chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Panzer Squad - Ruins

Chronique

Panzer Squad Ruins
Malgré les années qui passent, les modes plus ou moins passagères, et un renouvellement de sa scène Hard-Rock et Metal l’Allemagne reste bel et bien indissociable de sa scène Thrash, qui continue encore aujourd’hui d’être une des plus actives en Europe. Portée autant par des vieux briscards toujours aussi motivés que par une nouvelle génération qui compte bien perpétuer leur glorieux héritage elle maintient le cap malgré les difficultés, un choix qui semble payant tant on assiste un peu partout à retour en force du style qui fait plaisir à voir. Venant d’Osnabrück en Basse-Saxe PANZER SQUAD a déjà quelques années au compteur et représente apparemment l’avenir au sein de son pays, tout en restant confiné dans un passé glorieux tant l’ombre des maîtres locaux est présente. En effet on est ici en plein retour dans les 80’s, à l’heure où SODOM, KREATOR ou DESTRUCTION venaient tout juste d’apparaître, d’ailleurs le jeune combo ne cherche pas à s’en affranchir, même s’il n’hésite pas à y intégrer une bonne dose de D-Beat et de relents Punk. Après un premier opus sorti de façon hyper confidentielle en cassette et en à peine cent exemplaires, nul doute que son successeur bénéficiera lui d’une visibilité importante et méritée, car outre une signature chez leurs compatriotes de Testimony Records (dont le catalogue qualitatif continue progressivement de s’étoffer) il voit l’ensemble des compositions être plus matures, tout en accentuant leur côté direct et bas du front. Il faut dire que cela leur a été aussi un peu contraint par la force des choses suite au départ de leur second guitariste, qui n’a finalement pas été remplacé, et permet ainsi aux rescapés de renforcer le côté primaire et sauvage de leur musique.

Si cette fougue est aussi imposante et efficace c’est grâce à une durée idéale d’écoute, car les mecs n’ont pas cherché à étirer inutilement leurs morceaux (seul deux sur les treize dépassent les quatre minutes), ce qui renforce cette pression et intensité qui ne faiblissent à aucun moment. Vitesse et fougue sont en effet les maîtres-mot de ce “premier“ véritable album qui ne va jamais décevoir et s’écoute aussi vite que le rythme général qui ne ralentira qu’en de rares occasions. Ca n’est pas le démarrage qui va contredire ce ressenti, vu qu’avec « Extinction » on revient trente ans en arrière tant ça privilégie la simplicité et l’efficacité, le tout joué à fond et agrémenté de quelques ralentissements en mid-tempo pour bouger la tête et reprendre son souffle. Doté d’une construction prévisible et d’une production à l’ancienne (avec voix en réverb’ et instruments sonnant live), ce titre d’ouverture donne le ton et la pêche tout en piochant des éléments déjà entendus ici et là pour sonner encore plus old-school. D’ailleurs ceux-ci vont apparaître dès la plage suivante intitulée « Death Toll » dont le démarrage joué sur les toms rappelle étrangement le fameux « Whiplash » de METALLICA, avant ensuite de conserver un riffing assez similaire à celui de la paire Hetfield/Hammett et d’offrir de nouveau une copie impeccable. Par la suite ce schéma sans concessions va se reproduire à plusieurs reprises et toujours avec brio, c’est le cas avec les endiablés « Sewer Rat », « Singular Purpose » et « Shut In » (qui ne faiblissent jamais tout en proposant quelques parties remuantes super accrocheuses), ou les ultra-courts (moins d’une minute) « Victims Of War » et « Warsystem » (une reprise des suédois de SHITLICKERS) qui sentent incontestablement le Punk et le D-Beat, et s’intègrent totalement avec le reste de cette galette.

Cependant réduire l’œuvre du trio à une avalanche de vitesse sans finesse serait une erreur et même totalement réducteur, car même si elle prend la majeure partie de l’espace disponible celui-ci malgré sa jeunesse a l’intelligence de savoir un peu lever le pied quand il le faut, comme sur le très varié et homogène « Escapist ». Ici après une introduction qui monte doucement en température l’ensemble va jouer les montagnes russes afin de surprendre et d’éviter la lassitude, comme sur également « Societal Funeral » où des blasts font carrément acte de présence, bien calés entre les passages plus explosifs et ceux plus lents. Avec la doublette « Delusionist » et « Approaching The End » les teutons nous dévoilent toute leur panoplie de jeu, notamment sur le second titre où l’on a droit carrément à une longue et angoissante introduction particulièrement sombre qui permet un début différent de ce qui a été entendu jusque-là. D’ailleurs pour rester dans les choses qui sortent de la routine de ce disque on peut citer « Zombie Shot » et « After The Bombs » différents tous les deux, mais qui ont comme point commun d’être divisés en trois parties distinctes (explosives en continu en ouverture et conclusion, et plus lourdes en son centre), avec une noirceur plus affirmée pour ce dernier morceau original qui conclut les hostilités.

S’il y’a parfois tromperie sur la marchandise entre le contenu et la présentation ça n’est ici absolument pas le cas tant cette livraison porte parfaitement bien son nom, et ne laisse que ruines et désolation derrière elle. A l’instar des norvégiens de CONDOR l’an dernier les trois compères signent une des œuvres de Thrash à l’ancienne les plus intéressantes depuis un bon moment, dont l’énergie communicative ne tombe pas dans la linéarité et l’ennui, grâce à suffisamment de cassures et de variations. Autant dire que les gars ont réussi un vrai coup de maître qui rend un bel hommage à ses illustres compatriotes et au Big Four d’outre-Atlantique, tout en ne se contentant pas de reprendre ce qui a été créé auparavant. Car bien que ne renouvelant absolument pas le genre ceux-ci ont quand même de nombreux arguments personnels à faire valoir et il serait franchement dommage de n’y voir qu’un énième ersatz des œuvres de Mike Sifringer, Tom Angelripper ou Mille Petrozza, tant leur avenir semble prometteur et méritent une attention logique et méritée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
04/09/2018 20:12
APOSTATE VIATICUM aussi Clin d'oeil

Ander citer
Ander
03/09/2018 15:16
Tiens, ils ont repris la même pochette que sur le deuxième album de Serocs, The Next. /SAR

Et par Serpent Lord également:


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Panzer Squad
Thrash Old-School
2018 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.33/10

plus d'infos sur
Panzer Squad
Panzer Squad
Thrash Old-School - 2012 - Allemagne
  

tracklist
01.   Extinction
02.   Death Toll
03.   Escapist
04.   Sewer Rat
05.   Societal Funeral
06.   Singular Purpose
07.   Shut In
08.   Victims Of War
09.   Delusionist
10.   Approaching The End
11.   Zombie Shot
12.   After The Bombs
13.   Warsystem (SHITLICKERS Cover)

Durée : 40 minutes

line up
parution
31 Août 2018

Yellow Eyes
Silence Threads the Evening...
Lire la chronique
PPCM #25 - DEATH METAL et GROS CERVEAUX
Lire le podcast
Helloween
Helloween (EP)
Lire la chronique
Deathspell Omega
The Furnaces of Palingenesia
Lire la chronique
Krallice
Krallice
Lire la chronique
Noctem
The Black Consecration
Lire la chronique
Úlfarr
Hate & Terror - The Rise Of...
Lire la chronique
Bodyfarm
Dreadlord
Lire la chronique
Witch Vomit
Buried Deep In A Bottomless...
Lire la chronique
Year of the Knife
Ultimate Aggression
Lire la chronique
Nuclear Assault
Out Of Order
Lire la chronique
Sühnopfer
Hic Regnant Borbonii Manes
Lire la chronique
Fluids
Exploitative Practices
Lire la chronique
Netherbird
Into The Vast Uncharted
Lire la chronique
Rank And Vile
Redistribution Of Flesh
Lire la chronique
FRENCH BLACK METAL : Un petit coup (et puis c'est tout)
Lire le podcast
10 MoM Challenge n°5 - Dix minutes pour parler de Death Metal
Lire le podcast
Uniform / The Body
Everything That Dies Someda...
Lire la chronique
Ossuaire
Premiers Chants
Lire la chronique
Yellow Eyes
Rare Field Ceiling
Lire la chronique
Aegrus
In Manus Satanas
Lire la chronique
Leprous
Pitfalls
Lire la chronique
Graveyard
Hold Back The Dawn
Lire la chronique
Bastard Grave
Diorama Of Human Suffering
Lire la chronique
Beorn's Hall
In His Granite Realm
Lire la chronique
Chevalier
Destiny Calls
Lire la chronique
IRON FLESH pour l'album "Forged Faith Bleeding"
Lire l'interview
Disillusion
The Liberation
Lire la chronique
Marduk
Panzer Division Marduk
Lire la chronique
Magrudergrind
Magrudergrind
Lire la chronique