chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drawn And Quartered - The One Who Lurks

Chronique

Drawn And Quartered The One Who Lurks
Drawn and Quartered et moi, on est vachement copain. On partage la même vision du death metal. La brutalité, l'atmosphère noire, les riffs blasphématoires, les mélodies sinistres, les Américains ont tout compris et font ça très bien depuis 25 ans, hormis un premier album anecdotique, To Kill Is Human. Ça a donc toujours été un mystère pour moi que de ne pas voir le combo de Seattle obtenir davantage de crédit. Dans mon top 3 des vieux groupes de dark death metal, il ferme la marche juste derrière Incantation et Immolation. C'est donc encore avec étonnement que j'accueillis l'annonce de la signature de Drawn And Quartered sur Krucyator Productions. Chouette, un petit label français UG qui récupère ces tauliers! Mais surtout, que font les labels extrêmes plus importants au lieu de signer des clones ou des groupes à capuches ?! Tant pis pour eux et bravo à Krucyator en tout cas!

Bravo par contre, j'ai du mal à le dire à la formation cette fois-ci. Pourtant, ça faisait bien plaisir de retrouver le trio d'outre-Atlantique qui n'avait pas pondu de longue-durée depuis plus de six ans. Il y a bien eu l'album-démo Proliferation Of Disease en 2016 mais la production sonnait tellement crue qu'il était difficile de juger l'œuvre. La sortie de ce The One Who Lurks, un vrai album, marquait donc la fin d'une longue attente. Ça ne s'est toutefois pas aussi bien passé qu'escompté. D'abord cette pochette de l'illustrateur attitré Gabriel Byrne, qui a réalisé toutes les couvertures d'album de D&Q (ainsi que celle de l'excellent unique album de Serpens Aeon, combo du batteur de To Kill Is Human). Très belles couleurs typiques de l'artiste mais les deux personnages principaux, bof bof. Et puis surtout un premier extrait, "Deliverance To The Worms", pour le moins décevant. Si la compo en elle-même n'est pas dégueulasse quoique bien en-dessous de ce que les Ricains ont fait de mieux, un truc auquel je n'arrive pas à faire abstraction me chiffonne. La batterie. Qu'est-ce que c'est que ce son plastique dénué de tout feeling et de toute brutalité?! Les blast-beats sonnent creux, il n'y a aucune nuance entre les toms (à peine avec la caisse claire). Sachez-le, le batteur historique Dario Derna (Ritual Chamber, ex-Infester, Funebrarum, Evoken, Abazagorath...) a quitté le navire peu après la sortie du très bon Feeding Hell's Furnace (2012). Une très mauvaise nouvelle pour qui, comme moi, adore ce cogneur fou. Une perte lourde que n'arrive pas à compenser le nouveau venu Simon Dorfman. Difficile de juger son jeu qui me semble toutefois en-deçà de l'Italo-Américain, notamment au niveau des blast-beats bien trop faiblards, mais rien que la production affreuse de la batterie gâche le plaisir d'écoute. Quand on se rappelle comment les blasts claquaient sur Hail Infernal Darkness, ça fait franchement mal aux oreilles et ça fout grave les boules.

Est-ce que les écoutes répétées depuis des semaines de The One Who Lurks ont réussi à faire passer la pilule ou tout du moins atténuer l'amertume? Un peu, heureusement. Car derrière, les compos sont plutôt bien branlées, ce qui est d'autant plus frustrant. Si l'on arrive à mettre de côté cette batterie irritante, on se retrouve avec un album de Drawn And Quartered tout ce qu'il y a de plus typique. Et c'est un compliment. Du death metal sombre et brutal qui fonce dans le tas tout en imposant une ambiance fuligineuse des plus prenantes. Des blasts, des séquences plombées, des leads mélodiques sinistres, des solos infernaux tourmentés, des harmoniques sifflées possédées, le growl caverneux terrifiant et hanté de Herb Burke, tout y est. Ils sont légions les groupes de death metal à faire dans le evil mais D&Q eux ont leur propre patte. On reconnait ainsi sans peine le jeu caractéristique du guitariste Kelley Kuciemba qui maîtrise l'art noir depuis de nombreuses années, avec ce feeling mélodique si particulier. Là il y a de quoi se faire plaisir pour tout amateur de death metal qui se respecte. Le morceau d'ouverture "Nefarious Rites" bien lourd et lugubre qui pose direct ses couilles sur l'échafaud, l'accélération à la double de "Ravage The Cadaver" dans une atmosphère de terreur jouissive après un début écrasant déjà bien sinistre, le riff mélodique savoureux de "Horned Shadows Rise" sur une rythmique thrashie d'enfer et les vocaux fantomatiques blindés de delay, le démarrage en trombe jubilatoire de "Temples Of Arcane Devotion" (qui aurait toutefois eu bien plus d'impact avec un vrai bon batteur...), la noirceur soufrée du duo final "The One Who Lurks" / "Portals Of Communion"... On note d'ailleurs une inclinaison vers les tempos plombés et les environnements funestes qui vont avec sur ce septième album du trio. Pas que ça manque de moments bovins ou que D&Q fasse désormais dans le doom/death mais on a connu les Américains plus pressés. Pas un mal finalement vu que les séquences blastées tombent à l'eau grâce à cette merveilleuse batterie qui passe mieux sur les rythmiques moins enlevées, la caisse claire n'étant plus le point crucial. Cela n'empêche cependant pas de ressentir quelques longueurs sur la fin malgré les qualités des deux derniers titres qui auraient pu être écourtés, en particulier "The One Who Lurks", plus longue piste avec ses presque sept minutes. Comme quoi il n'y a pas que cette satanée batterie au rayon défauts! Je pousserais même la critique un peu plus loin en disant que, même si les compositions s'avèrent dans l'ensemble très correctes, certaines se révèlent moins inspirées. Là, on pointera du doigt "Deliverance To The Worms", qui n'a servi qu'à m'avertir du gros souci de l'opus et "Carnal Transmigration", morceau bourrin et expéditif peu passionnant.

Voilà donc que Drawn And Quartered me déçoit vraiment pour la première fois. Même Merciless Hammer Of Lucifer, pourtant clairement en-dessous du triptyque infernal Extermination Revelry (le meilleur!) / Return Of The Black Death / Hail Infernal Darkness (ça c'était de la batterie!), ne m'avait pas laissé ce goût amer. Ne soyons pas non plus trop durs, The One Who Lurks reste loin d'être tout pourri et propose son lot de passages enthousiasmants. D&Q n'a pas perdu ses qualités dans l'exécution d'un death metal à l'ancienne qui marie brutalité et noirceur comme peu. Mais vu la carrière du gang de Seattle, on pouvait en attendre un peu plus, lui qui avait convaincu sans peine sur le précédent Feeding Hell's Furnace. Car même s'il n'y avait pas cette batterie détestable, ce "détail" qui gâche tout mais que je n'ai pas vu beaucoup critiqué sur la Toile (putain il n'y a que moi que ça gêne?!), l'opus n'aurait de toute façon pas atteint les sommets que la formation a déjà conquis. On placera dès lors The One Who Lurks juste devant To Kill Is Human dans la discographie des Américains, derrière tous les autres. Si le groupe conserve évidemment toute ma sympathie et mon soutien et que j'ai tout de même pris du plaisir à écouter ce The One Who Lurks qui a bien des qualités à revendre à tous ceux aimant leur death metal le plus foncé possible , je n'aurais qu'une chose à dire: bring back Dario!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
06/10/2018 18:27
note: 6.5/10
Ander a écrit : Keyser a écrit : Car même s'il n'y avait pas cette batterie détestable, ce "détail" qui gâche tout mais que je n'ai pas vu beaucoup critiqué sur la Toile (putain il n'y a que moi que ça gêne?!)

Haha, je me faisais la même réflexion quand je checkais des kros du dernier Antichrist Imperium, personne qui vient se plaindre de ce son de batterie digne d'une BAR, moi ça m'agace aussi surtout quand le groupe est dans le circuit depuis un moment, j'ai un peu de mal à comprendre ces choix artistiques, sûrement dû à des contraintes budgétaires je sais bien, mais ça fait chier quand même.

J'essayerais de le chopper ce disque, ou j'hésite à attendre une possible réédition avec la démo Profileration Of Disease qui sait... Sinon c'est moi ou la voix est bien haut dans le mix?



Bah ouais perso moi ça me gâche l'écoute. Non seulement la batterie fait plastoc mais en plus on entend pas la caisse claire qui se confond avec les toms. C'est ça le pire. V'là les blasts de rigolos... quand je vois que personne n'en parle j'ai l'impression d'être le seul à l'entendre ou d'être complètement mono-maniaque haha. Mais vu que c'est dans l'air du temps ces prods batterie synthétiques, les gens finissent peut-être par s'y habituer et ne plus y faire attention. Perso je trouve que ça ne colle pas du tout à un groupe traditionnel comme D&Q.

Cela dit comme je l'ai écrit, c'est pas du tout mauvais et ça fera pas non plus tâche dans ta collec'. Je te conseille de le prendre directement sur la distro du label français Krucyator, ils ont aussi réédité la démo (compte pas sur une réédition avec l'album et la démo par contre). T'en auras pas pour cher Clin d'oeil
Ander citer
Ander
06/10/2018 16:54
Keyser a écrit : Car même s'il n'y avait pas cette batterie détestable, ce "détail" qui gâche tout mais que je n'ai pas vu beaucoup critiqué sur la Toile (putain il n'y a que moi que ça gêne?!)

Haha, je me faisais la même réflexion quand je checkais des kros du dernier Antichrist Imperium, personne qui vient se plaindre de ce son de batterie digne d'une BAR, moi ça m'agace aussi surtout quand le groupe est dans le circuit depuis un moment, j'ai un peu de mal à comprendre ces choix artistiques, sûrement dû à des contraintes budgétaires je sais bien, mais ça fait chier quand même.

J'essayerais de le chopper ce disque, ou j'hésite à attendre une possible réédition avec la démo Profileration Of Disease qui sait... Sinon c'est moi ou la voix est bien haut dans le mix?

Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/10/2018 16:02
note: 7/10
Pas un mauvais album sur le fond mais moins inspiré par moment et comporte même des longueurs inhabituelles pour le groupe, tout comme cette batterie vite fatiguante. Un disque de plus dans leur discographie mais qui restera moins marquant que les précédents
Sim citer
Sim
06/10/2018 17:54
note: 8/10
Ouch sévère! A part la batterie, dont tu parles justement, je ne trouve pas de gros défauts me faisant lâcher l'album. Je l'écoute depuis un moment et il me lasse peu (sauf un ou deux morceaux). On y retrouve toute la palette de Kuciemba, toujours aussi incroyable ce mec, et c'est tellement au dessus du riffing des sorties death metal actuelles que je prends mon pied.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drawn And Quartered
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  7.75/10
Webzines : (6)  7.95/10

plus d'infos sur
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Death Metal - 1994 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Nefarious Rites  (05:44)
02.   Ravage The Cadaver  (05:40)
03.   Horned Shadows Rise  (04:32)
04.   Deliverance To The Worms  (03:18)
05.   Temples Of Arcane Devotion  (06:01)
06.   Carnal Transmigration  (02:41)
07.   The One Who Lurks  (06:50)
08.   Portals Of Communion  (05:28)

Durée : 40:14

line up
parution
27 Juillet 2018

voir aussi
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Merciless Hammer Of Lucifer

2007 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Extermination Revelry

2003 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Hail Infernal Darkness

2006 - Moribund Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
To Kill Is Human

1999 - Autoproduction
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Return Of The Black Death

2004 - Moribund Records
  

Essayez plutôt
Defenestration
Defenestration
Gutter Perdition (EP)

2018 - Xenokorp
  
Vanhelgd
Vanhelgd
Relics Of Sulphur Salvation

2014 - Pulverised Records
  
War Master
War Master
Pyramid Of The Necropolis

2011 - Rescued From Life Records
  
Yyrkoon
Yyrkoon
Occult Medicine

2004 - Osmose Productions
  
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf (Split 7")

2011 - Doomentia Records
  

Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique
Keys of Orthanc
Dush agh Golnauk
Lire la chronique
Godskill
The Gatherer Of Fear And Blood
Lire la chronique
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Totalitarian
Bloodlands (EP)
Lire la chronique
Malenuit
Incandescente (EP)
Lire la chronique
Kampfar
Ofidians Manifest
Lire la chronique
Murdryck
Födelsen
Lire la chronique