chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
92 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Windfaerer - Alma

Chronique

Windfaerer Alma
« Découverte » de mon bilan de l’année 2015, Windfaerer peut remercier son ex-label Hammerheart Records pour la réédition de leur deuxième album autoproduit Tenebrosum, sans quoi beaucoup serait passé à côté (moi compris). Après de nombreux éloges, le groupe fait désormais partie de l’écurie italienne de renom, Avantgarde Music. Emmenée par son frontman Michael Gonçalves et le violoniste Benjamin Karas, la bande du New Jersey a depuis intégré un guitariste, un bassiste et remplacé son batteur. En somme toutes les cartes en main pour convertir davantage d’auditeurs à leur cause ibérique avec ce nouvel opus Alma.

Gonçalves et Karas ne sont plus seuls à la composition, de facto le rendu final s’en ressent, Windfaerer s’éloigne de ses influences death mélodique suédoises 90’s (Ebony Tears sur le haut du panier) pour un black metal plus épuré dans la mouvance « Nature et découvertes » (Wodensthrone ou Winterfylleth). Comme pour son prédécesseur, le terme « folk » ne se retrouvera réellement que dans la thématique de l’album. Gonçalves, d’origine espagnole et portugaise, prenant comme références l’histoire et les mythes de la péninsule ibérique. Leur carte « joker » réside dans l’utilisation d’un violon, la comparaison avec Ne Obliviscaris se fera encore forcément, surtout que la musique de Windfaerer paraît beaucoup plus dense qu’à l’accoutumé. Production quasi parfaite, un mixage équilibré et un son moins « compressé » que son aîné et bien imposant, notamment pour la batterie. Une recrue impressionnante de vélocité et de martialité, les intros dantesques de « Journey » (titre majeur du brûlot, dans l’esprit de son prédécesseur) ou « Under The Sign Of Sol » comme soufflet auditif.

Quelques écoutes seront ainsi nécessaires afin d’assimiler le bloc sonore, bloc qui n’en est finalement pas un après coup. En grattant le mixage mettant les frappes en premier plan, on retrouve ces breaks enchanteurs sur chaque titre donnant une bouffée d’oxygène mais surtout de frissons, exposition faite dès l’ouverture « Dawn Of Phantom Light » (3:16). Comme beaucoup de groupes de black metal atmosphérique moderne, Windfaerer possède toujours ses appétences « post-black » lumineuses (tremoli aériens avec effet ‘delay’ aux airs d’un Deafheaven ou Ghost Bath sur l’introduction de « Becoming ») voire « shoegaze » (l’interlude « O Além »). Quant à l’autre touche d’ « exotisme », le violon se fond parfaitement avec le reste des instruments si bien que parfois on le confond avec les guitares. La faute au mixage mais aussi un jeu assez mesuré en mettant de côté quelques sursauts (« Becoming » et son solo démentiel ou la mélodie entêtante de « Journey »). Et c’est bien ça le problème de ce Alma, une musique trop « contrôlée », trop « calculée ». Les morceaux ont été composés avec une précision chirurgicale étonnante mais pour un rendu final bien terne, pour des émotions en dents de scie. Cela manque de sincérité et spontanéité. Ennuyeux car Tenebrosum avait déjà ces tares mais ce dernier possédait au moins des passages marquants. Ici on ne retiendra pas grand-chose avec des morceaux paraissant assez quelconques (« Rite Of Emptiness » ou « Under The Sign Of Sol »).

Moins accrocheur mais plus fouillé que son prédécesseur, Alma reste encore trop hermétique pour pouvoir marquer notre esprit. Assez frustrant car certains passages sont prêts à imploser mais le soufflé retombe aussitôt… Trop dans la retenue et la maîtrise. L’exécution demeure effectivement parfaite et l’écoute des plus agréables. Mais quoi en retenir ? La galette devrait prendre malheureusement la poussière. Je garde malgré tout espoir pour la suite car le potentiel de Windfaerer est grand. « A acompanhar de perto ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dark Nico citer
Dark Nico
08/09/2018 14:50
Il y a des putain de bons riffs qui déchirent : le début de la chanson en écoute en est le parfait exemple. Après moi, ce qui me dérange c'est le son du violon, j'aime bien le violon mais là on a l'impression qu'il n'est pas correctement accordé. C'est bien dommage.
NightSoul citer
NightSoul
05/09/2018 23:30
De ton avis ! Les mélodies sont timides et ne marquent pas les esprits... C'est bien exécuté mais ça manque d'un p'tit quelque chose pour véritablement retenir mon attention.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Windfaerer
Black / Folk mélodique
2018 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Windfaerer
Windfaerer
Black / Folk mélodique - 2006 - Etats-Unis
  

vidéos
Journey
Journey
Windfaerer

Extrait de "Alma"
  

tracklist
01.   Dawn of Phantom Light  (08:26)
02.   Becoming  (06:55)
03.   Skybound  (08:58)
04.   Rite of Emptiness  (06:51)
05.   O Além  (02:49)
06.   Journey  (06:17)
07.   Awakening  (02:22)
08.   Under the Sign of Sol  (08:27)

Durée : 51:05

line up
parution
14 Septembre 2018

voir aussi
Windfaerer
Windfaerer
Tenebrosum

2015 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Selvans
Selvans
Lupercalia

2015 - Avantgarde Music
  

The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview