chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Brume d'Automne - La Grande Noirceur

Chronique

Brume d'Automne La Grande Noirceur
Je suis mitigé avec le nouvel album de BRUME D’AUTOMNE. Bien plus mitigé qu’avec le précédent de 2012, auquel j’avais mis un joli 8/10. Il était percutant cet album éponyme. Je le réécoutais encore tout à l’heure, histoire d’être sûr de ma comparaison et donc de la note attribuée à La Grande Noirceur, et j’ai au contraire été conforté dans mon opinion, et ai finalement décidé de ne lâcher qu’un sévère 6.5/10.

Qu’est-ce qui a changé en 6 ans ? Des détails. Et des détails sur quelques passages uniquement. Mais des détails qui restent trop en mémoire pour me faire savourer les éléments réussis. Déjà, il faut parler du line-up. Athros n’est plus là. Guitariste, bassiste, batteur et aussi à l’origine de la mandoline de l’album précédent, ce membre fondateur de FORTERESSE et NORDMEN a laissé sa place. Et désormais, aux côtés de Nordet, le maître à penser de BRUME D’AUTOMNE qui s’occupe des guitares, de l’accordéon, de la mandoline et des vocaux, se trouvent désormais Valgar à la basse et Le Neveu Tapocheux à la batterie. Ils forment une belle osmose et j’avoue avoir pris mon pied sur une grosse partie de l’album. L’introduction, qui s’appelle à nouveau Traditionnelle comme tous les intermèdes du groupe depuis ses débuts, annonce avec une guitare accompagnée d’un accordéon et de cris et souffles lointains un album aux ambiances fortes, à tendances païennes. Et les deux titres qui enchainent lancent parfaitement la machine. « Prémisse à la Noirceur » et « La Grande Noirceur » tapent bien, avec des mélodies entrainantes soutenues par des ajouts folks légers, qui restent à leur place. La dernière piste, « Brume d’Automne » est aussi excellente, et permet de finir l’opus sur une note extrêmement positive. Elle fait presque 10 minutes, et elle contient en fait toutes les bonnes caractéristiques du groupe. Une guitare acoustique en introduction, un rythme lent avec des guitares lourdes qui délivrent des riffs au début rèches mais qui débouchent sur une mélodie aux accents nostalgiques. L’accordéon vient se greffer sur la partie centrale très naturellement. Un break, des vocaux qui font légèrement « hooo ; ho ho ho » sur un court moment. Ce morceau est vraiment irréprochable.

Là, en cumulant les titres dont je viens de cumuler les mérites, je dois totaliser 60% du temps de l’album. Parfait. On arrive donc à 6 points sur 10. Si les 40% de temps restants sont du même niveau, on va ajouter 4 points et arriver à 10/10. Oui, mais c’est pas le cas. Et même si ce n’est pas catastrophique, je n’y trouve qu’un demi-point à ajouter à la note. 6.5/10.

« Hurle-vent », je n’aime pas les cinq premières minutes. Les riffs y sont saccadés. Pourquoi pas, mais pas si longuement ! Je sors totalement de l’ambiance, j’ai l’impression de tourner en rond, encore et encore. Et seule la dernière minute avec son éclaircie apporte quelque chose. Bien trop tard.

« Vidons la bouteille ». Pfffff. Bon, je ne m’atarde pas sur le titre, BRUME D’AUTOMNE a déjà eu des noms de morceaux plutôt gênants mais avec des compositions réussies : « Moé j’me souviens », « Tels des béliers »... Sauf que là, le titre contient le pire passage de l’album. Il commence pourtant sans faire de grosses fautes. Les riffs sombres sont mêmes plutôt prometteurs, mais subitement un changement de rythme intervient. Le ton devient agressif à 3:49 mais tape plutôt à côté. Mais pire, le chanteur se lance dans la répétition sans fin des paroles : « VIDONS LA !!!! VIDONS LA BOUTEILLE EUUUUH ». J’ai l’impression d’être dans un bar peinard et que le clodo d’à côté se met à hurler ce qu’il pense être un chant tout en titubant de sa table à la mienne. MAIS FINIS-LA TA BOUTEILLE ET FERME TA GUEULE ! Dès que ce passage commence, j’ai un malaise. Au point où si quelqu’un me demandait à ce moment précis ce que j’écoute dans mes écouteurs, je me sentirai moins gêné de lui répondre « La Fouine » pour être sûr qu’il n’essaie pas de jeter une oreille...

Après ce passage, j’ai du mal à rerentrer dans l’album, « Gordon » est de toute façon un instrumental sans grand intérêt qui n’est là que pour nous remettre de la bouteille que nous venons de vider. Et enfin « L’arbre aux pendus » reste anecdotique par rapport aux meilleures pistes. On appréciera juste son final, intrumental pendant une minute trente. Un bon moment reposant. Vraiment dans le bon sens du terme.

Je suis véritablement géné de mettre une note qui est basse malgré l’énorme qualité d’une partie de l’album, mais il faut bien que je prenne en compte la totalité des pistes. Surtout que je ne suis pas toujours convaincu du chant, qui est très rugueux, comme chez SALE FREUX, mais pas toujours pertinent. Il lui arrive même de plus se rapprocher du zombie grippé que du torturé maladif...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
28/09/2018 14:13
note: 6.5/10
Oui, je savais bien que tu vais beaucoup accroché.
J'ai préféré sur la longueur, sur son ensemble, le précédent.
Il y avait déjà d'ailleurs le côté pochetron, sur le dernier titre je crois.
Là, ça ne passe pas, rahahahaah.
Fabulon citer
Fabulon
28/09/2018 10:49
note: 8.5/10
Bon, autant le dire tout net, je n'ai pas eu le même ressenti que toi sur cet album.

Si je peux te rejoindre sur un point, ce serait surement sur le côté assez hétérogène de l'album, et sur le fait que le groupe ait évolué depuis l'album précédent.

Néanmoins, j'ai pour ma part plutôt bien accueilli cette évolution.

D'accord avec toi également sur le fait que Prémisse à la noirceur, La Grande Noirceur et Brume d'automne sont excellentes, le dernier morceau étant d'ailleurs surement ce que le groupe a sorti de meilleur.

Je peux te rejoindre également sur le côté dispensable de Gordon et sur le fait que Hurle-vent ne restera pas dans les mémoires.

Mais pour le surplus, c'est tout l'inverse de toi.

Pour reprendre ta comparaison avec le clodo aviné, j'ai trouvé que ce côté patriote aviné désabusé et fier à la fois (oui tout ça!) collait très bien à la musique de Bd'A, et constituait une évolution vraiment intéressante.

Que ce soit grâce à cette voix rapeuse, ce chant intelligible, cet accent perceptible, ou grâce aux côtés folk/chanson à boire, ambiance cuite dans la cabane à sirop d'érable, le rendu est excellent.

J'ai ainsi adoré Vidons la bouteille, qui par certains aspects m'évoque un morceau comme Santé nom de Freux! de notre corbac préféré.

L'arbre aux pendus, morceau lancinant et plus mélancolique, avec son superbe final, m'a également bien marqué et montre une facette du groupe plus mature.

En somme, ce qui t'a finalement rebuté m'a paru au contraire comme une évolution presque salutaire, un aboutissement musical, qui permet à BRUME D'AUTOMNE de vraiment se singulariser au sein de l'excellente scène québecoise.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brume d'Automne
Black Metal
2018 - Darker Than Black
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Black Metal - 2003 - Canada
  

tracklist
01.   Traditionnelle VI
02.   Prémisse à la noirceur
03.   La grande noirceur
04.   Hurle-vent
05.   Vidons la bouteille - Traditionnelle VII
06.   Gordon
07.   L'arbre aux pendus
08.   Brume d'automne

Durée : 45:04

parution
12 Juillet 2018

voir aussi
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Brume d'Automne

2012 - Sepulchral Productions
  

Essayez plutôt
Skaur
Skaur
Farvel

2015 - Darker Than Black
  
Infestus
Infestus
The Reflecting Void

2014 - Debemur Morti Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Häxan

2008 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Orthanc
Orthanc
L'Amorce du Déclin

2011 - Hass Weg Productions
  
Slidhr
Slidhr
The Futile Fires Of Man

2018 - Ván Records
  

Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique
Keys of Orthanc
Dush agh Golnauk
Lire la chronique
Godskill
The Gatherer Of Fear And Blood
Lire la chronique
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Totalitarian
Bloodlands (EP)
Lire la chronique
Malenuit
Incandescente (EP)
Lire la chronique