chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ghastly - Death Velour

Chronique

Ghastly Death Velour
En dépit d’un premier album paru en 2015 sur l’excellent label anglais Me Saco Un Ojo (Undergang, Ataraxy, Necromaniac, Gorephilia…), j’avoue être complètement passé à côté du cas de Ghastly. Pourtant, le groupe avait déjà les arguments pour convaincre mais le peu de publicité et d’écho fait autour de ce premier essai n’ont probablement pas aidé. Il faudra ainsi attendre 2018 et la sortie de Death Velour sur 20 Buck Spin Records pour que je rencontre le chemin de ces Finlandais et que je me décide à m’y intéresser.
Paru au Printemps dernier, ce deuxième album m’a rapidement intrigué, en grande partie à cause de son artwork signé Riikka Pesonen qui, par certains aspects, me fait beaucoup penser à celui de l’unique album de Funebre paru en 1991, Children Of The Scorn. En tous cas, ayant toujours eu un faible pour ce genre de couleurs bleutées/violacées lorsqu’il s’agit de musique extrême, je ne risquais pas de passer cette fois-ci à côté de Ghastly.

Formé en 2011 par Micke Suvanto et Sami Harju, tous les deux membres du groupe de Doom progressif Garden Of Worm, Ghastly nourrit de par son pédigré de fortes prédispositions envers les musiques dites mid-tempo. N’attendez donc pas de Death Velour qu’il vous colle à votre fauteuil par excès de blasts et autres riffs éclairs puisque le duo préfère s’exprimer ici à travers une musique beaucoup plus nuancée, ponctuée il est vrai par de nombreuses accélérations évidemment bienvenues mais aussi relativement contenues. Dans ces moments les plus éthérés, la démarche tend à rappeler celle des Espagnols d’Ataraxy (voir Morbus Chron dans ses dernières œuvres), notamment dans ce travail effectué sur les atmosphères. On retrouve en effet chez Ghastly cette même sensibilité pour les ambiances feutrées et vaporeuses, notamment via l’utilisation de leads mélodiques, envoûtants desquels émanent une impression de désespoir et de mélancolie à l’image de ceux que l’on peut trouver sur "Death By Meditation", "Whispers Through The Aether", "The Magic Of Severed Limbs" ou bien encore "Velvet Blue". Bien sûr, il faudra s’accommoder des séquences mid-tempo qui accompagnent ces leads mais si vous n’êtes pas réfractaires à ce genre de Death Metal qui déroule ses riffs tranquillement sans chercher à vous écraser la tronche dans une démonstration de force tout en puissance et en testostérone, je ne vois pas de raison de ne pas se laisser séduire par la formule dispensée ici par Ghastly.

A ces moments de Death Metal que l’on pourrait qualifier de contemplatifs et aériens, vont venir s’opposer quelques accélérations thrashisantes particulièrement bien senties qui vont permettre de relever le rythme et apporter au passage davantage de relief à l’ensemble. En amenant ainsi une certaine dynamique à sa formule, le groupe finlandais va réduire au passage la possibilité de voir pointer l’ennui d’une cadence jugée trop pépère même si, en toute transparence, les amateurs purs et durs de Death Metal moins subtil n’y trouverons probablement pas leur compte. Quoi qu’il en soit, ces quelques passages, plus ou moins longs, plus ou moins soutenus, que l’on retrouve sur "Death By Meditation", "Whispers Through The Aether", la première partie de "Velvet Blue", la deuxième de "Violence For The Hell Of It" (avec sa steel drum donnant une étonnante sonorité venue des îles) ou sur "Scarlet Woman", vont clairement rompre avec les passages plus aérés évoqués dans le précédent paragraphe et permettre à Ghastly de varier les plaisirs. Servi par une production rugueuse mais parfaitement équilibrée, ces quelques séquences font directement écho à ce que l’on peut trouver chez des groupes tels qu’Obliteration, Sepulcher, Autopsy voir Nekromantheon.

Jouons donc cartes sur table. Si vous êtes de ceux qui n’apprécient pas le dernier album d’Ataraxy à cause de ses errements mélodiques où qui estimez que Morbus Chron n’a sorti qu’un seul album de valable, clairement ce disque de Ghastly n’est pas pour vous. Si par contre vous n’entrez pas dans ces deux catégories, alors il y a déjà un peu plus de chances pour que vous puissiez vous laissez séduire par ce Death Metal crépusculaire aux ambiances aussi feutrées qu’envoûtantes et aux accélérations aussi salvatrices que mesurées. Certes, Ghastly ne risque pas d’émouvoir les amateurs de brutalité à n’en plus finir mais tous ceux qui apprécient de temps à autre de poser leurs oreilles sur un Death Metal tout en atmosphères et en contrastes devraient trouver en Death Velour de quoi ravir leurs délicates oreilles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ghastly
Death Metal
2018 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.78/10

plus d'infos sur
Ghastly
Ghastly
Death Metal - 2011 - Finlande
  

tracklist
01.   The Awakening  (01:24)
02.   Death By Meditation  (03:22)
03.   Whispers Through The Aether  (07:24)
04.   The Magic Of Severed Limbs  (06:32)
05.   Velvet Blue  (04:07)
06.   Violence For The Hell Of It  (05:09)
07.   Scarlet Woman  (09:14)

Durée : 37:12

line up
parution
20 Avril 2018

Essayez aussi
Bone Gnawer
Bone Gnawer
Feast Of Flesh

2009 - Pulverised Records
  
Cardiac Arrest
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Despair

2018 - Memento Mori
  
The Chasm
The Chasm
The Spell Of Retribution

2004 - Wicked World
  
Infra
Infra
Initiation On The Ordeals Of Lower Vibrations (EP)

2014 - Nuclear War Now! Productions
  
Burial
Burial
Relinquished Souls

1993 - West Virginia Records
  

Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique