chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
109 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Kult - The Eternal Darkness I Adore

Chronique

Kult The Eternal Darkness I Adore
12 ans ? Naaaaaan !? 12 ans ont passé depuis le premier album de KULT ? Mais bordel, c’est vrai. Winds of War date de 2006. Je m’en souviens très bien, il était sorti chez Debemur Morti, le label français qui vient de fêter ses 15 ans récemment, et qui a réussi a être l’un des plus importants de chez nous, avec un bon paquet de groupes et albums cultes à son actif maintenant. Au fil des années il s’est ouvert à des sonorités plus variées, plus matures, et on lui doit l’année ces temps-ci des INFESTUS, AU CHAMP DES MORTS, WHITE WARD, WALLACHIA, THROANE... Très peu de black classique, beaucoup de groupes à la personnalité forte. On comprend donc que KULT n’aurait plus grand chose à faire chez lui. Dès le deuxième album d’ailleurs, sorti en 2013, le groupe italien a rejoint les rangs de l’Allemand Folter Records. Il avait mis 7 ans à proposer de nouvelles compositions, il lui en a fallu 5 pour revenir avec le troisième opus, que l’on chronique aujourd’hui : The Eternal Darkness I Adore.

Et ce qu’il faut tout de suite souligner, c’est la persévérance de nos âmes démoniaques à servir le Maître des Ténèbres. Car le temps ne change rien aux convictions de KULT. C’est toujours le black metal satanique pur et direct qui s’impose dans ses compositions. Enfin... sur la première moitié de l’album en tout cas. « The Eternal Darkness I Adore », « Pandemonium », « Reaping the Flock » et « Black Drapes » proposent des enchainements démoniaques ! Ce dernier est d’ailleurs le grand moment de l’album. Lorsqu’il résonne, le feu se déclare tout autour de nous. Des murs de flammes viennent tout réduire en cendres. Des textures punk sont très présentes dans ces morceaux déchainés, et nous rappellent les influences principales du black metal.

Et puis voilà, les quatre dernières pistes ralentissent subitement le rythme. Mais on ne s’en rend pas nécessairement compte de suite, parce que les ambiances, elles, restent dans la même veine. La veine de Satan. Sauf qu’au lieu de bouillir, le sang du Maître est devenu plus froid. Les ambiances restent black metal, mais sinueuses, vicieuses et rampantes. Et ce visage de KULT lui va bien aussi. Sur « Gruesome Portrait », il a l’idée de refaire repartir la machine à fond vers la 2ème minute, puis de revenir à un mid-tempo malsain. Ça fonctionne très bien aussi.

Mais attention, les compositions de KULT respectent les codes, à un point tel que tous les blasés auront du mal à se satisfaire de l’album. On les entendra rouspéter que c’est du déjà entendu, du réchauffé, du statique. Certes, mais au final, même si cet album n’est pas indispensable, il est nécessaire. Il est néceassaire parce qu’il est de ceux qui font vivre une tradition black metal. Nous avons des groupes qui essaient d’inover, et d’autres qui prennent le relais d’un style qu’on aime aussi ne pas voir évoluer par moments. The Eternal Darkness I Adore est de ceux là. Il présente un black metal sans concessions, avec tout de même ce qu’il faut de variations de rythme pour ne pas verser dans le bête et méchant lassant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kult
Black Metal
2018 - Folter Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Kult
Kult
Black Metal - 2001 - Italie
  

tracklist
01.   Intro
02.   The Eternal Darkness I Adore
03.   Pandemonium
04.   Black Drapes
05.   Reaping the Flock
06.   Canticle of Thorns
07.   Hopestrangler
08.   Gruesome Portrait
09.   Devourer of the Night

Durée : 44:15

parution
14 Septembre 2018

Essayez aussi
Svartelder
Svartelder
Pyres

2016 - Dusktone
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Tümëur
Tümëur
Gangrène

2015 - Les Créations Clandestines
  
Vinterland
Vinterland
Welcome My Last Chapter
(Wings Of Sorrow)

1996 - No Fashion Records
  
Drudkh
Drudkh
They Often See Dreams About the Spring
(Їм часто сниться капіж)...

2018 - Season Of Mist / Underground Activists
  

Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique