chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
124 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Infestus - Thrypsis

Chronique

Infestus Thrypsis
« Meeeeeerde ! ». Ah oui, c’est pas joli comme réaction, mais c’est bien le mot qui m’est venu lorsque j’ai découvert le 5ème album de ce groupe que je vénérais depuis E x | I s t en 2011. L’album suivant, The Reflecting Void avait effectivement bien enfoncé le clou il y a 4 ans, récoltant un mérité 8.5/10. « Meeeeeerde !». Et le mot apparaissaît même en majuscules dans mon esprit. Mais attention, ce n’était pas du tout le mot « bouse ! » qui me trottait à l’esprit. Le terme n’aurait pas été adapté. Parce que c’est un « merde » de déception et d’étonnement, pas un « merde » dans le sens où l’album en serait une.

Plusieurs raisons ont entrainé et expliqué la déception. La première est bien évidemment le visuel. Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de Andras, toujours membre unique, pour qu’il se dise qu’une telle pochette serait le meilleur accompagnement de sa musique ? On le sait tous, une pochette et un livret ont un rôle important. Ils ne rendent pas une musique meilleure qu’elle ne l’est, mais ils peuvent sublimer des ambiances. Et au contraire, ils peuvent aussi détruire l’imaginaire, et c’est tout à fait le cas ici. C’est un naufrage cette pochette. Elle ne représente aucunement le contenu de l’album ! Elle le gâche. C’est laid ce monsieur qui hurle des petits points noirs ! Bouh !

Mais il serait exagéré de faire porter le chapeau au visuel seul. La musique a aussi quelques responsabilités. Elle aussi a subi un lifting, léger mais suffisant pour changer la donne, et faire un peu tiquer. Le groupe gardait jusque là des ambiances sombres même s’il avait lorgnait déjà vers des aérations à la SHINING. Eh bien cette fois-ci il ouvre les volets encore plus grand. Le black metal y est toujours présent, mais plus dillué dans d’autres genres, dont le death, et surtout les riffs sont plus envolés, voire par moments trop transcendants.

Un reproche qui sonne comme une qualité ? Certes mais tout cela se révèle au début trop propre. Le travail extrêmement bien réfléchi est certes savoureux mais semble manquer cruellement de spontanéité. Tout est tellement bien agencé que l’on ne ressent pas aussi fortement qu’avant les frissons. Et puis surtout, on a tellement l’impression que l’ombre de SHINING plane au dessus d’INFESTUS qu’on a souvent un rictus le londe des 7 pistes (3ème minute de « Psychonecrosis » par exemple).

Les mots sont sévères mais c’est aussi parce qu’INFESTUS a proposé deux excellents albums d’affilée. Ensuite, il faut avouer qu’une fois le visuel et les éléments moins sombres digérés, on arrive à plonger dans l’efficacité qui frappe souvent juste le long des 48 minutes. Que reprocher finalement à « Thron aus Trümmer » ou « Pulse of Annihilation » ? Oui, on se laisse envahir au fil des écoutes, à condition de laisser loin, très loin des yeux la pochette de l’album !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
16/10/2018 19:54
Sakrifiss a écrit : mayhem13 a écrit : Alors là sakri je suis deg de lire ta chro tellement j'en attendais sur ce dernier album. Le précédent m'avait scotché. J'irai y jeter une oreille pour me faire une idée.
Prends-le avec des pincettes et tu ne seras pas déçu !
Attends-toi à un truc énorme, et tu le seras sûrement.


A lire ta Chro, je suis sur ma réserve...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/10/2018 18:06
note: 7/10
mayhem13 a écrit : Alors là sakri je suis deg de lire ta chro tellement j'en attendais sur ce dernier album. Le précédent m'avait scotché. J'irai y jeter une oreille pour me faire une idée.
Prends-le avec des pincettes et tu ne seras pas déçu !
Attends-toi à un truc énorme, et tu le seras sûrement.
mayhem13 citer
mayhem13
14/10/2018 11:26
Alors là sakri je suis deg de lire ta chro tellement j'en attendais sur ce dernier album. Le précédent m'avait scotché. J'irai y jeter une oreille pour me faire une idée.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Infestus
Black Metal à la SHINING
2018 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (5)  7.7/10

plus d'infos sur
Infestus
Infestus
Black Metal à la SHINING - 2003 - Allemagne
  

tracklist
01.   Of Unhallowed Soil
02.   Thron aus Trümmern
03.   Seed of Agony
04.   Nights
05.   Psychonecrosis
06.   Pulse of Annihilation
07.   Separatist

Durée : 48:03

line up
parution
5 Octobre 2018

voir aussi
Infestus
Infestus
Chroniken Des Ablebens

2008 - Debemur Morti Productions
  
Infestus
Infestus
The Reflecting Void

2014 - Debemur Morti Productions
  

Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique
Equipoise
Demiurgus
Lire la chronique
Cromlech
Eschatological Horrors (Com...
Lire la chronique