chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vreid - Lifehunger

Chronique

Vreid Lifehunger
Mais où se cache la chronique de Sólverv ? Sur mon PC. Quelques lignes dans un fichier Word pour finalement la mettre de côté tellement leur black ‘n’ roll de troisième zone me donne de l’urticaire (après un Welcome Farewell atroce)… Avec Vreid c’est un peu « je t’aime, moi non plus », jongle entre ce black ‘n’ roll du pauvre et black norvégien hivernal touchant. Des débuts timides pour ma part puis un coup de cœur en 2009 et la sortie de Milorg (ah ce « Alarm »), s’en suivra un retour à leur feeling « garage rock » mais au travail de composition juste intolérable pour des musiciens au tel CV. A fortiori après l’arrivée du talentueux lead guitariste Strom (Mistur, ex-Cor Scorpii) pour un line-up « 100% ex-Windir ». Pour ce huitième opus Lifehunger au packaging léché, le quatuor norvégien fait désormais partie de notre label local Season Of Mist et ma foi le teasing donne envie d’approfondir.

Le syndrome de la page blanche s’efface. Comme moi vous avez dû entendre les premiers extraits alléchants, c’est un retour à l’adolescence pour les membres de Vreid (et plus spécialement au meneur Hváll). Place à un black metal 90’s mélodique scandinave, son de guitare « lo-fi » inclus (hommage au studio Grieghallen). Ouverture folk acoustique « Flowers & Blood » puis la déferlante imparable « One Hundred Years » (à la fibre Ulver, période Bergtatt) suivi de l’enragé « Lifehunger » (production bien imposante). Ah oui, la donne a changé. Du classique norvégien donc mais aussi du suédois. Outre l’inévitable Bathory, arpèges à la sauce Dissection sur le break de « The Dead White » ou l’intro de « Black Rites in the Black Nights ». Evidemment l’ombre Windir plane toujours, les mélodies en tremolo de « One Hundred Years » ou le break de « Heimatt » (3:07), hommages à leur défunt acolyte Valfar. Le gap en terme de composition (structures, arrangements, modulation des débits…) avec les deux précédentes galettes est assez impressionnant, l’ouverture et le final instrumental « Heimatt » comme véritable pied de nez. Vreid ose, 6 minutes ambiancées au riff mélodique doomy leitmotif (sonorités d’un Paradise Lost). Comme un doux rappel de Milorg.

Alors oui, rien de bien rafraîchissant (« potpourri » du black metal de leur jeunesse) mais une saveur qui manquait depuis longtemps à la bande de Sogndal. Quelques moments de flottement sont malgré tout présents sur quasiment chaque morceau (rognages possibles) et les tares « rock ado attardé » antérieurs subsistent encore mais toujours rattrapés par un souffle black salvateur (« The Dead White » jusqu’à son break « anticosmique » à 3:08). Pourtant certains gros riffs de « jam » arrivent à fonctionner à l’instar de l’intro du morceau éponyme (« je teste les réglages de mon ampli ») comme une sorte d’effet « tremplin ». Strom demeure lui toujours aux abonnés absents, des soli/lead bridés (efficaces néanmoins, « Heimatt » en tête) qui pourraient tellement apportés quand on connaît son talent... Dans les autres doléances, une touche « dark rock » relativement anecdotique sur « Hello Darkness » (chant clair de Aðalbjörn Tryggvason (Sólstafir)) ou un « Sokrates Must Die » un peu maigre, sa mélodie et son break à la basse vrombissante de côté. Un ou deux morceaux supplémentaires n’auraient pas été non plus de refus. Ces défauts corrigés et malgré un manque de personnalité, je signe sans hésiter pour la prochaine œuvre.

Coup de théâtre de la part de Vreid. Que l’on soit bien d’accord, n’attendez rien de bouleversant sur ce Lifehunger, mais un black metal mélodique nordique « à l’ancienne » (« name dropping » de références 90’s). A la fois glacial, touchant et percutant, larguant loin derrière les deux précédents bousins à n’en point douter. Pour certains, un album qui donnera envie surtout de ressortir ses classiques de l’époque mais comme lueur d’espoir pour la suite. Le nom Vreid revient parmi les groupes à suivre. Quant à ceux encore désireux d’une suite à Windir, ils se rapprocheront plutôt du nouveau Cor Scorpii ou de Mistur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
02/10/2018 13:41
J'ai bien aimé également et assez agréablement surpris pour le coup. Ca fait un moment que le groupe ne m'intéressait plus.
Fabulon citer
Fabulon
02/10/2018 12:58
Bon je m'apprêtais à faire l'impasse vu la qualité etronesque des deux derniers, mais ta chro m'intrigue. On va lui laisser une chance du coup !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vreid
Black Metal mélodique
2018 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines : (8)  8.02/10

plus d'infos sur
Vreid
Vreid
Black Metal mélodique - 2004 - Norvège
  

tracklist
01.   Flowers & Blood  (01:50)
02.   One Hundred Years  (05:39)
03.   Lifehunger  (05:35)
04.   The Dead White  (04:59)
05.   Hello Darkness  (04:39)
06.   Black Rites in the Black Nights  (06:25)
07.   Sokrates Must Die  (03:28)
08.   Heimatt  (06:00)

Durée : 38:35

line up
parution
28 Septembre 2018

voir aussi
Vreid
Vreid
Welcome Farewell

2013 - Indie Recordings
  
Vreid
Vreid
V

2011 - Indie Recordings
  
Vreid
Vreid
I Krig

2007 - Indie Recordings
  
Vreid
Vreid
Milorg

2009 - Indie Recordings
  
Vreid
Vreid
Kraft

2004 - Tabu Recordings
  

Essayez aussi
Vintergeist
Vintergeist
Nemossos (Démo)

2014 - Autoproduction
  
Catamenia
Catamenia
Morning Crimson

1999 - Massacre Records
  
Hegemon
Hegemon
The Hierarch

2015 - Season Of Mist
  
Decameron
Decameron
My Shadow...

1996 - No Fashion Records
  
Sargeist
Sargeist
Feeding the Crawling Shadows

2014 - World Terror Committee Records
  

Soundgarden
Down On The Upside
Lire la chronique
Ad Patres
A Brief Introduction To Hum...
Lire la chronique
Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview