chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thou - Magus

Chronique

Thou Magus
Là, dans un bosquet entouré de fleurs, dort l’hermaphrodite,
profondément assoupi sur le gazon, mouillé de ses pleurs.
La lune a dégagé son disque de la masse des nuages,
et caresse avec ses pâles rayons cette douce figure d’adolescent.
Ses traits expriment l’énergie la plus virile, en même temps
que la grâce d’une vierge céleste. Rien ne paraît naturel en lui,
pas même les muscles de son corps, qui se fraient un passage
à travers les contours harmonieux de formes féminines.
Il a le bras recourbé sur le front, l’autre main appuyée contre la poitrine,
comme pour comprimer les battements d’un cœur fermé à toutes les confidences,
et chargé du pesant fardeau d’un secret éternel.
Fatigué de la vie, et honteux de marcher parmi des êtres qui ne lui ressemblent pas,
le désespoir a gagné son âme, et il s’en va seul, comme le mendiant de la vallée.


Enfin, Thou s’est réveillé. Il a cessé de rêver, mélancolique, aux lambeaux de son corps d’autrefois, à un instant de repos en même temps triste et serein, à ses premiers amours. Il s’est relevé, pleinement maître de lui et de son physique énigmatique, se promenant en solitaire vers une nouvelle destination que lui seul est capable d’emprunter.

Difficile d’y croire pourtant, que Thou soit parvenu à dépasser ses états d’autrefois, à plonger plus loin dans son étrangeté fondamentale, à être encore plus lui-même et encore moins le parent d’un autre. Difficile d’y croire, à ce mélange qui n’en est pas un, qui est une convergence incroyable entre Enslaved, Fistula, Lutomysl, Crowbar, Hangman’s Chair, la Louisiane comme paradis terrestre et vénéneux où les vérolés écrivent leur hagiographie, où la pourriture devient œuvre d’architecture. Un sludge extrême en ce qu’il prend chaque chose opposée pour les unir, dans une atmosphère mythologique où la solennité habille des iconographies de fou dans la montagne, d’alchimiste contaminé des fumées de ses décoctions, d’oracle invoquant les terreurs prochaines, ses pleurs s’évaporant dans ses visions de châtiments.

Comment voulez-vous décrire cela ? Comment voulez-vous cibler un moment particulier, quand la grosse heure que dure cet album contient tant de passages marquants, certes, mais au sein d’une cohérence constante, au point que citer serait disséquer une anatomie qui tient debout par son ensemble ? Comment voulez-vous expliciter, quand même la voix se fait mystérieusement aussi droguée, rongée de haine, que narratrice de merveilles tour à tour poétiques et mystiques, Jeff Hayward (Grief) et Grutle Kjellson (Enslaved) ne faisant qu’un ? Comment voulez-vous analyser les émotions diverses, tristes, apaisées, torturées, colériques, dégoûtées – belles –, que nous transmettent ces compositions, alors qu’elles nous les donnent en bloc, accentuant juste parfois une part de leur gamme chromatique personnelle, ici une rage plus prononcée (« Greater Invocation of Disgust »), là une explosion de bonheur face à la tourmente (« In the Kingdom of Meaning »), de ce côté une épopée qui se vit en haillon, Baton-Rouge comme nouvelle Jérusalem (« The Changeling Prince ») ? Il y a simplement des musiques qui ne se traduisent pas en mots, et c’est d’ailleurs en grande partie pour ça qu’on les écoute, encore et encore. Magus est magique, il faudra bien accepter cela.

Tout juste notera-t-on que, par rapport à Heathen, le propos s’est densifié et condensé, devenant un discours indivisible contenant une multitude d’impressions, de sensations. En 2014, Thou me montrait que l’on pouvait être aussi enivrant que toxique, peignant avec largesse des décors naturalistes d’une Louisiane fragile et instigatrice d’une fièvre des sens, jusqu’à s’assoupir en son sein, épuisé, vaincu, et bienheureux à la fois. Il a désormais pris les habits d’un créateur lassé d’observer, s’isolant dans ses pensées propres (les paroles valent le détour, entre ésotérisme, philosophie et considérations sociales), monstre rêvant en plein éveil d’un monde à sa hauteur, nécessairement d’abord hideux pour un regard humain, saturé de couleurs, de sentiments, intense dans ses images. Puis, pour qui se laissera prendre, peut-être la vision d’une beauté « autre », réunion des inconciliables, qui pourra, chez les courageux, entrainer maintes réflexions esthétiques.

Car il y a de quoi se triturer l’esprit, sur ces riffs grunge devenant sludge, sur ce doom aérien, sur ce black metal vécu au ralenti, sur cette part indépendante, musicale et politique, ce terreau multiple où pousse la fleur malade qu’est également Thou parmi les milles illustrations que l’on cherche pour le définir. Groupe sans pareil – même si je ressens le besoin de dire aux conquis par la formation de laisser traîner leurs oreilles du côté de Palehorse –, il ne laisse, sur le temps long, pour seule critique qu’un démarrage un poil timide, « Inward » faisant penser à un échauffement avant la marche, malgré un pont où les univers multiples de Magus se réunissent pour ne plus se quitter.

Bon retour parmi nous, l’hermaphrodite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

langoustator citer
langoustator
05/10/2018 23:23
Connais pas encore, mais faut se préparer pour le Roadburn (artist in residence en 2019)
gulo gulo citer
gulo gulo
08/09/2018 16:49
note: 8.5/10
Dans le mille, Emile.
Tellement plus viscéralement grunge que le scolaire Rhea Sylvia, à mon sens...
MoM citer
MoM
08/09/2018 16:35
Justement, Heathen m'avait absolument pas emballé - c'est pour ça que je suis autant surpris par celui-ci.

Au passage, la kro est très bien également Clin d'oeil
lkea citer
lkea
08/09/2018 16:22
note: 9/10
Ah cool ! Teste Heathen si jamais, c'est là que ça commence à devenir sérieusement intéressant pour moi (bon, et avant aussi avec la compilation "Ceremonies of Humiliation" mais là, c'est du full-on Thou toxique, assez particulier dans leur discographie).
MoM citer
MoM
08/09/2018 15:58
Ah ouais.
Je ne voyais pas ce que ça pouvait être. Ca tournait beaucoup sur le forum, je me suis dit "ça me parlera pas forcément, comme beaucoup de trucs Doom/Sludge qui passent dans le fil".

Mais là.
Y a un truc, y a une pertinence dans le propos et dans l'agencement des références, dans la manière d'accorder le tout. J'y trouve une patte Solstice dans l'écriture - et bien mieux fichue que le dernier Solstice. Y a même parfois du Tryptikon dans la façon de laisser traîner des accords lourds et gras...
Superbe album !

PS : en allant voir d'anciens albums, il s'avère que j'avais déjà test (merci Youtube, qui garde en mémoire où je m'étais arrêté). J'avais pas du tout aimé les précédents. Je trouvais ça chiant. Là, il y a un truc qui me capte et qui retient mon attention. C'est puissant, ça c'est sûr.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thou
Sludge atmosphérique
2018 - Sacred Bones Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (2)  6.75/10

plus d'infos sur
Thou
Thou
Sludge atmosphérique - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Inward
02.   My Brother Caliban
03.   Transcending Dualities
04.   The Changeling Prince
05.   Sovereign Self
06.   Divine Will
07.   In the Kingdom of Meaning
08.   Greater Invocation of Disgust
09.   Elimination Rhetoric
10.   The Law Which Compels
11.   Supremacy

Durée : 75 minutes 44 secondes

line up
parution
31 Août 2018

voir aussi
Thou
Thou
Ceremonies of Humiliation (Compil.)

2015 - Gilead Media
  
Thou
Thou
Rhea Sylvia (EP)

2018 - Deathwish Inc. / Gilead Media
  
Thou
Thou
The House Primordial (EP)

2018 - Robotic empire
  
Thou
Thou
Heathen

2014 - Gilead Media
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  

Essayez aussi
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique