chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mare - Ebony Tower

Chronique

Mare Ebony Tower
S’il y a bien une scène black metal traditionnel qui retient l’attention de votre serviteur depuis un moment déjà, c’est bien le très occulte temple du Nidrosian Black Sorcerous Art. Trondheim est le sanctuaire d’une entité protéiforme bien particulière du black metal norvégien, dont les multiples têtes s’appellent Darvaza, One Tail one Head, Dark Sonority, Black Majesty, sans bien sûr oublier la plus infernale d’entre elles, Mare.

Depuis quinze ans que le groupe est actif, il s’était pour l’instant contenté de sortir des démos et EPs tous remarquables, mais sans jamais amener publiquement sur la table l’idée du full-length. Et c’était bien dommage, tant ce black metal mystique et occulte se faisait puissant, profond et spirituel. La situation semblait partie pour durer, jusqu’à l’annonce inattendue il y a quelques mois d’un album en bonne et due forme.

Cinq titres, trois quarts d’heure. Fidèle à ses habitudes, Mare incante des pistes longues et très ambiancées, assez peu axées sur la violence. Leur musique est en soi assez proche de celle de leurs confrères de Darvaza. Des riffs monolithiques en trémolo, des arpèges dissonants, un chant religieux, des cœurs et une ambiance ésotérique au possible à base de cloches, d’ajouts dark ambient et d’incantations. Des outils de composition très classiques pour du black metal, mais qui portent à chaque note la patte de cette scène de Trondheim. Cette atmosphère dévouée, profondément ritualiste, cette tension religieuse omniprésente … Tout ici évoque le sacré. On aurait presque envie de rapprocher Mare des groupes finlandais comme Behexen (la furie en moins) ou même Horna par moment. Les deux dernières minutes extraordinaires de « Flaming Black Zenith » auraient d’ailleurs presque pu se glisser sur un disque signé Shatraug.

Mare a sorti le grand jeu. Les cinq pistes offertes cumulent tous les éléments qui font leur talent et leur particularité pour cristalliser l’essence de ce Nidrosian Black Metal. Moins agressif et moins emphatique que celui de leurs compatriotes historiques de Bergen ou d’Oslo, le black metal de Mare serpente et sinue avec une superbe majesté. On a vraiment l’impression de se retrouver surplombé par cette tour d’ébène malveillante. C’est d’ailleurs la malveillance qui définit le mieux Mare, le sentiment constant d’être face à quelque chose qui nous dépasse complétement, venue d’ailleurs pour imposer le mal.

Comme tout groupe de black metal traditionnel qui se respecte, Mare use beaucoup de la répétition. « Blood Across the Firmament » en particulier n’hésite pas à répéter son riff moult et moult fois à partir de la moitié de la piste. Si la répétition est devenue un gimmick du black metal, force est d’admettre qu’ici, ça marche. L’effet hypnotique évidemment recherché n’a aucun mal à agir. La musique de Mare s'impose avec force, et on est vite parti faire un tour dans une obscure transe dont il est difficile d’émerger au fil des accords et des arpèges. L’album est absolument et évidemment à écouter seul dans le noir sans rien faire d’autre !

Une autre grande force de Mare est son talent pour ne pas lasser et apporter des variations bienvenues entre ses titres. « These Fountains of Darkness », qui avait déjà été mise en ligne il y a quelques temps, arrive parfaitement à remettre un élan occulte et ésotérique puissant après une piste très ritualiste et moins directe. Les mélodies en trémolo possédées s’inscrivent directement en tête et portent toute la piste avec une sombre énergie. Et puisqu’on parle de possession, il faut évoquer le chanteur. Ses apparitions ne sont somme toute pas si fréquentes que ça … Le chant est presque toujours incantatoire, comme des mélopées, qui viennent survoler les pistes pour leur donner une aura encore plus occulte, si la chose est possible. On n’aurait pas pu imaginer une autre prestation, tellement le style apporté colle à la musique.

A force de parcourir l’objet, votre serviteur en est arrivé à lire que l’album a été enregistré en 2015. Difficile de comprendre pourquoi le groupe a tant attendu avant de le sortir, mais enfin, maintenant que l’album est en main, on ne va pas râler … D’autant plus que l’ont tient là un chef d’œuvre, ni plus ni moins. Avec les dizaines de courants de black metal qui existent de nos jours, on en viendrait presque à oublier de quoi il est vraiment fait, le bougre. La réponse, c’est Mare qui l’a. Mare, avec ses accords sinistres, ses trémolos macabres, ses arpèges malsains et ses rituels de mort. On n’a pas besoin de tellement plus pour composer du black metal qui vient taper exactement là où il a fait mal la première fois. The Ebony Tower est un album auquel il serait difficile de reprocher quoi que ce soit. Du black metal noir, dévoué, authentique, qui fait froid dans le dos et se retourner dans les endroit sombre.

Ergotage terminé. Votre serviteur n’a pas fini de vous faire les louanges de cette scène de Trondheim, mais là tout de suite, il faut aller commander et écouter l’album. Incontournable de cette année sans aucun doute, et futur classique très probable en ce qui me concerne. The Ebony Tower devrait plaire à tout amateur de black metal, pourvu qu’il ne se soit pas trop éloigné de sa conception originelle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

northstar citer
northstar
10/09/2018 15:46
Mort de Rire
dantefever citer
dantefever
09/09/2018 21:03
note: 9/10
gulo gulo a écrit : Merde alors, tu le vends mieux que northstar Mort de Rire

En même temps c'est tellement bon que même si j'avais voulu mal le vendre j'aurais pas pu !
gulo gulo citer
gulo gulo
09/09/2018 19:07
Merde alors, tu le vends mieux que northstar Mort de Rire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mare
Black Metal
2018 - Terratur Possessions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Mare
Mare
Black Metal - 2003 - Norvège
  

tracklist
01.   Flaming Black Zenith
02.   Blood Across the Firmament
03.   These Foundations of Darkness
04.   Nightbound
05.   Labyrinth of Dying Stars

Durée : 44 minutes 30 secondes

line up
parution
23 Août 2018

voir aussi
Mare
Mare
Spheres Like Death / Throne Of The Thirteenth Witch (Compil.)

2013 - Terratur Possessions
  

Essayez aussi
Doedsvangr
Doedsvangr
Satan ov Suns

2017 - Immortal Frost Productions
  
Khragkh
Khragkh
Ersatz

2017 - Autoproduction
  
Dies Ater
Dies Ater
Odium's Spring

2007 - Twilight-Vertrieb
  
Naglfar
Naglfar
Vittra

1995 - Regain Records
  
Inquisition
Inquisition
Ominous Doctrines Of The Perpetual Mystical Macrocosm

2010 - No Colours Records
  

Horrendous
Idol
Lire la chronique
Prezir
As Rats Devour Lions
Lire la chronique
FINIS OMNIVM pour l'EP "Cercle"
Lire l'interview
Tribulation
Down Below
Lire la chronique
Totenmesse
To
Lire la chronique
Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique