chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
112 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Jesus Piece - Only Self

Chronique

Jesus Piece Only Self
Jesus Piece. Une seule question se pose ici : arriveront-ils à être aussi sauvages que le jeu de mots qui compose leur nom ?

EH BEN OUAIS. La couleur est annoncée, et les promesses sont tenues : point de paix ici, que des morceaux qui volent dans tous les sens. Des morceaux de quoi ? Des morceaux de ce que vous voulez, le groupe de Philadelphie détruit de toute façon tout sur son passage.

Dès ‘Lucid’, tout est lâché à fond, des fûts martelés à mort à la voix brutale au possible, et c’est parti pour tout fracasser dans son salon en tapant du pied (non ? Y a que moi qui fais ça ?) pour les trois quarts des titres. Rien de bien particulier à dire ici, à part que Jesus Piece a tout compris au hardcore : on ne cherche pas à révolutionner quoi que ce soit, et on mise tout sur l’efficacité.

Et là-dessus, bingo, les riffs sont en béton armé, la batterie se prend pour un marteau-pilon à vapeur, la basse vous tire vers le bas par les entrailles et la voix vous hurle dans les oreilles des slogans sympatoches tels que « WAKE, WORK, BREAK, SUFFER » : tous les ingrédients sont réunis, la sauce prend, le pit n’attend que vous. La tradition voudrait que je vous fasse ici une petite liste d’instants de bravoure avec time codes et descriptifs juteux, mais avec un album pareil, il faut pas déconner, vous prenez n’importe quel titre, vous attendez quinze secondes, et vous avez une moshpart de barbare qui vous tombe sur le coin de la tronche en ricanant parce que vous ne l’avez même pas vue venir. Que du bonheur. On pense pas mal à Harms Way, mais un Harms Way qui aurait de l’inspiration à revendre et « bagarre » tatoué en grosses lettres sur le bide.

Cerise sur le gâteau de cet énorme amas de mandales : ‘In The Silence’. Avec son arpège inquiétant et son rythme qui traîne la patte, ce titre arrive à tomber en plein milieu de l’album sans le ralentir, mais en l’engluant encore plus dans son ambiance de machines rouillées (voir la pochette) et de mécaniques grinçantes avant de prendre son temps pour le final le plus mastoc de l’album. Cette chanson vaut à elle seule l’achat de Only Self.

Le groupe qui me réconcilie avec les signatures chez Southern Lord ? Oh que oui. Avec un hardcore qui sonne très moderne tout en gardant les pieds bien plantés dans la tradition, et une des meilleures voix de ces derniers temps (‘Dog No Longer’ ? Mouais, l’homme n’a jamais été aussi proche du rotweiller, et c’est un compliment), Jesus Piece s’impose comme un des gros noms à retenir ces derniers temps, et balance un premier full-length qui sent bon l’album de brutes de l’année. NOTHING LEFT, ONLY SELF.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
08/10/2018 20:41
note: 7.5/10
C'est cool ouaip, son parfait, ambiance parfaite, industrielle, mentale, physique, le tout en même temps s'il vous plaît, mais il manque juste un truc pour que ça me mette sur les genoux. Peut-être sur le prochain ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jesus Piece
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  7.5/10
Webzines : (3)  7.86/10

plus d'infos sur
Jesus Piece
Jesus Piece
Hardcore - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Lucid  (03:15)
02.   Workhorse  (01:59)
03.   Punish  (02:58)
04.   Curse Of The Serpent  (02:09)
05.   In The Silence  (04:15)
06.   Adamant  (02:04)
07.   Neuroprison  (02:04)
08.   Dog No Longer  (03:19)
09.   I  (03:01)
10.   II  (04:20)

Durée : 00:29:23

Essayez aussi
Pulling Teeth
Pulling Teeth
Martyr Immortal

2007 - Deathwish Inc.
  
Detest
Detest
Turmoil (EP)

2012 - Autoproduction
  
Rat Path
Rat Path
Mean Streets (EP)

2013 - Autoproduction
  
dEFDUMp
dEFDUMp
David versus Corporate Society

2000 - Autoproduction
  
Bent Life
Bent Life
Bent Life (EP)

2012 - 6131 Records
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique