chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nécrocachot - Malfeu

Chronique

Nécrocachot Malfeu
Petit événement s’il en est au sein de la scène dungeon synth française, la toute récente sortie du dernier album de Nécrocachot, Malfeu, a de quoi susciter une certaine curiosité. Mêlant pour la première fois son dungeon synth sombre à un black metal de garage froid, le projet français semble vouloir se hisser dans la catégorie supérieure. Celle des valeurs sûres du dungeon synth, déjà, mais également celle, plus fermée, des projets maîtrisant comme il se doit l’alchimie entre les deux genres musicaux suscités. Et de manière à moitié surprenante, l’ensemble séduit beaucoup.

Lorsque l’on évoque l’union du black metal et du dungeon synth, on pense naturellement à Summoning, période premiers atermoiements de préférence. Mais si vous avez pour but de retrouver quelque chose de similaire chez Nécrocachot, autant tourner les talons de suite. Ici, on a plutôt affaire à quelque chose de cru et de sombre, voire même de lancinant à certains égards, sans perdre l’espèce de touche noire et mystique propre au dungeon synth originel. L’album démarre sur un "Ode aux Porcellions" qui met de suite dans l’ambiance. Après un riff très peste-négrien, pour reprendre un néologisme très cher au camarade Dantefever, le titre dévoile de lourds riffs et des chants hurlés en arrière-plan qui sont du plus bel effet.

Le dungeon synth se manifeste ici par des sonorités d’accompagnements au clavier bien senties, puis par une mélodie qui permet d’alléger le tranchant des riffs pour un temps. Le titre introductif a cela d’intéressant qu’il donne le ton d’entrée, il permet à un auditeur éventuellement déboussolé de prendre ses marques et de s’y retrouver quand au style parfois casse-gueule qui résulte du mélange en question. Il s’agira d’ailleurs de quelque chose de récurrent au cours de l’écoute de l’album. Jamais l’auditeur ne sera tancé ou poussé dans ses retranchements, ça n’est pas le but ici. À chaque fois qu’un riff vient mettre la pression, une mélodie au clavier suit pour détendre quelque peu l’atmosphère. Si cela décevra évidemment les auditeurs ayant espéré quelque chose de plus violent, je préfère y voir une surprenante capacité à installer un certain charme tout en gardant des chants très éraillés et des riffs taillés au couteau dans le paysage sonore.

Ayons à présent quelques mots pour les thématiques utilisées par l’artiste. Selon les dires de ce dernier, Malfeu serait une cité souterraine directement inspirée des récits de fantasy de Clark Ashton Smith, qui n’a visiblement pas rencontré un succès fou en France malgré la qualité de son œuvre. L’artiste lui rend d’ailleurs directement hommage avec "Une Vie Spectrale", qui est un poème de l’écrivain mis en musique. Au rayon des sucreries macabres, on retrouve également un extrait de "Pour en finir avec le jugement de Dieu" sur le deuxième titre, enregistrement radiophonique écrit par Antonin Artaud qui suscita un certain intérêt en son temps. Si la présence de l’extrait surprend son monde, son côté littéraire et expérimental apporte un côté plus intrigant encore à l’album.

Conformément à un point de vue strictement technique, tout l’album est marqué du sceau du dungeon synth et du black metal, mis à part le titre "Nuit dans la Forêt de la Sorcière", qui jure presque avec le reste de l’album, mais qui fait surtout étalage des talents de l’artiste lorsqu’il s’agit de composer du dungeon synth de qualité. La production ne souffre d’aucun réel point faible, et même le son volontairement sale des sonorités black metal contraste comme il se doit avec les sonorités de clavier, qui elles sont bien plus épurées.

À l’arrivée, que peut-on finalement dire de Malfeu ? Déjà, que l’album propose quelque chose de très satisfaisant. Même si l’alchimie qui est celle de l’album a déjà été vue un paquet de fois, il est finalement assez rare de tomber sur quelque chose qui tient réellement la route. Sans citer de nom, on en a vus à la pelle des artistes tenter de mélanger un dungeon synth médiocre à un black metal passable, et ça n’a jamais donné naissance à un album correct. La flaque d’eau était donc de taille pour Nécrocachot, mais l’artiste l’a évitée avec on ne peut plus de réussite. Si Malfeu n’est pas un album réellement inédit par son style, il est atypique et très accrocheur, et c’est finalement là que réside toute sa force. On en redemande.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
17/10/2018 16:28
CorbacLeNoir a écrit : Je vous aime, tous

Hé mais tu ne serais pas l'artiste qui a realisé l'album par hasard ?
CorbacLeNoir citer
CorbacLeNoir
17/10/2018 10:08
N4pht4 a écrit : Sakrifiss a écrit : J'ai lu Négrofachot.
Oups.


Y'a écrit BM, pas NSBM Dungeon synth (ca pourrait marcher !)


Je vous aime, tous
N4pht4 citer
N4pht4
17/10/2018 09:55
Sakrifiss a écrit : J'ai lu Négrofachot.
Oups.


Y'a écrit BM, pas NSBM Dungeon synth (ca pourrait marcher !)
Sakrifiss citer
Sakrifiss
16/10/2018 18:05
Keyser a écrit : J'ai lu Nécrocachalot...

J'ai lu Négrofachot.
Oups.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
16/10/2018 13:37
Keyser a écrit : J'ai lu Nécrocachalot...

Mort de Rire
Keyser citer
Keyser
16/10/2018 13:15
J'ai lu Nécrocachalot...
dantefever citer
dantefever
16/10/2018 11:15
La première mention "Dungeon Synth" sur Thrasho, quel événement !

On ne saurait trop recommander le label au passage

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nécrocachot
Black Metal / Dungeon Synth
2018 - High Cathedral Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nécrocachot
Nécrocachot
Black Metal / Dungeon Synth - France
  

tracklist
- Ode aux Porcellions (08:49)
- Le Rite du Soleil Noir (07:48)
- Nuit dans la Forêt de la Sorcière (06:04)
- Lignée Maudite (07:18)
- A Malfeu! (05:30)
- Une Vie Spectrale (06:38)

Durée : 42:07

line up
parution
15 Octobre 2018

Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique
Metalhertz - S02E01 - Symphonies brésiliennes
Lire le podcast
Phlebotomized
Deformation Of Humanity
Lire la chronique
Deceased
Ghostly White
Lire la chronique
Lividity
Perverseverance
Lire la chronique
Daughters
You Won't Get What You Want
Lire la chronique
Scorched
Ecliptic Butchery
Lire la chronique
Freehowling
A Frightful Piece Of Hate (EP)
Lire la chronique
Black Fast
Spectre of Ruin
Lire la chronique