chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dauþuz - Des Zwerges Fluch

Chronique

Dauþuz Des Zwerges Fluch (EP)
En Allemagne, il y a des forêts, des brasseries, des blonds joviaux ou moins joviaux, des mines de fer et de charbon et un très respectable contingent de groupes de black metal de qualité. L’association des deux derniers éléments de cette liste a donné Dauþuz, un duo né il y a tout juste deux ans qui a déjà sorti deux albums. L’entité se penche sur une thématique peu explorée dans le black metal, à savoir la vie des mineurs, les obscures galeries souterraines et autres récits mythologiques mettant en scène les peuples souterrains. Original, et le groupe semble vraiment prendre au sérieux cette thématique au vu de leur identité visuelle.

Quand on se paye le luxe de sortir un EP qui a la durée d’un album, c’est souvent que l’on a été assez motivé et inspiré pour être capable de composer des pistes qui en valent vraiment la peine. Des EPs courts complétement à jeter, votre serviteur peut en citer beaucoup. En revanche, des EPs longs réellement décevants … Pas tant que ça. Et dans le cas de Dauþuz, la règle ne faillit pas. Les six pistes valent sans hésitation le coup d’oreille.

Les deux germains composent un black metal classique, bien trempé dans la seconde vague, porté par des légions de trémolos et des blasts à n’en plus finir parfois remplacés par des rythmiques plus enlevées et énergiques. On rajoute là-dessus des hurlements bien écorchés et sans retenus, des envolés épiques, des cœurs et on coupe le tout de quelques apartés acoustiques. Du traditionnel de chez traditionnel, tout ce que votre serviteur aime. Dauþuz se distingue toutefois par une influence bien marquée empruntée à la scène de Québec. Dès la première piste, on retrouve ces mélodies tout en noblesse typiques d’un album comme Black Metal Québécois. C’est flagrant, mais ça n’est pas outrageant ni grossier pour autant. Ces petites touches de caribou importées de la Belle Province sont bien digérées et accommodées à la sauce teutonne. La recette est goûteuse, on se retrouve avec un mélange bien relevé de passages épiques et grandioses et d’autres phases plus amères et douloureuses. Globalement, la balance penche plus franchement du côté puissant, voir même guerrier parfois, que du côté mélancolique, mais l’alternance reste très adroitement gérée pour ne pas pousser à l’indigestion.

L’EP met en avant quelques passages particulièrement forts, comme cette mélodie à la fin de la seconde minute de « Unwerk – Des Zwerges Fluch I », ou encore l’entièreté de sa majestueuse dernière piste « Als mein Geleucht für immer erlosch » qui fait figure de pinacle, de clef de voûte bien sentie qui marque par des mélodies bien entêtantes. A côté de ces moments d’excellence, il faut bien noter quelques petits passages à vide où le groupe tente de faire monter sa mixture sur des mélodies moins marquantes, comme sur « Buße – Des Zwerges Fluch II », qui garde un peu la tête au fond du gouffre pour finalement jeter un bien trop timide œil en-dehors que vers le dernier tiers. On s’assoit sur son caillou au fond de la mine, et on s’ennuie un peu.

Naturmacht ne déçoit que très rarement, et ce n’est pas encore aujourd’hui que la coutume changera. Pour votre serviteur qui ne connaissait pas le groupe avant cet EP, ces 35 minutes auront été une excellente surprise. Dauþuz est talentueux, passionné et original. Les deux albums précédents vont devoir rapidement passer dans le casque. Un jeune groupe à suivre de près sans aucun doute, et qui pourrait tout à fait se tailler une place de choix dans la scène germaine une fois les quelques passages passables nettoyés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dauþuz
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.73/5

plus d'infos sur
Dauþuz
Dauþuz
Black Metal - 2016 - Allemagne
  

tracklist
01.   Steinhammer
02.   Berggeschrey
03.   Unwerk – Des Zwerges Fluch I
04.   Buße – Des Zwerges Fluch II
05.   Mors Voluntaria – Des Zwerges Fluch III
06.   Als mein Geleucht für immer erlosch

Durée : 36 minutes

line up
parution
25 Août 2018

voir aussi
Dauþuz
Dauþuz
Die Grubenmähre

2017 - Naturmacht Productions
  

Essayez aussi
Archgoat
Archgoat
The Luciferian Crown

2018 - Debemur Morti Productions
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Marduk
Marduk
Rom 5:12

2007 - Regain Records
  
Volahn
Volahn
Aq'Ab'Al

2014 - Iron Bonehead Productions / Crepusculo Negro
  
Revenge
Revenge
Scum.Collapse.Eradication.

2012 - Osmose Productions
  

The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview