05.   Footprints in the Sand  (8:40)
06.   Beyond  (5:23)
07.   Limbo  (2:46)
08.   Immersion  (5:51)
09.   Awakening  (5:24)
10.   Seclusion  (1:43)

Durée : 52:00

line up
voir aussi
Irreversible Mechanism
Irreversible Mechanism
Infinite Fields

2015 - Blood Music
  

Essayez aussi
The Beast of Nod
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos

2018 - Indépendant
  
Beyond Creation
Beyond Creation
Earthborn Evolution

2014 - Season Of Mist
  
Obscura
Obscura
Diluvium

2018 - Relapse Records
  
Anakim
Anakim
Monuments To Departed Worlds

2017 - Autoproduction
  
Unhuman
Unhuman
Unhuman

2013 - Galy Records
  

Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique
Siege Of Power
Warning Blast
Lire la chronique
Windfaerer
Alma
Lire la chronique
13th Moon / Ritual Death
Mors Triumphans (Split 7")
Lire la chronique
Profezia
Dodekaprofeton
Lire la chronique
Derkéta
In Death We Meet
Lire la chronique