chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

P.H.O.B.O.S. - Phlogiston Catharsis

Chronique

P.H.O.B.O.S. Phlogiston Catharsis
Victorieux. C’est la première sensation que créé ici Phobos, une sensation directe, quasi-palpable : celle de le rencontrer exactement comme il ne faisait que le laisser entrevoir délicieusement autrefois. Celle de le voir créer le disque qui est une forme d’aboutissement de son style si particulier. Presque une révélation.

Certainement, cela va être compliqué de ne pas user et abuser envers Phlogiston Catharsis des champs lexicaux du religieux, tant il touche au sacré de sa manière propre. Prenant la suite de l’EP श्मशान काली et sa plongée dans une mystique faite d’industriel, de black metal et de doom metal devenus syncrétisme hindou, il développe pleinement ce que son prédécesseur introduisait : un voyage dans le feu, le marasme couleur pétrole de Atonal Hypermnesia s’embrasant et nous brûlant, pour nous rendre semblable à lui. Une catharsis qui a des goûts de meurtre, de rite de passage, où notre individualité s’éteint pour devenir vecteur de la parole de Phobos.

Un pouvoir d’évocation qui fait que je n’ai plus envie de rattacher un autre projet à celui de Frédéric Sacri (ici épaulé de Magnus Larssen et Mani Ann-Sitar). Car si on pourra penser une nouvelle fois au marionnettiste Blut Aus Nord ainsi qu’aux enfiévrés de Drug Honkey, dont la parenté de label (mais qui arrêtera la machine Transcending Obscurity au bon goût épatant ?) et un Cloak of Skies pareillement vénéneux, quittant l’idolâtrie des anciens pour développer son propre discours, fait d’eux des frères de choix, impossible de trouver ici exact équivalent à ce monstre à la généalogie limpide (Godflesh, Bathory, Celtic Frost) mais à la croissance inattendue. Dans un monde où les entités les plus bizarres finissent par lasser, stagnant dans leurs trucs et astuces au point de nous habituer à leurs allures de mutant (qui a dit Ævangelist ?), Phobos semble à chaque fois s’approcher un peu plus de sa forme parfaite, sans pour autant donner à circonscrire son identité, l’arrêter à une idée claire, s’enfermer dans des mots préconçus.

Un langage propre, intraduisible, où les concepts usuels de la transcendance, du psychédélisme, d’une sensualité mentale qui donne à épouser du regard les choses d’une manière autre, plus enflammée, plus charnelle, et en même temps plus globale, extra-terrestre, deviennent traces d’une expérience toujours aussi vivante malgré les écoutes répétées. Ne lisez pas plus longtemps cette chronique et allez écouter Phlogiston Catharsis, son metal qui n’en est plus, liquéfié par incandescence, sa voix black metal qui a la texture visqueuse des idées maudites nous emplissant l’esprit, son magma mécanique et pourtant antimoderne tant il s’approche de l’élémentaire, Atonal Hypermnesia en guise de flaque entropique, ce nouvel album en flamme libératrice, comme une réponse.

Musique si « alien » devient rapidement aliénante. Phlogiston Catharsis est victorieux jusqu’à assujettir la pensée de sa proie de façon étonnamment agréable, consentante, surprise qu’elle est de se sentir aussi bien au sein d’un disque au premier abord hostile, chercheur de sang à verser – ce qu’il est mais fait également devenir comme lui, matière humaine heureuse de devenir lave. La récompense « Aljannashid » rend cela clair, les méandres des autres morceaux trouvant la concrétisation de leurs transformations incessantes dans son mantra, scellant l’attachement à ces quarante-sept minutes.

Ce qui rend d’ailleurs étonnant le fait que Phobos n’a pas poursuivi dans cette voie pour le final « Smothered In Scoria », préférant serpenter plutôt qu’établir plus profondément la sacralité sans détour de ce qui le précède. S’il y a à chercher une frustration dans cette œuvre incroyablement riche, généreuse comme rarement, elle est bien dans cette conclusion qui n’en est pas une, terminant par l’impression d’avoir écouté une langue véhiculant sa foi sans pour autant la réaliser sur Terre. Un voyage où l’intérêt est en son sein et non sa destination en somme, mais qui, malgré cette petite envie de voir Phlogiston Catharsis auréolé en fin d’une puissance caressée et offerte, a le mérite de terminer énigmatiquement un longue-durée qui n’en finit plus de questionner derrière ce qu’il apporte de jouissances immédiates. Car comment chose aussi en dehors de toutes cases, aussi inédite, peut-elle être aussi… naturelle ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
P.H.O.B.O.S.
Industrial Black / Doom Metal
2018 - Transcending Obscurity
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Industrial Black / Doom Metal - 2000 - France
  

tracklist
01.   Biomorphorror
02.   Igneous Tephrapotheosis
03.   Zam Alien Canyons
04.   Aurora Sulphura
05.   Neurasthen Logorrh
06.   Taqiyah Rhyzom
07.   Aljannashid
08.   Smothered in Scoria

Durée : 46 minutes 40 secondes

line up
parution
10 Septembre 2018

voir aussi
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
श्मशान काली (EP)

2015 - Megaton Mass Products
  
Blut Aus Nord / P.H.O.B.O.S.
Blut Aus Nord / P.H.O.B.O.S.
Triunity (Split-CD)

2014 - Debemur Morti Productions
  
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Atonal Hypermnesia

2012 - Megaton Mass Products
  
P.H.O.B.O.S.
P.H.O.B.O.S.
Anoedipal

2008 - Megaton Mass Products
  

Essayez aussi
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate / 213 Records
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Waste (EP)

2017 - Aesthetic Death
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique