chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
72 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

In Tenebriz - Winternight Poetry

Chronique

In Tenebriz Winternight Poetry
Sale note, sale note. Sale note pour IN TENEBRIZ, qui n’est vraiment pas au niveau pour me transporter. Il accroche les oreilles par moments, mais sur la durée c’est pénible et ne donne pas envie d’être réécouté.

Le one mans band russe existe depuis 2005 et propose là son dixième album. Je ne le connaissais pas. Je le découvre grâce à son label, More Hate, qui m’enchante toujours avec les sorties de MOONGATES GUARDIAN et HOLDAAR mais me désole fréquemment avec le reste. Je rappelle que c’est lui qui a proposé en 2018 les albums de AUTUMNWINDS (3/10) et NIMPHAION (6/10), chroniqués récemment dans nos pages.

En fait Winternight Poetry n’est pas mauvais en soi, mais il a fait quelques mauvais choix pour son black doom metal à tendances atmosphériques naïves. C’est quoi ça ? C’est une musique lente, un chanteur qui a une voix raclée, des guitares en retrait qui s’agitent par moments mais gromellent la plupart du temps, et surtout un gros clavier qui ne joue pas des mélodies mais des sons censés rendre le tout inquiétant. Sauf qu’ils le rendent naïf. La comparaison qui me vient à l’esprit est avant tout FEAR OF ETERNITY, le roi italien du style, qui lui aussi avait peiné sur ses deux derniers albums (2010 et 2013).

Ça peut vraiment le faire chez d’autres, et peut-être que certains apprécieront plus que moi les sonorités employées ici, mais c’est qu’ils sont moins sévères envers les ambiances kitchouilles qu’elles entrainent. Elles auraient pu être plus pertinentes, elles auraient pu avoir un petit goût nostalgique, désespéré, fragile. Fragile… Fragile… Attention au terme, parce que là, ça l’est tout de même, fragile, mais dans le sens de victime.

Par contre, ce n’est pas la présence du clavier qui est une mauvaise idée, et même si cela peut sembler contradictoire, la musique serait chiante s’il n’était pas là. Là, il n’est pas chiant au moins, juste trop cheap. Et le comble de cet album vient des toutes dernières notes. Sur les 10 dernières secondes de « Winternight Poetry VII » apparaît un violoncelle ! Mais putain c’est ça qu’il fallait utiliser sur l’ensemble des pistes, ou alors de façon sporadique, mais c’est beaucoup plus efficace que les petites notes à deux francs qui ont été choisies ! Cela apporte beaucoup plus de sensibilité et de mélancolie !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Tenebriz
Doom Black Metal Naïf
2018 - More Hate Productions
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
In Tenebriz
In Tenebriz
Doom Black Metal Naïf - 2005 - Russie
  

tracklist
01.   Winternight Poetry I
02.   Winternight Poetry II
03.   Winternight Poetry III
04.   Winternight Poetry IV
05.   Winternight Poetry V
06.   Winternight Poetry VI
07.   Winternight Poetry VII

Durée : 38:32

line up
parution
25 Mai 2018

The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview