chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyperdontia - Nexus Of Teeth

Chronique

Hyperdontia Nexus Of Teeth
Je n’ai jamais été très copain avec le dentiste en général. Comme tout le monde, je m’y rends une fois par an pour un détartrage remboursé par la mutuelle mais moins je le vois et mieux je me porte. Il faut dire que j’y ai passé du temps allongé sur ces fichus sièges à regarder ces fichues lampes pendant que l’on m’arrachait les dents de sagesse, que l’on me soignait mes caries ou que l’on me posait un appareil dentaire pour corriger quelques défauts de jeunesse. Du coup, cette pochette imaginée par Paolo Girardi n’est ni plus ni moins pour moi qu’une vision de l’Enfer, purement et simplement. Des dents partout, dans tous les sens, une spirale infernale de chicots enracinés dans un amas de gencives gangrenées et purulentes. Et comme l’hyperdontie existe bel et bien, je vous invite à regarder quelques photos sur Google pour une vue plus complète de l’horreur que cela peut être.

Formé en 2015, Hyperdontia est un projet Turco-Danois réunissant d’un côté David Mikkelsen au chant (Undergang, Phrenelith, Wormridden…) et Paweł Tunkiewicz à la batterie (Apparatus, Phrenelith, Sulfurous...) et de l’autre Mustafa Gürcalioğlu à la guitare (Decaying Purity, Engulfed, Diabolizer...) et Malik Çamlica à la basse (Decaying Purity, ex-Burial Invocation...). Un line-up complété il y a peu par l’arrivée d’un nouveau guitariste en la personne de Mathias Friborg (Taphos, Sulfurous...). Après un premier EP sorti l’année dernière sur Night Shroud Records et Extremely Rotten Productions sur lequel je me pencherai prochainement, le groupe revient aujourd’hui faire parler de lui avec la sortie de son tout premier album intitulé Nexus Of Teeth. Un disque paru chez Dark Descent Records (CD), Me Saco Un Ojo (vinyle) et Extremely Rotten Productions (cassette).

Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne fait pas semblant. Si Abhorrence Veil fût à l’époque de sa sortie une bonne surprise, donnant aux scènes turcs et danoises encore un peu plus de visibilité, Nexus Of Teeth vient se placer aujourd’hui un sérieux cran au-dessus à l’aide d’une formule pourtant relativement identique. Car le groupe n’a pas spécialement changé son fusil d’épaule mais plutôt haussé le ton. Un rythme effectivement beaucoup plus soutenu à en juger par l’excellent "Purging Through Flesh" qui ouvre l’album sur les chapeaux de roue. Une tendance que ne feront d’ailleurs que confirmer les autres morceaux de l’album. Aidé par une production à l’ancienne où guitares ultra nerveuses et abrasives vont venir se mêler à une batterie au son extrêmement naturel (cette caisse claire qui claque bien comme il faut), le groupe va s’appliquer à aller à l’essentiel en laissant toute idées superflues de côté. Ça blast donc le plus clair du temps même si Paweł Tunkiewicz aka Tuna n’est pas sans varier les plaisirs à coups de semi-blasts et autres séquences de tchouka-tchouka bien bas du front. Mais ce sont surtout les riffs infernaux de Mustafa Gürcalioğlu qui vont insuffler à l’album cette atmosphère à la fois dense et particulièrement sauvage qui règne tout au long de ces trente-quatre minutes ("Purging Through Flesh" à 0:33, ce moment où je casse toujours absolument tout sur "Of Spire And Thorn" à 1:46, "Teeth And Nails" à 0:37, "Aura Of Flies" à 0:21, le début d’"Existence Denied" et ainsi de suite pendant tout l’album). Des riffs qui empruntent beaucoup à Incantation (en plus du chant toujours aussi caverneux de monsieur Mikkelsen qui rivalise ici aisément avec ceux de Craig Pillard et John McEntee) ainsi qu’à Morbid Angel dans ce qu’ils ont de plus vicieux et de sournois (et je ne parle même pas de tous ces leads sinistres et autres solos chaotiques et inquiétants qui viennent se glisser systématiquement sur les huit morceaux de l’album ou de ces quelques harmoniques sifflées). Non, il règne bel et bien à l’écoute de Nexus Of Teeth une ambiance absolument diabolique. Une avalanche de riffs qui s’enchevêtrent, de blasts et de cris venus des profondeurs de la Terre et que rien ne semble pouvoir arrêter.

Mais loin d’être un simple album bourre-pif, Nexus Of Teeth se plait également à ralentir la cadence à de maintes reprises. Un moyen pour Hyperdontia de calmer le jeu sans pour autant sacrifier à l’ambiance générale. C’est même d’ailleurs tout l’inverse puisque ces séquences, nombreuses mais certainement pas envahissantes ("Purging Through Flesh" à 1:14, "Of Spire And Thorn" à 1:24 ainsi qu’à 2:59, "Teeth And Nails" à 1:40, "Aura Of Flies" à 1:40, "Majesty", etc), viennent renforcer l’aspect particulièrement imposant de ces compositions absolument redoutables. Si vous n’aviez ainsi pas suffisamment dégustez lors de ces successions de passages rapides, Hyperdontia viendra terminer ce qu’il a commencé en vous écrasant la tête à coup de riffs plaqués avec la force d’un titan et de frappes lourdingues à faire trembler la Terre toute entière, le tout servi par un growl aussi profond qu’effrayant. Paradoxalement, ces mêmes moments viennent aérer une musique très dense en rompant avec ces avalanches de blasts et autres riffs tourmentés. Un bon moyen pour apporter un peu plus de saveur et de relief à un Death Metal aussi brutal qu’intransigeant.

Longtemps absent du paysage Death Metal international, le Danemark et la Turquie sont en train petit à petit de gagner du terrain et de s’imposer comme deux scènes particulièrement valables et intéressantes. Si d’autres groupes avant Hyperdontia l’ont déjà prouvé, Nexus Of Teeth n’en demeure pas moins une très grosse surprise. Certes, les deux titres d’Abhorrence Veil (trois pour la version cassette) avaient de quoi susciter un certain intérêt mais il est clair que le groupe à ici franchit un véritable cap. Nettement plus brutale et directe, la formule dispensée par Hyperdontia convainc dès les premières écoutes, notamment grâce à la qualité de ces riffs et de ces ambiances particulièrement monstrueuses et torturées. Alors oui, les noms d’Incantation et Morbid Angel planent au-dessus du groupe mais la formation a su s’approprier ces références pour un résultat aussi efficace que redoutable. Pour terminer en beauté, je conclurai juste par une petite phrase volée sur le Facebook de Matt Calvert, patron du label Dark Descent : "Don't make your death metal album of the year lists until you hear this one". Sages paroles ma foi...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
21/09/2018 16:33
note: 8.5/10
Excellent en effet! Brutal et sombre comme il se doit!
AxGxB citer
AxGxB
21/09/2018 15:41
note: 8.5/10
Non, vraiment, ils ont leur truc. Les riffs sont imaginés par Mustafa Gürcalioğlu et ça fait clairement la différence. Undergang c'est lourd, dégoulinant et groovy. Phrenelith est certainement plus proche mais la prod' et encore une fois le riffing de Mustafa Gürcalioğlu font la différence à mon avis.
Deathrash citer
Deathrash
21/09/2018 15:31
La pochette est bien marquante, ce groupe m'intéresse. Par rapport au line Up ça sonne pas trop comme une copie de Undergang ou Phrenelith ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hyperdontia
Death Metal
2018 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Hyperdontia
Hyperdontia
Death Metal - 2015 - Danemark / Turquie
  

tracklist
01.   Purging Through Flesh  (03:19)
02.   Of Spire And Thorn  (05:31)
03.   Teeth And Nails  (03:40)
04.   Aura Of Flies  (04:12)
05.   Majesty  (04:15)
06.   Euphoric Evisceration  (03:01)
07.   Escaping The Mortal Embodiment  (04:10)
08.   Existence Denied  (05:56)

Durée : 34:04

parution
6 Septembre 2018

Essayez aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade Records
  
Skinfather
Skinfather
Atheos (Démo)

2012 - Look Alive
  
Insision
Insision
Ikon

2007 - Dental Records
  
Gouge
Gouge
Beyond Death

2015 - Hells Headbangers Records
  
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  

Whoredom Rife
Nid - Hymner Av hat
Lire la chronique
Rivers of Nihil
Where Owls Know My Name
Lire la chronique
Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique