chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
147 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cultes Des Ghoules - Sinister, Or Treading The Darker Paths

Chronique

Cultes Des Ghoules Sinister, Or Treading The Darker Paths
Fin 2016, Cultes Des Ghoules surprenait tout son petit monde avec la sortie d’une pièce colossale et particulièrement ambitieuse de plus de quatre-vingt-dix minutes intitulée Coven, Or Evil Ways Instead Of Love. Un troisième album particulièrement ambitieux paru à la surprise générale puisqu’aucune communication n’avait été faite en amont, que ce soit par le label ou par le groupe. Contre toute attente, Cultes Des Ghoules était de retour l’année suivante avec un excellent split en compagnie de Sepulchral Zeal. Certes, le morceau dispensé par les Polonais n’était pas de première fraîcheur mais pour être honnête je ne m’attendais pas à les voir revenir aussi tôt. Et là, moins de deux ans après cette pièce de théâtre musicale aussi difficile à appréhender que réussie, voilà que Mark Of The Devil et ses compagnons d’infortune nous refont exactement le même coup avec la sortie encore une fois bien gardée de leur quatrième album intitulé Sinister, Or Treading The Darker Paths.

Pour illustrer ce nouveau méfait, les Polonais ont une fois de plus fait appel à leur compatriote Mar.A. La demoiselle a pour l’occasion changé de registre avec un travail beaucoup plus sombre et sinistre que celui très coloré et aux formes beaucoup plus diffuses réalisé pour Coven, Or Evil Ways Instead Of Love. Et si les yeux sont tout de suite attirés par cette main menaçante brandissant une dague ensanglantée, sachez tout de même que l’on distingue en arrière-plan un bébé à l’agonie (je me permets de vous le préciser car je ne l’ai moi-même vu pour la première fois que très récemment). On est ainsi bien loin des errements boisés suggérés par l’artwork du précédent album. De la même manière, et en dépit d’un titre reprenant la même syntaxe, Sinister, Or Treading The Darker Paths n’entend pas réitérer l’exercice de l’opéra morbide mis en musique. Certes, il y a bien une idée de concept derrière ce nouvel album mais il n’y a cette fois-ci aucun personnage pour nous conter ces histoires de sorcelleries, de mort, de possessions et de Diable.

Redescendu sous la barre psychologiquement acceptable des soixante minutes, ce nouvel album se fait d’ores et déjà plus accessible. Cinq titres de plus ou moins dix minutes, rien de particulièrement choquant pour Cultes Des Ghoules habitué à ce genre de format allongés. Mais pourtant, les choses ne sont pas forcément plus faciles pour autant. En effet, les Polonais ouvrent leur quatrième album avec "Children Of The Moon", un titre lent et extrêmement répétitif pendant lequel Cultes Des Ghoules ne va faire que servir ad nauseam le même pattern entêtant. Une tactique de répétition qui a pour but d’entraîner l’auditeur dans une espèce de spirale psychologique infernale. La seule chose qui va alors un tant soit peu évoluer tout au long de ces sept minutes sera le chant toujours aussi exceptionnel de Mark Of The Devil. Je l’ai déjà dit mais je n’ai pas d’autre choix que de le répéter tant cette voix malveillante aux multiples personnalités est assurément l’un des principaux atouts du groupe. Un point sur lequel repose effectivement une bonne partie de l’identité de Cultes Des Ghoules grâce à cette aptitude à embrasser tous les aspects de la folie dans ce qu’elle a de plus sournois et de dérangeant. Il y a peu de voix dans le Black Metal capable de me coller de véritables frisson mais celle de Mark Of The Devil y arrive à tous les coups (même si je trouve sa prestation moins remarquable sur Henbane - tout le monde se souvient de ce "Vintage Black Magick" d’anthologie).
Parmi toutes ces petites choses qui caractérisent également Cultes Des Ghoules, on retrouve notamment la production du leader de Mgla qui signe ici un travail en tous points identiques à ce qu’il a pu faire précédemment sur Henbane et Coven, Or Evil Ways Instead Of Love. Une signature sonore marqué par ce caractère abrasif et faussement bancal qui confère au Black Metal des Polonais une impression très forte d’authenticité. Certes, on est ici un petit peu comme à la maison mais il y a toujours eu dans cette âpreté et ce son finalement assez naturel quelque chose de terriblement envoutant. Un charme à la fois désuet et pourtant si juste qui nourrit ces atmosphères sinistres portées par des compositions jamais vraiment très faciles d’accès. Car c’est une autre des particularités de Cultes Des Ghoules, penser ses morceaux comme un enchevêtrement de séquences n’ayant pas nécessairement entre elles de véritable cohérence. Ce choix qui n’est pas anodin va demander de la part de l’auditeur, qu’il soit un habitué ou non, un véritable effort d’engagement pour espérer pouvoir pénétrer l’univers sombre et tourmenté des Polonais. Encore une fois, il m’a donc fallu un certain nombres d’écoutes avant de pouvoir apprécier à sa juste valeur ce Sinister, Or Treading The Darker Paths. Et pour être tout à fait honnête, il m’en a même nécessité davantage que son prédécesseur qui malgré sa durée excessive avait su m’attraper plus rapidement.

Outre ce premier morceau compliqué qui ne donne pas nécessairement envie d’aller voir plus loin et qui pourtant, par ce caractère répétitif assez repoussant, nourrit quelque chose de de terriblement fascinant, il faut reconnaître que les quatre autres autres morceaux ne m’ont pas autant séduits que ceux des deux albums précédents. Pourtant, le groupe fait preuve du même talent ainsi que de beaucoup d’originalité dans la construction de ses compositions, prenant soin de surprendre mais également de pousser l’auditeur dans ses plus profonds retranchements (comme par exemple ce break basse/batterie faussement jazz sur "Where The Rainbow Ends" à 2:13). Mais en fait il faut juste se rendre à l’évidence, alors que rien n’a fondamentalement changé, je trouve que ce Sinister, Or Treading The Darker Paths est finalement un peu en deçà de ces deux prédécesseurs, probablement parce qu’il manque quelques moments vraiment marquants qui faisaient de Henbane et Coven, Or Evil Ways Instead Of Love des albums aussi forts. Car malgré tout le talent de Cultes Des Ghoules, tout le soin apporté une fois de plus par le groupe pour faire de cet album quelque chose de toujours aussi remarquable, je sans au plus profond de moi que l’enthousiasme n’est pas aussi grand qu’auparavant. Et cela, sans que je puisse vous dire que c’est ce soit la faute de compositions mal pensées, de riffs peu inspirés ou de mises en place hasardeuses… C’est juste que pour le coup, ça le fait moins, un tout petit moins.

Et pourtant, si ce Sinister, Or Treading The Darker Paths n’est pas un album aussi intense et aussi séduisant que ces deux prédécesseurs à mes yeux, il reste un disque d’une grande richesse, ne se dévoilant qu’au fil d’un certain nombre d’écoutes attentives, nécessitant comme toujours de notre part une certaine exigence dans notre rôle d’auditeur. Il est également une fois de plus le reflet d’un groupe à la personnalité très forte, ne ressemblant finalement à rien d’autre dans le paysage Black Metal actuel ce qui, en soit, en fait déjà un vrai cas d’école sachant qu’il s’agit tout de même d’un groupe relativement récent. Bref, ce Sinister, Or Treading The Darker Paths est un album une fois de plus très particulièrement bien ficelé sur lequel on retrouve tout ce qui faisait déjà le charme de Cultes Des Ghoules : cette âpreté dans le son, ce côté bancale dans l’exécution, ces atmosphères sinistres et saisissantes et cette voix absolument folle et inquiétante. Et pourtant, pour je ne sais pas quelle raison valable, celui-ci me fait tout simplement un peu moins d’effet. Rien de dramatique en soit mais à choisir, Henbane et Coven, Or Evil Ways Instead Of Love auront toujours ma préférence, enfin pour le moment...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
15/11/2018 20:40
Assez déçu de cet album, Henbane est extraordinaire, Coven intéressant mais en dessous, et celui-là quand même assez moyen, mais c'est vrai que la première piste aide pas...
AxGxB citer
AxGxB
13/11/2018 07:45
note: 8/10
Batu a écrit : "tout le monde se souvient de ce "Vintage Black Sorcery" d’anthologie)."


Vintage Black Magic, non? Sourire


En effet, c'est corrigé. Merci Clin d'oeil
Batu citer
Batu
12/11/2018 18:32
note: 8/10
"tout le monde se souvient de ce "Vintage Black Sorcery" d’anthologie)."


Vintage Black Magic, non? Sourire
Sagamore citer
Sagamore
12/11/2018 13:14
note: 8/10
Pour moi supérieur au précédent car plus direct... Et infiniment plus scabreux. Un très bon disque qui, comme un "Massacre à la tronçonneuse", colle à la peau et hante longtemps après la première écoute. Moins prenant qu'Henbane effectivement, mais plus efficace, je trouve.
dantefever citer
dantefever
12/11/2018 11:29
note: 8/10
Fanatique du groupe, j'ai pris pas mal de temps également pour apprécier l'album, ayant été un peu déçu aux premières écoutes. Finalement je l'aime beaucoup, et j'apprécie ce style quelque part entre Haxan et Henbane. Je trouve tout comme toi qu'il n'est pas aussi monumental que les précédents. C'est "juste" un excellent album, que je me repasse au final assez souvent. Moins fan en revanche de la pochette.

Bon sinon, Mark of the Devil est effectivement l'une des meilleures voix du black metal. Il est complètement unique et monstrueux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cultes Des Ghoules
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  7.58/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Black Metal - 2004 - Pologne
  

tracklist
01.   Children Of The Moon  (07:18)
02.   Woods Of Power  (10:59)
03.   Day Of Joy  (11:51)
04.   The Serenity Of Nothingness  (11:59)
05.   Where The Rainbow Ends  (12:54)

Durée : 55:01

line up
parution
23 Septembre 2018

voir aussi
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
The Rise Of Lucifer (EP)

2015 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Henbane

2013 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Spectres Over Transylvania (EP)

2011 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Coven, Or Evil Ways Instead Of Love

2016 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Häxan

2008 - Under The Sign Of Garazel Productions
  

Essayez aussi
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  
Ritual Knife
Ritual Knife
Hate Invocation

2017 - Fallen Empire Records
  
Lykaionas
Lykaionas
The Diabolical Manifesto

2018 - Hammer Of Damnation
  
Whoredom Rife
Whoredom Rife
Dommedagskvad

2017 - Terratur Possessions
  
Ninkharsag
Ninkharsag
The Blood of Celestial Kings

2015 - Candlelight Records
  

Soundgarden
Down On The Upside
Lire la chronique
Ad Patres
A Brief Introduction To Hum...
Lire la chronique
Fange
Punir
Lire la chronique
Vlad Tepes
Celtic Poetry (Démo)
Lire la chronique
Miscarriage
Imminent Horror
Lire la chronique
PPCM #9 - Petites Promenades Côté MELODEATH (Partie 1 : Du POWER au MELODIC DEATH)
Lire le podcast
Saor
Forgotten Paths
Lire la chronique
Funereal Presence
Achatius
Lire la chronique
Fetid
Sentient Pile Of Amorphous ...
Lire la chronique
Fall Of Seraphs / Trepanator
Incarnation Of Torture (Sp...
Lire la chronique
Reversed
Widow Recluse (Démo)
Lire la chronique
Lykaionas
The Diabolical Manifesto
Lire la chronique
Thy Dying Light
Cold In Death (EP)
Lire la chronique
Le corbeau, l'ami du black metal !!!
Lire le podcast
Ascension + Necros Christos + Venenum
Lire le live report
Windhand
Eternal Return
Lire la chronique
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra
Lire la chronique
Sinmara
Hvísl Stjarnanna
Lire la chronique
Aera
The Craving Within
Lire la chronique
Mooncitadel
Moon Calls To Wander... ......
Lire la chronique
Confessor A.D.
Too Late To Pray (EP)
Lire la chronique
Elder
Reflections Of A Floating W...
Lire la chronique
Warmoon Lord
Burning Banners of the Fune...
Lire la chronique
Véhémence
Par le sang versé
Lire la chronique
Napalm Death
Live Corruption (Live)
Lire la chronique
Menace Ruine
Union of Irreconcilables
Lire la chronique
Menace Ruine
The Die Is Cast
Lire la chronique
Affliction Gate
Last Night Wandering (EP)
Lire la chronique
Malist
In the Catacombs of Time
Lire la chronique
Lunar Shadow pour "The Smokeless Fires".
Lire l'interview