chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Moonsorrow - Varjoina kuljemme kuolleiden maassa

Chronique

Moonsorrow Varjoina kuljemme kuolleiden maassa
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avant la sortie de ce Varjoina kuljemme kuolleiden maassa, Moonsorrow aura impressionné à plus d’un titre. Trois, pour être plus précis. Le temps de trois morceaux d’une demi-heure chacun sur le sensationnel V: Hävitetty et sur l’EP qui l’a suivi. Le talent du groupe pour composer des morceaux-fleuves à l’esprit paganique, s’écoulant des plus naturellement, y atteignait son sommet. Mais cela semblait avoir un prix. Après avoir concentré tant de créativité et d’énergie dans ces épopées titanesques, les Finlandais, habituellement très productifs et réguliers, s’octroyaient une longue pause discographique de trois ans avant de présenter de nouveaux travaux avec leur sixième essai.

Au regard de la tracklist, Varjoina kuljemme kuolleiden maassa (« Nous marchons comme des ombres sur la terre des morts » en finnois de bon aloi) semble revenir au format plus « classique » déjà vu sur Verisäkeet avec un nombre réduit de pistes allant jusqu’au quart d’heure. Et malheureusement la pochette pas très inspirée auquel nous avons ici affaire va se relever à l’image de la musique. L’humeur plus sombre et l’envie d’une plus grande maturité (jusqu’au concept relatant les pérégrinations des derniers hommes dans un monde dévasté), initiée quelques albums plus tôt, est toujours de la partie, mais pas pour le meilleur ici. C’est dans les détails de l’orientation musicale que l’on trouve les principaux problèmes. A toujours vouloir être à 11 sur une échelle de 1 à 10 de l’epicness, Moonsorrow se rend coupable de quelques maladresses. Sur ce disque, le son de guitare est gigantesque, certes, mais bien trop envahissant, et la production surcompressée n’arrange rien, au point que la batterie de Marko Tarvonen a bien du mal à exister. Et malheureusement ce premier défaut ne passe pas inaperçu, étant donné que les compositions vont se reposer essentiellement sur des riffs heavy plutôt génériques, avec une raréfaction des parties black metal et folk, ces dernières se retrouvant seulement la plupart du temps à émailler les rythmiques herculéennes du disque. Vous l’aurez compris, nous avons affaire à un album assez linéaire, un peu plombé par ses longueurs, où la fascination que l’on pouvait ressentir pour ses prédécesseurs devant le voyage n’opère pas totalement.

D’ailleurs le concept de cette terre des morts ne parvient pas souvent à percer dans la musique (les interludes pas très bien sentis et répétitifs), sauf lors du dernier titre, « Kuolleiden Maa », où le retour salutaire du black metal et l’ambiance fantomatique saisissante, avec en apothéose ces chœurs grandioses, touchent sans difficulté. Mais le grand moment bien sûr, celui qui brille et nous évite une punitive déception, c’est le fabuleux « Huuto ». Presque une anomalie de trouver un morceau aussi bon dans un disque globalement plus faible, ces seize minutes vont pourtant parvenir à faire feu des défauts évoqués précédemment avec une somme de mélodies entraînantes et épiques comme rarement. Dans ces moments-là, c’est vous le guerrier sur la montagne, torse nu, muscles saillants, épée à la main et face au vent glacial. Le plus fort étant peut-être que « Huuto » parvient à donner cette sensation dès les premières minutes à grand coups de passages glorieux et pleins de panache, sans jamais baisser d’intensité par la suite. Épatant comme les Finlandais peuvent en avoir sous le pied quand ils sont inspirés.

Même avec les années, il est malgré tout impossible de dire que ce Varjoina kuljemme kuolleiden maassa ne demeure pas une petite déception. La musicalité du groupe et son aisance à garder cohérents des morceaux aussi longs sauvent l’ensemble, qui conserve une certaine efficacité et une capacité à donner la vision d’un périple à l’auditeur. Mais cela ne sera que le temps d’un moment sympathique, car les éléments que l’on retiendra étant seulement ceux cités expressément dans cette chronique. La faiblesse passagère, voir le début de l’épuisement créatif de Moonsorrow est bien là, pour son opus le plus tiède de sa riche discographie. Mais fort heureusement, le groupe prendra tout son temps pour corriger intégralement le tir sur sa prochaine livraison, l’excellent Jumalten Aika, que l’on ne peut que vous conseiller.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Dark Nico citer
Dark Nico
08/09/2018 14:53
note: 8/10
Bonne chronique, beaucoup de monde semble penser comme toi.
J'avoue que je ne comprends pas, OK il est moins bon que son prédécesseur et son successeur mais ces derniers sont des chefs d’œuvres au panthéon du métal. Il est néanmoins excellent :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Moonsorrow
Pagan Metal
2011 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (12)  8.35/10

plus d'infos sur
Moonsorrow
Moonsorrow
Pagan Metal - 1995 - Finlande
  

tracklist
01.   Tähdetön  (12:44)
02.   Hävitetty  (1:34)
03.   Muinaiset  (11:43)
04.   Nälkä, väsymys ja epätoivo  (1:12)
05.   Huuto  (15:58)
06.   Kuolleille  (1:35)
07.   Kuolleiden maa  (16:23)

Durée : 61:09 minutes

line up
parution
21 Février 2011

voir aussi
Moonsorrow
Moonsorrow
Suden Uni

2001 - Plasmatica Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Kivenkantaja

2003 - Spikefarm Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Verisakeet

2005 - Spinefarm Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
V - Hävitetty

2007 - Spikefarm Records
  
Moonsorrow
Moonsorrow
Jumalten Aika

2016 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Primordial
Primordial
Storm Before the Calm

2002 - Metal Blade Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique