chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
138 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wastes - Into the Void of Human Vacuity

Chronique

Wastes Into the Void of Human Vacuity
Dans ce genre terriblement exigeant qu’est le funeral doom, parvenir à se hisser vers les sommets aux côtés des grands Anciens du genre n’est pas chose aisée. C’est ce dur chemin que Wastes, jeune groupe français composé de vieux loups (Frédéric Patte-Brasseur d’Ataraxie/Funeralium ou Laurent Chaulet de Mouning Dawn), tente d’arpenter avec Into the Void of Human Vacuity, son premier effort longue durée. Avec réussite.

Etalé sur 7 titres d’une durée moyenne de 7 minutes, simplement désignés par un numéro, Wastes entâme son périple de manière classique, par une intro qui fouille les abysses, tout en résonnances et en menaces larvées. Classique mais pas inutile car, d’emblée, cette intro place la thématique du rampant, de la menace sourde au cœur du propos alors que l’enchainement avec le second titre s’effectue dans la lourdeur appropriée, très naturellement. L’écho est puissant, la lenteur soulignant tout à la fois la lourdeur des guitares, la dissonance des accords et la profondeur de la voix. Un titre parfaitement dans les canons du genre, qui étire son désespoir comme pourraient le faire les grands Evoken ou Tyranny. Les idées ne manquent pourtant pas, comme ce changement d’accords vers les 3’25 du morceau qui donne l’impression que le titre tourbillonne, s’aère brusquement de riffs lumineux (les titres 5 et 7 sont bâtis sur les mêmes fondations) ou cette accélération en pont central qui relance l’intérêt (Pt. 6). Une très belle surprise qui relance complètement la dynamique des morceaux.

Dès le troisième morceau, le plus long, la dynamique globale s’installe. Démarrant sans coupure sur les bases du second titre, jouant sur la répétition des derniers accords, la cassure qui intervient aux 40’ offre de nouvelles perspectives, les accords lancinants conservant leur rôle de trame de fond, tapissant l’espace sonore, tandis que le couple voix/batterie lance le morceau vers d’autres rythmes, comme la basse lourde qui ponctue la structure. Là encore, les riffs lumineux qui terminent le titre offrent du relief, de la diversité sans jamais faire perdre à l’album sa densité funèbre. Et de nouveau, le titre 3 est lié au 4, ce dernier poursuivant la logique du précédent, comme pour tisser un lien entre chaque morceau et générer un bloc de matière simplement mouvant par à-coups. Ce pt. 4 joue sur un registre encore différent, plus profond, la structure étant ici dotée d’une emphase tout à fait appropriée, qui colle parfaitement à l’ambiance. Le morceau est profond, très profond mais doté d’un son qui donne le sentiment que les riffs se répandent dans l’espace sonore pour l’occuper tout entier, comme une liqueur qui remplirait doucement un verre.

Le couple lourdeur-lenteur / profondeur du son-emphase fonctionne ici à plein régime, de manière équilibrée et parfaitement naturelle, surtout lorsque des riffs aériens et alambiqués viennent encore enrichir la structure, l’enluminent littéralement (Pt. 5 notamment). Il faut le souligner ; l’architecture des morceaux est riche, les structures sont chargées en informations, ce qui reste relativement rare dans le genre (comme les bruitages mi feu de bois mi pluie sur Pt.6).

Ce Wastes déboule sans prévenir, sans grande publicité ni buzz spécifique. Et pourtant. Il mérite que vous y jetiez une oreille attentive et que vous vous laissiez happer par sa diversité autant que par la profondeur de son propos.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
06/10/2018 12:39
gulo gulo a écrit : "Entâme", c'est parce que ce doom ronge l'Âme ?

Pas faux !
gulo gulo citer
gulo gulo
06/10/2018 11:00
"Entâme", c'est parce que ce doom ronge l'Âme ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wastes
Funeral doom metal
2017 - Aural music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6/10

plus d'infos sur
Wastes
Wastes
Funeral doom metal - France
  

tracklist
01.   Pt. 1
02.   Pt. 2
03.   Pt. 3
04.   Pt. 4
05.   Pt. 5
06.   Pt. 6
07.   Pt. 7

Durée : 45:00

line up
parution
15 Juin 2017

Essayez aussi
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  
Undersmile
Undersmile
Anhedonia

2015 - Black Bow / Bttfck Srprs Rcrds
  
Tyranny
Tyranny
Tides Of Awakening

2005 - Firedoom Music
  
Deveikuth
Deveikuth
0.∅ (EP)

2016 - Autoproduction
  
Tyranny
Tyranny
Bleak Vistae (MCD)

2004 - Firebox Records
  

Sick Of It All
Wake the sleeping dragon
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique