chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

In Tenebriz - Winternight Poetry

Chronique

In Tenebriz Winternight Poetry
Sale note, sale note. Sale note pour IN TENEBRIZ, qui n’est vraiment pas au niveau pour me transporter. Il accroche les oreilles par moments, mais sur la durée c’est pénible et ne donne pas envie d’être réécouté.

Le one mans band russe existe depuis 2005 et propose là son dixième album. Je ne le connaissais pas. Je le découvre grâce à son label, More Hate, qui m’enchante toujours avec les sorties de MOONGATES GUARDIAN et HOLDAAR mais me désole fréquemment avec le reste. Je rappelle que c’est lui qui a proposé en 2018 les albums de AUTUMNWINDS (3/10) et NIMPHAION (6/10), chroniqués récemment dans nos pages.

En fait Winternight Poetry n’est pas mauvais en soi, mais il a fait quelques mauvais choix pour son black doom metal à tendances atmosphériques naïves. C’est quoi ça ? C’est une musique lente, un chanteur qui a une voix raclée, des guitares en retrait qui s’agitent par moments mais gromellent la plupart du temps, et surtout un gros clavier qui ne joue pas des mélodies mais des sons censés rendre le tout inquiétant. Sauf qu’ils le rendent naïf. La comparaison qui me vient à l’esprit est avant tout FEAR OF ETERNITY, le roi italien du style, qui lui aussi avait peiné sur ses deux derniers albums (2010 et 2013).

Ça peut vraiment le faire chez d’autres, et peut-être que certains apprécieront plus que moi les sonorités employées ici, mais c’est qu’ils sont moins sévères envers les ambiances kitchouilles qu’elles entrainent. Elles auraient pu être plus pertinentes, elles auraient pu avoir un petit goût nostalgique, désespéré, fragile. Fragile… Fragile… Attention au terme, parce que là, ça l’est tout de même, fragile, mais dans le sens de victime.

Par contre, ce n’est pas la présence du clavier qui est une mauvaise idée, et même si cela peut sembler contradictoire, la musique serait chiante s’il n’était pas là. Là, il n’est pas chiant au moins, juste trop cheap. Et le comble de cet album vient des toutes dernières notes. Sur les 10 dernières secondes de « Winternight Poetry VII » apparaît un violoncelle ! Mais putain c’est ça qu’il fallait utiliser sur l’ensemble des pistes, ou alors de façon sporadique, mais c’est beaucoup plus efficace que les petites notes à deux francs qui ont été choisies ! Cela apporte beaucoup plus de sensibilité et de mélancolie !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Tenebriz
Doom Black Metal Naïf
2018 - More Hate Productions
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
In Tenebriz
In Tenebriz
Doom Black Metal Naïf - 2005 - Russie
  

tracklist
01.   Winternight Poetry I
02.   Winternight Poetry II
03.   Winternight Poetry III
04.   Winternight Poetry IV
05.   Winternight Poetry V
06.   Winternight Poetry VI
07.   Winternight Poetry VII

Durée : 38:32

line up
parution
25 Mai 2018

Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique