chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Slave Hands - World Rid of All Living

Chronique

Slave Hands World Rid of All Living
Voilà un groupe qui ne cherche absolument pas à dire quelque chose de neuf, un groupe qui ne fait que reprendre ce qui a été dit avant lui de la façon la plus respectueuse possible, un groupe qui vénère le sludge dans sa forme la plus historique où l’on pourra s’amuser à dire ce qui tient de Noothgrush, Grief ou Dystopia. Un groupe tellement rétrograde que, franchement, on se demande bien ce qu’il fait là.

Ne me demandez pas d’ailleurs pourquoi je tiens à vous en parler, je n’en sais rien. Slave Hands, avec ses disques en téléchargement à prix libre, ses formats cassette ultraconfidentielles, ses t-shirts avec logo mal placé qui sentent bon le merch fait un peu à la va-vite, n’a rien de plus qu’un autre groupe de sludge à l’ancienne comme on peut en croiser de temps en temps. No Funeral, Leechfeast et compagnie… Slave Hands est aussi identifiable que ces formations-ci, au point que je me demande pourquoi je prends le temps de vous en parler (vous êtes toujours là ?).

Peut-être parce que, dans son déballage d’élève de Human = Garbage et Come to Grief, Slave Hands touche toutes les bonnes notes. D’une durée qui ne cherche pas à se prendre pour ce qu’elle n’est pas, assumant son statut de plaisir pour fanatiques du « sick », World Rid of All Living déballe samples misérabilistes et jouissifs, rythme d’éclopé cherchant un spot où demander de l’argent, voix cancéreuse évoquant le râle d’un punk en bout de course, accélérations d’asthmatique arrivant aussi naturellement que quand on voit son bus partir sans nous, d’une façon faisant dire qu’ils ont tout compris à ce style d’incompris, décidant d’aller jusqu’au bout dans le fatalisme… souvent pour le meilleur et rarement pour le pire (un solo sur « Swollen Anguish », simplement raté).

Honnêtement, pas grand-chose à dire de plus sur ces vingt-huit minutes, ce shot issu de Finlandais qui s’enfoncent totalement dans le sludge vieille école, nous emportant avec eux. Les déçus des derniers coups de béquilles de Fistula ou Grime feraient bien de laisser une chance à ce disque, tant il est une lettre d’amour adressée avant tout aux amateurs d’un son particulier, blues de punk en voie de clochardisation. C’est sûr, ce n’est pas ça qui va relever le niveau ou vous enrichir en tant qu’être humain. On se situe même au fond du caniveau, niveau production et exécution. Mais vous l’aurez sans doute compris : c’est bien ce qui rend World Rid of All Living particulièrement charmant, sans particularité aucune.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
18/09/2018 05:16
Høsty a écrit : Ikea a écrit :
Le batteur s'appelle "Late", c'est définitivement chou.


Est-ce qu'il fait le café du coup ? Mr Green


Je dirais qu'il est plutôt "à la bourre" Mr Green
Høsty citer
Høsty
17/09/2018 13:23
Ikea a écrit :
Le batteur s'appelle "Late", c'est définitivement chou.


Est-ce qu'il fait le café du coup ? Mr Green

Petite écoute vite fait au labo tout à l'heure, y'a moyen que ça me plaise mais il va falloir que j'approfondisse la chose !
lkea citer
lkea
16/09/2018 12:19
Téléchargement libre sur Bandcamp !

Le batteur s'appelle "Late", c'est définitivement chou.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slave Hands
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Slave Hands
Slave Hands
Sludge - 2013 - Finlande
  

tracklist
01.   Abandonment
02.   Circle of Exploitation
03.   Swollen Anguish
04.   Spring of Urine
05.   Metamorphosis
06.   Nothing Left to Shine

Durée : 28 minutes 1 seconde

line up
parution
31 Janvier 2018

Essayez aussi
Eyehategod
Eyehategod
Eyehategod

2014 - Housecore Records
  
Eyehategod
Eyehategod
New Orleans Is The New Vietnam (Single)

2012 - A389 Records
  
Fistula
Fistula
Idiopathic

2003 - Shifty Records
  
Potop
Potop
Channels (EP)

2008 - Iron Pig Records
  
Acid Bath
Acid Bath
When The Kite String Pops

1994 - Rotten Records
  

Fusion Bomb
Concrete Jungle
Lire la chronique
Misþyrming
Algleymi
Lire la chronique
Nucleus
Entity
Lire la chronique
Dead Elephant
Year of the Elephant
Lire la chronique
Vananidr
Road North
Lire la chronique
Municipal Waste + Power Trip
Lire le live report
Sanction
The Infringement of God's Plan
Lire la chronique
French Black Metal : La collec plus grosse que ta mère
Lire le podcast
The Lord Weird Slough Feg
Digital Resistance
Lire la chronique
The Gates of Sinn
The Great Sabbath (Démo)
Lire la chronique
Dödsrit
Spirit Crusher
Lire la chronique
Lunar Shadow
The Smokeless Fires
Lire la chronique
Mystik
Mystik
Lire la chronique
Daemoni
Black Tyrant
Lire la chronique
Big Business
The Beast You Are
Lire la chronique
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)
Lire la chronique
Lord Vicar
The Black Powder
Lire la chronique
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique