chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
127 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Animals as Leaders - The Madness of Many

Chronique

Animals as Leaders The Madness of Many
Très honorables lectrices et lecteurs de Thrashocore, nous y sommes.
Nous allons aujourd’hui nous attaquer à un gros morceau. Un des rares disques qui a su alimenter ma hype. Son annonce avait été faite sans qu’on attende quoi que ce soit et, à sa sortie, j’avais attendu. J’avais pioché quelques extraits, déjà j’étais conquis. Je l’avais reçu à Noël – à l’ancienne, comme lorsque, enfant, je trépignais à l’idée de recevoir un jeu que je désirais tant.
Je glisse ainsi cet album dont l’acronyme donne quelque chose qui me plaît bien.

The "Madness of Many" : MoM.

Suite à un album aux tonalités globalement plus légères et guillerettes, à tel point que même le titre contient l’idée de « joie », les Animaux Comme Guides ont créé la surprise en annonçant seulement deux ans après leur troisième méfait la sortie d’un quatrième disque. Je m’en souviens, ça devait être au mois d’avril-mai, et déjà ils disaient : « Ok, voici The Madness of Many et ça sortira en fin d’année. »

Très bien.

La cover avait de quoi décontenancer, voire créer de l’inquiétude. Si, auparavant, on a eu des designs graphiques allant de l’aérien avec "Weightless" au chatoyant avec "The Joy of Motion", ici, on fait face à une composition en 3D minimaliste avec des visages et des textures aux allures cliniques qui font très « début de l’ère Playstation, vas-y qu’on te met de la 3D partout ». Sans aller dans l’immonde peu attirant des jaquettes de Monstrosity, il est vrai que ça a pu inciter à la méfiance auprès des personnes, ne sachant pas trop à quoi s’attendre face à une nouvelle étape que pourrait franchir Abasi et sa bande.
Eh bien, pour moi, ça tiendra en peu de mot : "The Madness of Many" contient l’ensemble des grandes qualités du groupe développées sur les précédentes galettes, avec un petit supplément d'âme.

Au fil des dix morceaux, ANIMALS AS LEADERS va démontrer qu’ils n’ont rien à prouver en tant que Papas du Djent.
On n’oubliera pas les classiques du groupe, à savoir les alternances "lourdeur/parties aérées ou jazzy" telle qu’« Arithmophobia », et sa guitare lead ou son break jazzy à 3:40, ou que « Backpfeifengesicht » qui est entièrement basé sur ce principe et qui amène à des petites parties juteuses à souhait à la basse, au synthé ou avec une guitare lead en exergue.
Puisqu’on parle de synthé, on aura toujours cette grosse base électro qui servira à donner un son très spécial à l’album. Toujours sur « Backpfeifengesicht », on pourra profiter à 3:15 d’un moment éthéré des plus réussis. Je noterai aussi « Cognitive Contortions ». Eh oui, on le veut ce synthé du turfu ! Celui-ci s’accompagne d’un gros travail sur les sons de guitares, avec ce drop basse donnant une touche mécanique et robotique qui sied parfaitement à l’esthétique, aux couleurs et à la rythmique Prog Djent du groupe. Il y a quelque chose de très métallique et droïde dans ce titre, on imagine parfaitement une ville chromée qui reflète la lumière de milliers de néons.

En fait, dans l’ensemble des cordes, on sent qu’ils proposeront des altérations du riffing massif Djent, avec notamment cette mélodie principale sur « Arithmophobia » qui est entêtante et répétitive sans aller dans un accordage insensément bas – au contraire, c’est un son plus clinquant qu’étouffé ou vibrant, et ça change ! Globalement, le son a fait l’objet d’un soin que je qualifierais de clinique : tout est chirurgical, ça frappe où il faut, tout est d’une grande précision.
Outre, encore une fois, « Aritmophobia » qui se paiera le luxe d'imposer des plans rythmiques assez dingues à 2:13, je penserais notamment à « Private Visions of the World ». Digne de "Joy of Motion" avec cette mélodie hyper catchy digne des groupes INTERVALS ou ARCH ECHO, le rythme et le feeling y sont bondissants, presque innocents, mais pas naïfs pour autant car, derrière, on reste sur un jeu technique, notamment sur la batterie – Matt Gartska, excusez du peu, il n'est pas là pour jouer des mesures classiques ! Et on aura aussi droit à un passage plus lourd, mais sans aller dans le super-massif comme on a pu avoir sur le premier album. Cela donne un espace sonore intime qu’on veut garder près de soi, comme une capsule d’un temps bienheureux et simple.
Ce Djent qui appuie sans broyer sera tout ce que vous trouverez sur cet album qui mise tout sur l’équilibre des forces. J’ai clairement le sentiment qu’ils ont voulu être varié tout en restant cohérent et, de fait, le choix d’un son Djent, qui porte au lieu de tout presser aveuglément, a été des plus judicieux. Certes, ça ne plaira pas forcément aux aficionados, car on perd en vrombissements dus à des coups d’enclumes sur la tronche. Toutefois, quand ça doit presser, ça presse au point précis – chirurgical, n’oubliez pas.

Ainsi on va avoir droit à des touches créatives qui s’intègrent tellement bien à l'ensemble. Prenez « Inner Assassins » – ah, il le fallait, le morceau pour le sport ! En plus du souffle plutôt épique par les mélodies de guitares en écho, lesquelles se complètent au fur et à mesure, il y a une réelle touche jeu vidéo. J’ai pu dire sur un podcast que « Ectogenesis » dévoilait un solo qui avait une lourdeur basse-batterie proche d’un titre de Secret of Mana, dans « Inner Assassins » on s’approcherait plus d’une musique de Megaman, mais en Prog. Mélodies entêtantes, rythme galvanisant, grosse efficacité dans les alternances : ça pousse à courir encore plus vite ! Le synthé y est pour beaucoup quant à la tonalité claire du morceau, par ces pistes aux nombreux bruits.
D’ailleurs, parlons-en de « Ectogenesis », ma préférée de l’album, par le côté insidieux et sournois du son de basse contrebalancé par une lead qui respire, le tout sous un synthé éclatant qui nous conduit jusqu’à un véritable tourbillon minimaliste entre son de basse et batterie, donnant le sentiment d’être pris dans un « stream of consciousness » à 2:45 ! Une réussite de bout en bout dont seul le duo « Glass Bridge – The Brain Dance » avait pu me faire hésiter pour déterminer mon coup de coeur.
Oh, ce duo, comment puis-je te partager mon amour que j’ai pour lui ? « The Glass Bridge », c’est ce groove ! Ce morceau fait très, très mal, j’apprécie tellement les idées mises sur le tapis. Le Jazz sort de tous les pores – et, pitié, ce son ! Je ne peux en dire plus, c’est à écouter d’urgence, surtout si on aime le Rock Fusion digne des OST de jeux vidéo japonais.
À côté, « The Brain Dance », c’est la guitare sèche qu’Abasi a explorée dans plusieurs morceaux des précédents disques où il n’y avait que ça. Là, elle pose la base qui te colle un sourire béat aux lèvres, et ça s’envole, encore et encore, jusqu’à ce que tu sois en phase de plaisir plein et pur. Et cette dernière phase où ladite mélodie est jouée en son électrique...
N'en déplaisent à certains qui ont affirmé le contraire, cet album se permet des explorations, telles que le départ égyptien de « Artithmophobia » qui met direct dans l'ambiance - et laisse présager d'autres surprises pour un cinquième album, peut-être ? Puis le tout conclut sur un « Apeirophobia » mélancolique au possible. Comment ça, tu doutais qu'Abasi pouvait t'amener à du tire-larme ? Eh bien il le fait, et avec talent, le bougre ! Car, lorsqu'Animals as Leaders utilise des effets ou des gimmicks, c'est rarement dans la démesure.

Oui, chaque fois que je termine cet album, j'ai le cafard, je pense à la mort, au vide, à l'absence. Mais je me dis que, derrière, j'ai quand même vécu pas mal de choses, et qu'il me suffirait de simplement relancer le disque pour retrouver ces sensations – pour mieux plonger ensuite, sur ces phrases mélodiques à la limite du désespoir, à l'ultime frontière de la tristesse dans son sens premier.

"The Madness of Many" touche ici quelque chose de concret et de pourtant difficilement saisissable : il pique au cœur, prend à vif, et t'impose sa corrosion, par ce poison qui se diffuse dans le sang. En gardant le meilleur des productions passées, les Animals ont conçu un ouvrage équilibré, qui capte la juste balance aussi bien dans le son, entre Djent moderne et ajouts qui font la différence, que dans l'écriture, toujours en contrepoints, que ce soit dans les tonalités ou dans les mesures (Gartska, il n'est simplement pas humain... Mais le boulot sur les cordes reste complètement dingue).
Hormis un « Transcentience » un poil en dessous, et s'il met de côté son héritage Prog moderne syncopé, froid mais magistral, The Madness of Many prend le temps de se développer, de se dévoiler, et apporte une richesse que je n'aurais jamais attendu chez eux lorsque, en 2010, j'avais pour la toute première fois posé mes oreilles sur la création auto-produite du guitariste prodige qu'est Tosin Abasi.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
05/10/2018 17:40
note: 9.5/10
Foulbz a écrit : MoM a écrit : Je te conseille : Intervals, Arch Echo, pourquoi pas Scale the Summit,
Egalement, tester l'instrumentale du Gedankenkarussell de Krimh.


Top je prends note Sourire Merci


Pas de quoi Clin d'oeil Fais-moi savoir si tu as trouvé ton bonheur !
Foulbz citer
Foulbz
03/10/2018 11:42
note: 9/10
MoM a écrit : Je te conseille : Intervals, Arch Echo, pourquoi pas Scale the Summit,
Egalement, tester l'instrumentale du Gedankenkarussell de Krimh.


Top je prends note Sourire Merci
MoM citer
MoM
02/10/2018 18:27
note: 9.5/10
Dans le genre, je trouve Animals as Leaders assez unique...

Je te conseille : Intervals, Arch Echo, pourquoi pas Scale the Summit,
Egalement, tester l'instrumentale du Gedankenkarussell de Krimh.

Il y a la page lastfm "artistes similaires" qui est bien fournie Clin d'oeil
http://www.last.fm/fr/music/Animals+as+Leaders/+similar
Foulbz citer
Foulbz
02/10/2018 10:21
note: 9/10
Cet album est un bijou !
Cette chro tombe à pic, groupe découvert totalement par hasard sur Spotify (découverte de la semaine) en début d'année.
Depuis c'est le coup de foudre et pourtant le Metal Prog n'est pas du tout mon domaine. J'ai écouté à une époque du Dream Theater, donc autant dire que je n'y connais rien...
Mais là il se passe quelque chose !
Je suis donc preneur de groupe du genre à écouter absolument.
CAFOOOO !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Animals as Leaders
Djent / Progressive Metal
2016 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (9)  7.89/10

plus d'infos sur
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Djent / Progressive Metal - 2007 - Etats-Unis
  

vidéos
Cognitive Contorsions
Cognitive Contorsions
Animals as Leaders

Extrait de "The Madness of Many"
  

tracklist
01.   Arithmophobia  (6:01)
02.   Ectogenesis  (4:56)
03.   Cognitive Contortions  (4:29)
04.   Inner Assassins  (5:30)
05.   Private Visions of the World  (4:57)
06.   Backfeifengesicht  (4:27)
07.   Transcentience  (5:32)
08.   The Glass Bridge  (5:04)
09.   The Brain Dance  (7:01)
10.   Apeirophobia  (4:59)

Durée : 52:56

parution
11 Novembre 2016

voir aussi
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Animals As Leaders

2009 - Prosthetic Records
  
Animals as Leaders
Animals as Leaders
Weightless

2011 - Prosthetic Records
  
Animals as Leaders
Animals as Leaders
The Joy of Motion

2014 - Sumerian Records
  

Essayez aussi
Krimh
Krimh
Gedankenkarussell

2017 - Autoproduction
  
Meshuggah
Meshuggah
Contradictions Collapse

1991 - Nuclear Blast Records
  

USBM is SH*T
Lire le podcast
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream
Lire la chronique
Sabaton
The Great War
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique