chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Brume d'Automne - La Grande Noirceur

Chronique

Brume d'Automne La Grande Noirceur
Je suis mitigé avec le nouvel album de BRUME D’AUTOMNE. Bien plus mitigé qu’avec le précédent de 2012, auquel j’avais mis un joli 8/10. Il était percutant cet album éponyme. Je le réécoutais encore tout à l’heure, histoire d’être sûr de ma comparaison et donc de la note attribuée à La Grande Noirceur, et j’ai au contraire été conforté dans mon opinion, et ai finalement décidé de ne lâcher qu’un sévère 6.5/10.

Qu’est-ce qui a changé en 6 ans ? Des détails. Et des détails sur quelques passages uniquement. Mais des détails qui restent trop en mémoire pour me faire savourer les éléments réussis. Déjà, il faut parler du line-up. Athros n’est plus là. Guitariste, bassiste, batteur et aussi à l’origine de la mandoline de l’album précédent, ce membre fondateur de FORTERESSE et NORDMEN a laissé sa place. Et désormais, aux côtés de Nordet, le maître à penser de BRUME D’AUTOMNE qui s’occupe des guitares, de l’accordéon, de la mandoline et des vocaux, se trouvent désormais Valgar à la basse et Le Neveu Tapocheux à la batterie. Ils forment une belle osmose et j’avoue avoir pris mon pied sur une grosse partie de l’album. L’introduction, qui s’appelle à nouveau Traditionnelle comme tous les intermèdes du groupe depuis ses débuts, annonce avec une guitare accompagnée d’un accordéon et de cris et souffles lointains un album aux ambiances fortes, à tendances païennes. Et les deux titres qui enchainent lancent parfaitement la machine. « Prémisse à la Noirceur » et « La Grande Noirceur » tapent bien, avec des mélodies entrainantes soutenues par des ajouts folks légers, qui restent à leur place. La dernière piste, « Brume d’Automne » est aussi excellente, et permet de finir l’opus sur une note extrêmement positive. Elle fait presque 10 minutes, et elle contient en fait toutes les bonnes caractéristiques du groupe. Une guitare acoustique en introduction, un rythme lent avec des guitares lourdes qui délivrent des riffs au début rèches mais qui débouchent sur une mélodie aux accents nostalgiques. L’accordéon vient se greffer sur la partie centrale très naturellement. Un break, des vocaux qui font légèrement « hooo ; ho ho ho » sur un court moment. Ce morceau est vraiment irréprochable.

Là, en cumulant les titres dont je viens de cumuler les mérites, je dois totaliser 60% du temps de l’album. Parfait. On arrive donc à 6 points sur 10. Si les 40% de temps restants sont du même niveau, on va ajouter 4 points et arriver à 10/10. Oui, mais c’est pas le cas. Et même si ce n’est pas catastrophique, je n’y trouve qu’un demi-point à ajouter à la note. 6.5/10.

« Hurle-vent », je n’aime pas les cinq premières minutes. Les riffs y sont saccadés. Pourquoi pas, mais pas si longuement ! Je sors totalement de l’ambiance, j’ai l’impression de tourner en rond, encore et encore. Et seule la dernière minute avec son éclaircie apporte quelque chose. Bien trop tard.

« Vidons la bouteille ». Pfffff. Bon, je ne m’atarde pas sur le titre, BRUME D’AUTOMNE a déjà eu des noms de morceaux plutôt gênants mais avec des compositions réussies : « Moé j’me souviens », « Tels des béliers »... Sauf que là, le titre contient le pire passage de l’album. Il commence pourtant sans faire de grosses fautes. Les riffs sombres sont mêmes plutôt prometteurs, mais subitement un changement de rythme intervient. Le ton devient agressif à 3:49 mais tape plutôt à côté. Mais pire, le chanteur se lance dans la répétition sans fin des paroles : « VIDONS LA !!!! VIDONS LA BOUTEILLE EUUUUH ». J’ai l’impression d’être dans un bar peinard et que le clodo d’à côté se met à hurler ce qu’il pense être un chant tout en titubant de sa table à la mienne. MAIS FINIS-LA TA BOUTEILLE ET FERME TA GUEULE ! Dès que ce passage commence, j’ai un malaise. Au point où si quelqu’un me demandait à ce moment précis ce que j’écoute dans mes écouteurs, je me sentirai moins gêné de lui répondre « La Fouine » pour être sûr qu’il n’essaie pas de jeter une oreille...

Après ce passage, j’ai du mal à rerentrer dans l’album, « Gordon » est de toute façon un instrumental sans grand intérêt qui n’est là que pour nous remettre de la bouteille que nous venons de vider. Et enfin « L’arbre aux pendus » reste anecdotique par rapport aux meilleures pistes. On appréciera juste son final, intrumental pendant une minute trente. Un bon moment reposant. Vraiment dans le bon sens du terme.

Je suis véritablement géné de mettre une note qui est basse malgré l’énorme qualité d’une partie de l’album, mais il faut bien que je prenne en compte la totalité des pistes. Surtout que je ne suis pas toujours convaincu du chant, qui est très rugueux, comme chez SALE FREUX, mais pas toujours pertinent. Il lui arrive même de plus se rapprocher du zombie grippé que du torturé maladif...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
28/09/2018 14:13
note: 6.5/10
Oui, je savais bien que tu vais beaucoup accroché.
J'ai préféré sur la longueur, sur son ensemble, le précédent.
Il y avait déjà d'ailleurs le côté pochetron, sur le dernier titre je crois.
Là, ça ne passe pas, rahahahaah.
Fabulon citer
Fabulon
28/09/2018 10:49
note: 8.5/10
Bon, autant le dire tout net, je n'ai pas eu le même ressenti que toi sur cet album.

Si je peux te rejoindre sur un point, ce serait surement sur le côté assez hétérogène de l'album, et sur le fait que le groupe ait évolué depuis l'album précédent.

Néanmoins, j'ai pour ma part plutôt bien accueilli cette évolution.

D'accord avec toi également sur le fait que Prémisse à la noirceur, La Grande Noirceur et Brume d'automne sont excellentes, le dernier morceau étant d'ailleurs surement ce que le groupe a sorti de meilleur.

Je peux te rejoindre également sur le côté dispensable de Gordon et sur le fait que Hurle-vent ne restera pas dans les mémoires.

Mais pour le surplus, c'est tout l'inverse de toi.

Pour reprendre ta comparaison avec le clodo aviné, j'ai trouvé que ce côté patriote aviné désabusé et fier à la fois (oui tout ça!) collait très bien à la musique de Bd'A, et constituait une évolution vraiment intéressante.

Que ce soit grâce à cette voix rapeuse, ce chant intelligible, cet accent perceptible, ou grâce aux côtés folk/chanson à boire, ambiance cuite dans la cabane à sirop d'érable, le rendu est excellent.

J'ai ainsi adoré Vidons la bouteille, qui par certains aspects m'évoque un morceau comme Santé nom de Freux! de notre corbac préféré.

L'arbre aux pendus, morceau lancinant et plus mélancolique, avec son superbe final, m'a également bien marqué et montre une facette du groupe plus mature.

En somme, ce qui t'a finalement rebuté m'a paru au contraire comme une évolution presque salutaire, un aboutissement musical, qui permet à BRUME D'AUTOMNE de vraiment se singulariser au sein de l'excellente scène québecoise.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brume d'Automne
Black Metal
2018 - Darker Than Black
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Black Metal - 2003 - Canada
  

tracklist
01.   Traditionnelle VI
02.   Prémisse à la noirceur
03.   La grande noirceur
04.   Hurle-vent
05.   Vidons la bouteille - Traditionnelle VII
06.   Gordon
07.   L'arbre aux pendus
08.   Brume d'automne

Durée : 45:04

parution
12 Juillet 2018

voir aussi
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Brume d'Automne

2012 - Sepulchral Productions
  

Essayez plutôt
Aosoth
Aosoth
V: The Inside Scriptures

2017 - Agonia Records
  
Ewiges Reich
Ewiges Reich
...nur frei bei Nacht

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  
Duszę Wypuścił
Duszę Wypuścił
Ludowy nihilizm absolutny (EP)

2010 - Devoted Art Propaganda
  
Balmog
Balmog
Vacuum

2018 - War Anthem Records
  
Horna
Horna
Askel Lähempänä Saatanaa

2013 - World Terror Committee Records
  

Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique